BLOG

Principales causes d’échec des traitements implantaires

Dernière mise à jour le 08/04/2023

Bien que cela ne soit pas très fréquent, on estime que le taux d’échec des traitements implantaires est de 5 %. Il n’y a généralement pas de facteur unique qui détermine l’échec d’un implant dentaire, ils sont généralement multifactoriels.

 

Facteurs de risque d’échec des traitements implantaires

Selon les professionnels de la santé dentaire, il existe plusieurs facteurs de risque d’échec des implants dentaires, mais ceux-ci peuvent être contrôlés, à condition d’utiliser des matériaux de qualité et de confier la pose à des professionnels qualifiés.

annonce Quick ADN horizontal

L’un des facteurs de risque d’échec, et notamment autour de l’implant ostéo-intégré, est lié à un manque d’hygiène buccale, ou à un mauvais ou déficient ajustement des composants de la prothèse dentaire définitive sur l’implant dentaire.

Le tabagisme est également considéré comme le deuxième facteur de risque le plus important pour un éventuel échec.

Avant de parler des implants après des échecs antérieurs, il faut savoir que le taux de réussite de la pose d’implants est aujourd’hui proche de 100 %, à condition qu’elle soit effectuée correctement et avec les bons professionnels. Mais malgré cela, il existe certains cas où il est possible de subir des échecs, ce qui peut compliquer les résultats à court et/ou à long terme.

 

Défaillance des implants dentaires due à des problèmes mécaniques ou biologiques

Par échec des traitements implantaires, nous entendons des cas cliniques allant de la perte osseuse à des cas plus complexes. De la perte de la prothèse dentaire sur les implants, à la fixation de la prothèse sur l’implant dentaire, en passant par les problèmes osseux lorsque la masse osseuse est réduite après la première année de pose de l’implant.

Si l’ostéo-intégration n’est pas adéquate et suffisante, il y aura un mouvement de l’implant et une radioclarté autour de l’implant. Les complications peuvent donc être mécaniques et biologiques :


1. Mécaniques
Lorsqu’il y a destruction mécanique d’un des composants ou de la structure de l’implant.

annonce Quick ADN horizontal

2. Biologiques
Ce sont celles qui affectent les tissus mous et durs entourant l’implant.

 

L’étiologie de l’échec des implants dentaires est multifactorielle, mais peut être regroupée en trois catégories :

1. L’infection :

L’échec dû à un problème lié aux implants dentaires tel qu’une infection bactérienne peut apparaître à n’importe quel moment du traitement implantaire, comme une mucite péri-implantaire ou une péri-implantite, des fistules, des abcès…..

Il faut noter que le tabagisme est significativement associé à la mucosite et à la péri-implantite, de même que les antécédents de parodontite.

2. Altération de la cicatrisation :

On pense que l’ampleur du traumatisme chirurgical (manque d’irrigation et surchauffe), les micromouvements et certaines caractéristiques locales et systémiques du patient peuvent jouer un rôle important dans l’échec.

3. Surcharge :

Si la charge fonctionnelle appliquée aux implants dépasse la capacité de l’os à la supporter, l’implant peut échouer. Si la connexion entre les piliers est inadéquate, une mauvaise technique chirurgicale, une qualité osseuse insuffisante ou une mauvaise conception prothétique peuvent également entraîner une défaillance de l’implant.

 

Défaillance précoce ou tardive des implants dentaires

1. Échec précoce de l’implant dentaire

Cet échec survient dans les premiers mois suivant la pose de l’implant, avant la mise en place de la prothèse définitive. La perte d’un implant dentaire pendant cette phase initiale de cicatrisation peut être due à une infection postopératoire, à une mauvaise qualité ou quantité d’os et/ou à la technique chirurgicale.

– Cela peut être dû à une mauvaise qualité de l’os. Les échecs sont donc plus fréquents dans la mâchoire supérieure que dans la mâchoire inférieure, car la mâchoire supérieure est généralement composée d’un os moins compact.
– Mauvaise irrigation pendant l’étape de forage (pour le forage de l’os) et pendant la pose de l’implant.
– Qualité des matériaux utilisés lors du forage.

Il est important de travailler avec des matériaux stériles afin d’éviter les infections qui pourraient entraîner l’échec de l’implant.

2. Échec des implants dentaires tardifs

L’échec des implants dentaires de stade tardif est souvent attribué à une surcharge occlusale défavorable ou à une péri-implantite.

– Lors de la mise en charge de la prothèse sur les implants, celle-ci doit s’adapter parfaitement, sinon elle peut provoquer des contraintes entre les implants,
– Facteurs occlusaux : L’occlusion est également importante. Chez les patients souffrant de bruxisme, l’implant dentaire peut se fracturer en raison d’une pression excessive ; l’occlusion doit donc être équilibrée chez tous les patients,
– Infections bactériennes,
– Facteurs systémiques,
– Le comportement des tissus mous autour des implants est un facteur fondamental pour le succès à long terme. Les complications péri-implantaires comprennent également la déhiscence osseuse, les fistules, la mucosite, l’inflammation gingivale avec hyperplasie et la péri-implantite.

 

Tous les échecs d’implants sont traitables

Les causes d’un échec peuvent être dues à diverses causes, comme nous l’avons vu ci-dessus. En connaissant cette cause, nous pouvons aborder et traiter chaque cas.

1. L’implant dentaire est posé sur un os détérioré, avec une mauvaise vascularisation. Cela rend difficile la réussite de l’intervention. Le processus d’ostéo-intégration nécessaire (adhésion de l’implant à l’os) dépendra de la préparation préalable du site chirurgical, de la stabilité primaire et de l’absence de micro-mouvements pendant la cicatrisation.

2. La péri-implantite, une infection bactérienne qui affecte directement l’ostéo-intégration et la stabilité de l’implant dentaire déjà en place.

Dans ces deux cas, nous pouvons éviter l’échec en effectuant un diagnostic préalable adéquat et le traitement nécessaire avant de poser l’implant. C’est-à-dire, un sinus lift, une greffe osseuse ou une reconstruction de l’os maxillaire dans le premier cas, et le traitement de l’infection bactérienne dans le cas de la péri-implantite.

 

Échec des implants dentaires et leur traitement dans nos cliniques

En général, quelle que soit la raison de l’échec, il est possible de le corriger entre les mains des bons professionnels.

Le traitement de ces complications doit être étudié dans chaque cas spécifique. Grâce aux bons profils d’équipes médicales, qui doit comprendre des chirurgiens et des implantologues spécialisés. Les structures dentaires doivent disposer également d’une technologie très avancée, qui permet d’optimiser le diagnostic et le traitement.

 

Considérations avant de commencer un traitement implantaire dans une clinique dentaire pour éviter l’échec des traitements implantaires

1. Premier rendez-vous avec le chirurgien-dentiste implantologue ou maxillo-facial.
2. Conseils professionnels pour s’informer sur le traitement et son déroulement,
3. Ne pas se laisser abuser par la publicité mensongère.
4. Diagnostic préalable et personnalisé pour chaque patient. Ce point est considéré comme le plus important.
5. Diagnostic clinique adéquat pour évaluer les éventuelles pathologies qui peuvent affecter le traitement à court et à long terme (manque d’os, ostéoporose, hypertension, tabagisme, maladies parodontales, patients oncologiques, etc.)