Les radiographies dentaires de routine pour les enfants sont-elles nécessaires ?

Question : Est-il approprié pour un dentiste d’effectuer des radiographies panoramiques de routine sur des enfants en se basant uniquement sur leur âge ou leur stade de développement dentaire (c’est-à-dire sans question spécifique ou motif d’inquiétude) ?

Une bonne recherche sur Google nous pousse à conclure que la recommandation était hors de propos. Face à votre dentiste, posez toutes les questions possibles pour en savoir d’avantage.

 

Réponse : En ce qui concerne les rayons X, il est recommandable de penser au principe ALARA, qui signifie “As Low As Reasonably Achievable” (Le minimum qu’il soit raisonnablement possible d’atteindre). Réduisez autant que possible l’exposition de votre enfant aux rayons X, mais sachez qu’il y aura probablement des moments où les rayons X sont nécessaires et bénéfiques. Il s’agit de peser le coût de chacune (pas matériel).

 

Quels sont les problèmes liés aux radiographies dentaires pour les enfants ?

– Les enfants sont plus sensibles à l’exposition aux radiations que les adultes. Le risque de cancer par unité de dose de radiations est donc plus élevé pour les enfants que pour les adultes.

– Ce n’est pas le rayonnement d’une seule radiographie qui conduit au cancer, mais l’accumulation de l’exposition aux rayonnements pendant toute une vie. Plus un enfant est jeune lorsqu’il subit une radiographie, plus il a de temps pour que les effets de l’exposition aux rayonnements se manifestent par un cancer.

– Les appareils ont souvent des réglages d’exposition conçus pour les adultes et non pour les enfants, ce qui entraîne une irradiation excessive pour les petits enfants. Il convient d’utiliser des appareils à rayons X modernes, car ils sont dotés de réglages permettant de doser correctement les rayons X pour les enfants.

 

Le pour et le contre des rayons X

Lorsqu’un patient averti s’est cassé les côtes en faisant du snowboard, le médecin a voulu faire une radiographie du thorax. Le patient a demandé au médecin pourquoi, et il lui a répondu que la radiographie était destinée à confirmer le diagnostic. Le problème, c’est que le traitement des côtes cassées est pratiquement nul : il faut se reposer et attendre que les os guérissent. En discutant de cela avec son médecin, ils avaient décidé qu’il n’y avait aucun avantage réel à faire une radiographie pour confirmer le diagnostic. Le patient présentait tous les symptômes des côtes cassées et la confirmation du diagnostic ne changerait rien au traitement, alors le patient a choisi de ne pas faire de radiographie et de se reposer en attendant que les os guérissent.

Mais voici une autre histoire : une patiente, qui a survécu à un cancer, a eu une mauvaise grippe et a fini par se casser les côtes à force de tousser. C’était un cas parfait pour qu’elle passe une radiographie, car les côtes cassées auraient pu provenir de métastases du cancer.

Heureusement, la radiographie a confirmé que c’était bien la toux et elle est toujours en rémission. Mais il s’agit d’un exemple où les avantages d’une radiographie l’emportent sur le risque de ne pas la faire. Si cette patiente avait effectivement eu des côtes fêlées à cause des métastases du cancer, elle et son médecin devaient le savoir immédiatement.

Les radiographies sont un outil précieux pour diagnostiquer les maladies dentaires, mais elles ne devraient pas faire partie de chaque examen, ni être données aux enfants selon une politique de cabinet ou une formule.

 

Il ne faut pas prendre de radiographies pour patients pédiatriques avant de voir des signes de :

– Délabrement des dents,

– Mauvaise santé,

– Encombrement des dents,

Caries dentaires.

 

Généralement, les pédodontistes ne font pas de radiographies sur les enfants à moins qu’ils ne constatent des signes indiquant que c’est nécessaire, mais c’est une décision difficile à prendre, donc un examen clinique très complet est essentiel.

 

Comment décider

Assurez-vous que c’est le dentiste qui le recommande, et non le personnel qui le fait. Beaucoup de cabinets ont des formules pour déterminer quand faire des radiographies, par exemple tous les six mois ou tous les ans, ce qui ne respecte pas les directives du principe ALARA (as low as reasonably achievable).

 

Comprenez pourquoi le médecin le recommande et demandez-lui :

“Y a-t-il un autre moyen de diagnostiquer ce problème sans faire de radiographie ?” et “Que se passe-t-il si nous ne faisons pas cette radiographie ?”.

Un exemple de bonne raison de faire de radiographies dentaires pour l’enfant : votre dentiste soupçonne votre enfant d’avoir une carie en se basant sur les symptômes de votre enfant. En effectuant la radiographie, vous évitez le pire des maux, qui est de ne pas détecter une carie et de perdre la dent par la suite.

 

Conseils de sécurité

Assurez-vous que la radiographie est numérique, c’est-à-dire qu’elle émet moins de radiations que les radiographies conventionnelles et, si vous prenez des radiographies conventionnelles, assurez-vous qu’il s’agit d’un film E et non d’un film D. Le film E est plus sensible à la lumière que le film D. Le film E est plus sensible à la lumière que le film D, ce qui signifie qu’il faut moins de radiations pour exposer le film.

Demandez à votre dentiste s’il dispose d’un détecteur de caries et s’il est possible de l’utiliser en premier. Un détecteur de carie utilise différentes longueurs d’onde de lumière pour voir la carie, sans qu’il soit nécessaire d’effectuer de radiographies dentaires de routine pour l’enfant. Bien que les détecteurs de caries soient sujets à des erreurs d’utilisation, ils peuvent être une bonne alternative aux radiographies dentaires pour l’enfant.

La principale chose à retenir est qu’il doit y avoir une bonne raison de faire une radiographie, surtout pour les enfants.