Étude du microbiome : Les bactéries responsables des maladies des gencives empruntent les molécules de croissance de leurs voisins pour se développer

Le corps humain est rempli de bonnes bactéries. Cependant, certains de ces micro-organismes, comme Veillonella parvula, peuvent être trop gentils. Ces bactéries pacifiques entretiennent une relation unilatérale avec l’agent pathogène Porphyromonas gingivalis, aidant le germe à se multiplier et à provoquer des maladies des gencives, selon une nouvelle étude menée par l’université de Buffalo (États-Unis).

Les recherches ont cherché à comprendre comment P. gingivalis colonise la bouche. L’agent pathogène est incapable de produire ses propres molécules de croissance tant qu’il n’atteint pas une population importante dans le microbiome buccal (la communauté de micro-organismes qui vivent sur et dans le corps).

La réponse : Il emprunte des molécules de croissance à V. parvula, une bactérie commune mais inoffensive dans la bouche dont la croissance ne dépend pas de la population.

Dans une bouche saine, P. gingivalis constitue une quantité infime des bactéries du microbiome buccal et ne peut pas se reproduire. Mais si l’on laisse la plaque dentaire se développer sans contrôle en raison d’une mauvaise hygiène buccale, V. parvula se multipliera et finira par produire suffisamment de molécules de croissance pour stimuler également la reproduction de P. gingivalis.

Plus de 47 % des adultes de 30 ans et plus souffrent d’une forme de parodontite (également connue sous le nom de maladie des gencives), selon les Centres de contrôle et de prévention des maladies. La compréhension de la relation entre P. gingivalis et V. parvula aidera les chercheurs à créer des thérapies ciblées pour la parodontite, déclare les chercheurs américains.

“Ayant travaillé avec P. gingivalis pendant près de deux décennies, nous savions qu’elle avait besoin d’une grande taille de population pour se développer, mais les processus spécifiques qui sont à l’origine de ce phénomène n’étaient pas complètement compris”, Selon ces chercheurs.
“Le fait de cibler avec succès l’agent pathogène accessoire V. parvula devrait empêcher P. gingivalis de se propager au sein de la communauté microbienne orale jusqu’à des niveaux pathogènes” ont-ils ajouté.

L’étude, qui a été publiée le 28 décembre dans le journal ISME, a testé les effets des molécules de croissance exsudées par les microorganismes dans la bouche sur P. gingivalis, y compris les molécules de cinq espèces de bactéries qui sont répandues dans la gingivite, une condition qui précède la parodontite.

Parmi les bactéries examinées, seules les molécules de croissance sécrétées par V. parvula ont permis la réplication de P. gingivalis, quelle que soit la souche de l’un ou l’autre microbe. Lorsque les chercheurs ont retiré V. parvula du microbiome, la croissance de P. gingivalis s’est arrêtée. Cependant, la simple présence de V. parvula ne suffisait pas à stimuler P. gingivalis, car l’agent pathogène n’était stimulé que par une grande population de V. parvula.

Les données suggèrent que la relation est unidirectionnelle, car V. parvula n’a reçu aucun avantage évident du partage de ses molécules de croissance, selon le responsable de l’étude.

“P. gingivalis et V. parvula interagissent à de nombreux niveaux, mais le bénéficiaire est P. gingivalis”.

“Cette relation qui permet la croissance de P. gingivalis a été non seulement confirmée dans un modèle préclinique de la parodontite, mais aussi, en présence de V. parvula, P. gingivalis pourrait amplifier la perte osseuse parodontale, qui est la caractéristique de la maladie”, a déclaré un autre chercheur de l’Université de Pennsylvanie.

Enfin, l’étude stipule qu’il n’est pas clair si les signaux de croissance produits par P. gingivalis et V. parvula sont chimiquement identiques, et qu’il faut encore beaucoup de travail pour découvrir l’identité précise de ces molécules.