Chers Lecteurs,
Il est un sujet qui revient très souvent ce mois-ci et qui concerne les infections nosocomiales. coïncidence ou prise de conscience des professionnels de la santé et des responsables ?
Personnellement, je souhaiterais que ce soit la deuxième éventualité, ce qui
mettrait notre pays au diapason avec d’autres pour relever les défis concernant la santé de la population Marocaine.
Une infection est dite nosocomiale, si elle était absente à l’admission du patient au sein d’une structure hospitalière.
Cette infection existe aussi en pratique privée dentaire. Outre les hépatites virales B et C, le SIDA, la tuberculose, les alvéolites post extractionnelles
peuvent-elles être classées parmi ces infections ?
Les études épidémiologiques donnent des chiffres généraux variables entre 2 à 18 % en fonction des services hospitaliers et des pays.
Au Maroc, la lutte contre les infections nosocomiales par les méthodes de décontamination antivirales, antibactériennes et antifongiques, afin de réduire la recrudescence de ces infections est posée avec beaucoup d’acuité.
Le syndicat des chirurgiens dentistes, le ministère de la santé publique et le comité de lutte contre les infections nosocomiales (CLIN), se mobilisent pour se pencher sur ce problème.
En effet, le thème choisi pour les journées du syndicat prévues en Janvier est très intéressant, et est relatif aux moyens de prévention des infections nosocomiales.
Le ministère de la santé publique a publié, pour sa part une circulaire concernant la gestion des déchets hospitaliers provenant de cabinets privés. Un point incontournable dans la chaîne d’asepsie et la providence a voulu que nous le traitions pour vous dans ce numéro grâce au concours bienveillant de monsieur le Professeur A. Harouchi.
Le CLIN : Saviez-vous qu’il existe à Casablanca ?
Il s’agit d’un comité dont les membres bénévoles représentent tous les secteurs médicaux à risque.
Il a pour vocation d’établir des procédures en matière d’hygiène (lavage des mains, stérilisation …), d’établir des recommandations pour les accidents d’exposition au sang, de rédiger des protocoles d’antibioprophylaxie , et enfin d’établir des plans d’action de formation du personnel, de sensibilisation pour l’immunoprévention et surtout l’évaluation des procédures d’hygiène et d’asepsie et leurs retombées sur le coût de la santé.
Deux audits au sien de nos hôpitaux ont déjà été réalisés par le CLIN en
collaboration avec des équipes françaises et américaines (Juin1997, janvier 2001) et je puis vous dire que la lutte n’est pas partie aisée, et qu’il y a beaucoup à faire en matière de sensibilisation pour l’hygiène.
A travers cet éditorial, chers lecteurs, je voulais tout simplement partager avec vous un sentiment optimiste. tant que la motivation de tous les secteurs concernés existe pour lutter efficacement contre les infections nosocomiales.
Mobilisons-nous les professionnels de la santé bucco-dentaire, car c’est notre affaire à tous.
Ihsane BENYAHYA
Rédacteur en chef
Chers Lecteurs,
Le mois de Décembre a été marqué par plusieurs événements, le Ramadan, mois sacré et la journée Mondiale du Sida. Nous avons vécu ensemble cette dernière le 1er Décembre, et je reste persuadée, que comme moi, vous avez été frappés par les données épidémiologiques de cette maladie. 36 millions de personnes atteintes à travers le monde, dont 25,3 millions en Afrique, 780 à 803 cas enregistrés au Maroc.

Ces chiffres alarmants démontrent que malgré les efforts consentis pour la prévention et la sensibilisation, le Syndrome d'Immuno-Déficience Acquise et les maladies sexuellement transmissibles continuent à progresser rendant le pronostic sombre quant à l'espérance de vie des populations et aux moyens à mettre en œuvre pour l'accès à la trithérapie et aux moyens de prévention.

Au Maroc, grâce aux actions du programme national de lutte contre les infections sexuellement transmissibles et le Sida en collaboration avec l'organisation mondiale de la santé, des résultats positifs ont été notés pour la déclaration de la maladie et l'information du grand public.

Il y a également l'ALCS dont le rôle dans la prise en charge des patients et la sensibilité sont indéniables.
Mais cela reste insuffisant. je pense que nous avons également notre place dans cette scène. En tant que professionnels de la santé, nous pouvons, grâce à la mobilisation de nos associations, sociétés scientifiques et syndicats participer à la prévention et à la lutte contre le Sida. Nous pouvons ensemble célébrer cette journée par des séminaires ou des tables rondes dont les thèmes s'articuleront sur le dépistage des groupes à risque, l'identification des lésions évocatrices ou spécifiques, la prise en charge des patients en toute sécurité, l'absence de refus social des patients, et enfin la prévention de la contamination.

C'est en conjuguant nos efforts à ceux du ministère de la Santé Publique que nous pourrons épargner notre pays de cette maladie sans frontière.
Nous avons soumis ce point à la réflexion générale et nous souhaitons qu'à travers lui, nos associations et sociétés scientifiques odontologiques se mobiliseront activement pour nous réunir autour de thèmes qui touchent de près la santé de la population marocaine.

Chers Lecteurs, vous êtes 2 500 Médecins Dentistes au Maroc et plus de 300 Industries, Laboratoires Pharmaceutiques et Sociétés de Matériel Dentaire à recevoir notre revue.
À vous tous, les comités de Rédaction et Scientifique du " Le Courrier du Dentiste " vous souhaitent une excellente année 2001.

Ihsane BENYAHYA
Rédacteur en chef
Cher lecteur,

Ces quelques jours de retraite ont été pour nous l'occasion de se ressourcer et surtout de méditer.
Faire le bilan à tête reposée de nos activités et leur retentissement et /ou aboutissement, c'est permettre en toute lucidité de penser à des projets.
Ces derniers concernant entre autres la profession, ont certainement passé en revue les grandes lignes de notre combat devenu aujourd’hui chronique.
Sans prétendre être exhaustive, je reste persuadée que nous aspirons tous à :
- l'organisation de la profession,
- le développement d'un esprit de collaboration en toute probité et transparence, en surpassant l'individualisme,
- l'accessibilité aux soins à nos concitoyens
- la promotion de la prévention
Enthousiastes et encore animés par l'optimisme et l'énergie, surtout celle que nous a accordé le soleil de l'été, nous tâcherons tous ensemble de concrétiser nos projets et nos souhaits. Bonne Rentrée !

Pr. Ihsane Benyahya
Rédacteur en chef
Chers Lecteurs,
Est-ce l’indignation qui va l’emporter sur l’action ? Avez-vous vu les informations flash que l’on a diffusé sur l’une de nos chaînes télévisées nationales fin Octobre ? Parmi les sujets, il y en avait un qui a attiré mon attention. S’agissant de la médecine dentaire, je me suis dit, tiens enfin un domaine qui s’écarte de la tristesse des guerres et des faits-divers poignants ! ! Mais, le sentiment était aussi fort que celui ressenti pour les tueries qui existent actuellement.
On montre alors pendant des fractions de secondes un chirurgien dentiste en cours de soins délivrés selon les règles de l’art. Et, pendant quelques minutes, on diffuse un charlatan, qui avec, une impunité totale, a déclaré qu’il avait une profession comme n’importe quelle autre, qu’il dispensait des soins de restauration et de prothèse et qu’il faisait des extractions dentaires.
Attendez, ce n’est pas tout !. Le speaker a déclaré en ces termes pour conclure "entre temps, le Marocain a le choix de se faire soigner à moindre prix " ; Et la santé de ce marocain, qu’est-ce qu’on en fait ?
Ne pensez-vous pas que la politique de l’autruche a assez régné dans notre profession ?
Où sont ces recommandations émanant de deux séminaires sur le charlatanisme ?. Qu’en avons-nous fait ?. Où est passé le Conseil de l’ordre qui a organisé ces manifestations ? Et le ministère de la santé ? Car, c’est la santé générale de la population marocaine qui est mise en jeu. Ce fait, cher lecteur, nous l’avons tous démontré par des travaux qui ont traité et de l’aspect médical et de l’aspect juridique du charlatanisme, nous l’avons également ensemble soulevé lors de campagnes de prévention nationales.
Mais aujourd’hui, je vous invite, si vous me permettez de le faire, à nous regrouper afin de sensibiliser le ministère et les médias sur le fond de ce problème qui ronge la profession, sur le fait que accepter le charlatanisme, c’est retourner aux années 40 et sur le fait que; si les patients consultent chez ces charlatans, ce n’est pas une question de COÛT.

Ihsane BENYAHYA
Rédacteur en chef

 
Cher lecteur,
Besoin de prendre l’air ? Certainement, mais on prendra quand même la peine de s'informer à travers ce dernier numéro de l'année.
Nouveautés concernant les amalgames collés, conseils pour l'enregistrement de la relation intermaxillaire et exemple à suivre dans la prise en charge pluridisciplinaire des patients ... autant d'éléments à mûrir avant de savourer le repos bien mérité.
Malgré le climat estival, les comités du Courrier du Dentiste se sont attelés à honorer leur engagement envers vous, pour mettre en place cette 9ème édition et vous donnent rendez-vous en Septembre en vous souhaitant d’excellentes vacances.

Pr. Ihsane Benyahya
Rédacteur en chef

Chers lecteurs,

C’est grâce à vous chers lecteurs, qu’après une  année  d’existence, l’effort  de  toute  une  équipe commence à donner ses fruits . Cette revue qui reste votre revue, se trace encore le chemin avec plus d’acharnement et de détermination afin de ne jamais manquer à son devoir de support de communication, de formation continue, d’échange d’expériences et de bons procédés, dont le but ultime est la meilleure santé de nos concitoyens et la prospérité de la profession.
Le Maroc a besoin plus que jamais de supports professionnels pour assurer et compléter la formation continue engendrant ainsi l’esprit de la «Qualité», un mot très précieux que l’on doit absolument respecter, surtout quand il s’agit de santé. 
La providence nous a donné Le pétrole? Oui, mais ce n’est pas tout! C’est l’humain en nous qu’on devrait revoir, car je pense que c’est l’unique façon pour dépasser le marasme que l’on vit actuellement. Comme il est stipulé dans le coran «En vérité, Dieu ne change rien en un peuple, tant qu’ils n’ont  rien changé en eux mêmes».
Le Courrier du Dentiste souffle aujourd’hui sa première bougie et entame sa deuxième année dans la confiance et la sérénité, avec une nouvelle conception, ainsi que deux nouvelles rubriques : «Cas cliniques» et «Questions de santé».
Permettez-moi en cette heureuse circonstance de féliciter chaleureusement tous les auteurs d’articles publiés dans la revue, de remercier infiniment tous les membres de notre comité scientifique et de lecture qui n’ont ménagé aucun effort pour faire du Courrier du Dentiste un support de qualité. Je ne manquerai pas de remercier aussi nos chers annonceurs* pour la confiance qu’ils nous ont témoigné tout au long de notre parcours.
Pour finir, et afin de vous encourager chers lecteurs à écrire et publier vos articles, nous avons créer le Grang Prix de la meilleure publication de l’année. Je vous souhaite bonne chance alors...
Redouane Mouden
Directeur de la publication

* Liste des annonceurs :
- ADIRC - Afric Dent - Aventis - Ciel Labo - E.S.P – Espace Ortho - Faculté de Médecine Dentaire de Casablanca - Inter Innov - ISPK - Laprophan - Médicalis - Novopharma - OFEC - Oral-B - Ortho-Rama - Pharma-plus - Primacare - Produits Roche - Regattieri - Sipromed - SMPI - Sothéma
 

Cher lecteur,
Le comité de rédaction vous remercie pour le soutien que vous ne cessez de manifester à l’égard de votre revue.
Le Courrier du Dentiste, dans sa 8ème édition vous a sélectionné des articles traitant de thérapeutiques chirurgicales, aussi bien parodontales qu’osseuses s'intégrant dans le cadre d'une prise en charge multidisciplinaire.
D'autre part, toujours soucieux de répondre largement à ses engagements envers vous, le Courrier du Dentiste vous invite à enrichir la rubrique "Courrier des Lecteurs".
En effet, au-delà des problèmes d'ordre médical que chacun de vous peut rencontrer dans son cabinet, il est certainement des situations difficiles à gérer sur le plan organisationnel telles que l'acquisition de matériel ou consommables dentaires, la gestion du cabinet, la formation de l'assistante ...
"Soucis au quotidien" est un additif à la rubrique "Courrier des Lecteurs". Il se fixe pour objectifs de vous aider à trouver des solutions et, est en attente de vos sollicitations.

Pr. Ihsane Benyahya
Rédacteur en chef

indexation index medicus
Publier un article
Septembre 2019
L Ma Me J V S D
26 27 28 29 30 31 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 1 2 3 4 5 6
Aller au haut