Chers lecteurs,
Pour une fois, cette rubrique ne répondra pas aux questions que nous n’avons hélas pas reçues ce mois, et pour cause certainement cette période de fêtes qui a absorbé tout le monde. Nous espérons que ce silence va se rompre pour donner place à plus de dynamisme et d’échanges dont vous avez témoigné tout au long des mois derniers.

QUESTION :
Je vous écris pour un problème concernant la prothèse adjointe.  en cas d’allergie à la résine, que peut-on faire pour réaliser une PAT. y a-t-il des produits moins nocifs ?
Dr. L. H (El jadida)

RÉPONSE :

Les Matériaux utilisés pour la réalisation des PAT ne sont pas considérés à priori comme potentiellement antigéniques et donc allergisants (Brunel, Castagnola, Burdairon).

QUESTION
Un patient âgé de 30 ans, diabétique (D.I.D), s'est présenté 15 jours après extraction de la 47, pour une tuméfaction du même côté. (A rappeler que le protocole de prise en charge du malade diabétique a été respecté ; à savoir l'antibioprophylaxie avant et après extraction).
L'examen clinique a montré une induration dans le fond du vestibule en regard du site extractionnel, non douloureuse.

QUESTION :
Un patient âgé de 55 ans, non taré s’est présenté pour une tuméfaction localisée au niveau de sa joue gauche.
- L’interrogatoire révèle l’absence de toute douleur
- La palpation révèle une formation ovalaire bien limitée et bien attachée à la muqueuse jugale. sa taille est d’environ 2 cm /1,5 cm.
Sa consistance est un peu dure.

QUESTION :
Chers confrères, chères consœurs, permettez-moi de tirer votre attention sur un point très important qu'est la formation post-universitaire.
Je crois que la majorité si je ne dis pas la totalité (à mon avis) des praticiens prouve un désir inéluctable vis-à-vis de la formation post universitaire, et ceci bien sûr dans différentes spécialités, chacun selon ses ambitions.

QUESTION :
Chers confrères,
Permettez-moi de reposer une question déjà traitée amplement par nos maîtres sur les pages de cette revue. Cependant je trouve toujours la conclusion vague et confuseIl s’agit de la conduite à tenir devant une Parodontite Juvénile Localisée (PJL).
On sait qu’il n’existe pas un traitement codifié pour tous les patients, mais je demande conseil afin de nous orienter vers une procédure appropriée et pratique en tenant compte des capacités réelles d’un omnipraticien et merci.

Dr. S. D (Nador)

QUESTION :
La patiente " x " âgée de 28 ans, qui est venue pour réaliser une mise en état de sa cavité buccale (présentant en l’occurrence plusieurs caries profondes avec grand délabrement, du tartre, des saignements gingivaux).

Ayant entamé les soins sur les différentes dents, j’avais préconisé l’extraction des dents de sagesse. Ainsi le 12.07.2000 j’avais entamé l’extraction de la 28. après rétablissement, je finissais les soins déjà débutés. La " 27 " objet de la question présentait une carie profonde nécessitant un traitement endodontique. La patiente ayant opté pour l’extraction l’opération a été réalisée le 16.10.2000. Lors de la première extraction, il n’y avait rien d’anormal sur le procès alvéolaire résiduel.

indexation index medicus
Publier un article
Septembre 2019
L Ma Me J V S D
26 27 28 29 30 31 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 1 2 3 4 5 6
Aller au haut