Que sait-on de l’anesthésie et la sédation au cabinet dentaire ?

L’anesthésie dentaire et la sédation permettent aux patients de ne pas sentir la douleur lors des soins dentaires et de dissiper leur anxiété pour une meilleure intervention du dentiste.

 

L’anesthésie dentaire

De nombreuses personnes ressentent de l’anxiété à l’idée d’aller chez le dentiste et de subir des soins dentaires. Parfois, cela peut les empêcher d’obtenir des soins dentaires appropriés. Les patients se voient désormais offrir un soulagement de ces craintes grâce à diverses options d’anesthésie et de traitement de l’inconfort dentaire.

 

Avantages de l’anesthésie dentaire

L’anesthésie dentaire permet aux gens de se sentir à l’aise face à des procédures complexes ou longues, et peut permettre à certains patients de subir des procédures électives qu’ils craignaient auparavant. Plusieurs méthodes permettent de contrôler la douleur dentaire, de réduire l’inconfort et de favoriser la relaxation. Selon le type d’anesthésie utilisé, l’inconfort pendant la procédure dentaire peut être considérablement réduit ou complètement éliminé.

 

Types d’anesthésie dentaire

L’anesthésie dentaire peut être administrée par plusieurs méthodes différentes.

 

Anesthésie locale

Des médicaments sont injectés dans la bouche du patient pour engourdir la zone à traiter et bloquer les nerfs qui transmettent la douleur. Ce type d’anesthésie est couramment utilisé pour les plombages, le traitement des maladies des gencives ou la préparation des dents pour les couronnes.

 

Sédation

Cette méthode est généralement administrée par inhalation d’oxyde nitreux, également appelé gaz hilarant. Elle peut également être administrée par voie orale sous la forme d’un comprimé pris avant l’intervention dentaire. Cette forme d’anesthésie appelée sédation est généralement combinée à une anesthésie locale pour aider à soulager les angoisses et à réduire la douleur. Cette méthode est souvent utilisée pour les patients (jeunes) anxieux, agités ou handicapés.

 

Anesthésie générale

Il s’agit de la forme d’anesthésie la plus puissante disponible pour les procédures dentaires et implique des médicaments intraveineux qui produisent une perte de conscience temporaire. L’anesthésie générale n’est généralement utilisée que lors des interventions de chirurgie buccale et pratiquée par un anesthésiste en clinique dans un bloc équipé de dispositifs de réanimation.

 

Complications de l’anesthésie dentaire

L’anesthésie dentaire est une procédure courante et sûre, mais avant de l’administrer, le dentiste doit connaître les antécédents médicaux complets du patient pour éviter toute complication éventuelle. Les effets secondaires sont rares et varient en fonction du type d’anesthésie administrée. Ces complications possibles peuvent inclure :

Étourdissements,

Nausées,

Vomissements

Gonflement au point d’injection,

Gonflement ou engourdissement dans la bouche.

 

Les risques plus sérieux d’anesthésie générale sont extrêmement rares et sont plus susceptibles de se produire chez les patients souffrant de maladies graves, ceux qui sont très allergiques ou ceux qui ont des antécédents d’abus d’alcool.

Il est important pour tous les patients d’attendre que les effets de l’anesthésie se dissipent avant de quitter un rendez-vous chez le dentiste. En particulier, dans les cas où une anesthésie générale est administrée, il est conseillé aux patients de ne pas conduire eux-mêmes pour rentrer chez eux.

Le dentiste déterminera quel type d’anesthésie est le mieux adapté à chaque patient en fonction du type et de l’importance de l’intervention pratiquée, ainsi que de l’état de santé et des préférences personnelles de chaque patient.

 

Dentisterie sous sédation

De nombreuses personnes ressentent de l’anxiété à l’idée de subir des soins dentaires ou de se rendre chez le dentiste, une peur connue sous le nom de phobie dentaire. Cette peur du dentiste peut les empêcher de se faire soigner et peut compromettre leur santé dentaire. La phobie dentaire peut être soulagée par la sédation dentaire.

Sédation dentaireLa dentisterie sédative implique l’utilisation de médicaments afin d’offrir une expérience relaxante et sans anxiété aux personnes qui suivent un traitement dentaire. Bien qu’elle soit parfois appelée “dentisterie de sédation”, la plupart des patients restent éveillés mais se sentent somnolents. Il existe plusieurs méthodes différentes pour obtenir divers degrés de sédation. La méthode utilisée dépend du type d’intervention et des préférences du patient.

Bien que la sédation produise un état de relaxation, elle n’a pas le même effet que l’anesthésie, qui est utilisée pour la plupart des procédures dentaires. Un patient aura toujours besoin d’une injection d’anesthésie locale pour éliminer la douleur causée par l’intervention. La sédation permet simplement de soulager la nervosité et l’anxiété qui accompagnent souvent une visite chez le dentiste. Un patient est généralement mis sous sédatif avant de recevoir l’anesthésie afin de réduire le stress liée à l’injection.

 

Avantages de la dentisterie sous sédation

La sédation permet aux personnes de se sentir à l’aise pour subir des procédures complexes et longues. Sous sédation, il peut sembler aux patients que les longues procédures n’ont duré que quelques minutes.

Un autre avantage de la dentisterie sous sédation est qu’un traitement approfondi peut être effectué en un ou deux rendez-vous seulement. La dentisterie sous sédation peut être bénéfique pour ceux qui :

Ont un faible seuil de douleur,

Ont les dents sensibles,

Ne peuvent pas rester assis dans le fauteuil du dentiste,

Bâillonnent facilement,

Ont besoin d’une longue et lourde procédure dentaire.

 

Types de sédation dentaire

La sédation peut être administrée par plusieurs  différentes méthodes, en fonction de l’état de santé général et du niveau de relaxation requis par le patient. La plupart des patients reçoivent le protoxyde d’azote, également appelé gaz hilarant, pour se détendre. Un masque est placé sur le nez et le patient respire le gaz. Les sensations de sédation commencent quelques secondes à quelques minutes après l’inhalation. L’engourdissement des joues et des gencives commence également rapidement.

D’autres méthodes de sédation peuvent être administrées par voie orale ou intraveineuse.

Selon le niveau d’anxiété du patient, différents degrés de sédation dentaire peuvent être nécessaires. Ils comprennent :

 

Sédation consciente

La plupart des cabinets dentaires utilisent la sédation consciente, qui permet aux patients de se sentir détendus, mais aussi de rester éveillés et capables de répondre aux commandes. Avec cette sédation, le patient ne se souviendra pas de la majeure partie de la procédure.

 

Sédation profonde

Les patients présentant des niveaux d’anxiété plus élevés peuvent se sentir plus à l’aise avec la sédation profonde, qui procure un état situé quelque part entre la conscience et l’inconscience. Dans cet état, les patients ne peuvent pas répondre aux commandes et peuvent avoir besoin d’une assistance respiratoire.

 

Sédation inconscience

Il est parfois nécessaire de mettre un patient dans un état inconscient. Cependant, cela nécessite une anesthésie générale, ce qui entraîne des risques supplémentaires. Habituellement, seule la chirurgie orale nécessite ce niveau de sédation.

 

Risques de la dentisterie sous sédation

Bien que le risque lié à l’utilisation de la sédation soit faible, de légers effets secondaires peuvent se produire. Certains patients peuvent en éprouver :

Nausées,

Étourdissements,

Somnolence (après la procédure).

 

La sédation intraveineuse n’est pas recommandée pour les patients claustrophobes, dont les voies nasales sont obstruées, qui sont obèses ou qui souffrent d’apnée obstructive du sommeil. En raison des effets secondaires potentiels de la sédation, les patients peuvent avoir besoin d’être reconduits chez eux.

Il est important de discuter des risques de la sédation avec un dentiste avant de subir toute procédure dentaire.