La névralgie du trijumeau

Dernière mise à jour le 31/01/2022

La névralgie du trijumeau est une affection médicale dans laquelle un nerf du visage provoque une douleur faciale persistante ou récurrente. Bien que tout le monde puisse développer une névralgie du trijumeau, les femmes de plus de 40 ans sont le plus souvent touchées. Cette affection se caractérise par des crises de douleurs soudaines, vives et lancinantes dans certaines parties du visage. Elle se manifeste le plus souvent d’un seul côté, autour de l’œil, de la joue, de la mâchoire ou des parties inférieures du visage et est déclenchée par des mouvements tels que le sourire et la mastication, entre autres.

Le diagnostic repose généralement sur les symptômes et les résultats de l’examen physique. Le traitement fait appel à des médicaments antidouleur et, dans certains cas, à la chirurgie. Bien que la douleur puisse être difficile à contrôler, de nombreuses personnes sont soulagées par une combinaison de thérapies.

 

Risques de la névralgie du trijumeau

La névralgie du trijumeau est une douleur provenant du nerf trijumeau (névralgie signifie “douleur nerveuse”). Le nerf trijumeau transmet les informations sensorielles de la peau du visage au cerveau et contrôle les muscles nécessaires à la mastication.

Dans de nombreux cas, il n’y a pas de cause évidente à la douleur. Parfois, la névralgie du trijumeau est due à d’autres pathologies, comme la sclérose en plaques (SEP) ou une tumeur qui exerce une pression sur le nerf. Bien que tout le monde puisse développer une névralgie du trijumeau, elle est plus fréquente chez les personnes âgées de plus de 40 ans. Elle est également plus fréquente chez les femmes que chez les hommes.

 

Symptômes de la névralgie du trijumeau

Le symptôme le plus typique est une douleur très forte et aiguë au visage, qui survient généralement dans l’oreille et se propage autour de l’œil et sur la joue, la mâchoire et le menton. Cette douleur ne se manifeste généralement que d’un seul côté du visage, bien que dans certains cas elle puisse se manifester des deux côtés.

La douleur a tendance à se manifester par de courts éclats ressemblant à des “chocs électriques”. Parler, sourire, mâcher, toucher légèrement le visage, avaler et embrasser peuvent déclencher la douleur, bien que certaines personnes aient des douleurs sans aucun déclencheur. Lorsque la douleur est localisée dans la mâchoire, les dents ou les gencives, elle peut être confondue avec un mal de dents.

 

Diagnostic

Le diagnostic est basé sur les symptômes et un examen physique. Une imagerie de la tête, comme l’imagerie par résonance magnétique (IRM), est généralement réalisée pour exclure d’autres causes de douleur, comme la sclérose en plaques ou une tumeur.

 

Traitement de la névralgie du trijumeau

Le traitement de la névralgie du trijumeau consiste à soulager la douleur et, le cas échéant, à traiter la cause sous-jacente. De nombreuses personnes trouvent que les analgésiques courants ne sont d’aucune aide. On utilise alors des médicaments spécifiques à la douleur nerveuse. Il s’agit notamment de médicaments anti-convulsions et de relaxants musculaires. Si elles ne sont pas efficaces, une intervention chirurgicale peut être nécessaire pour bloquer ou retirer la partie du nerf trijumeau à l’origine de la douleur ou pour retirer les petits vaisseaux sanguins autour du nerf.

 

Prévention de la névralgie du trijumeau

Le fait d’éviter les déclencheurs peut réduire la fréquence des crises.

 

Pronostic

Le pronostic dépend de la cause de la douleur. Bien que la douleur puisse être difficile à contrôler, de nombreuses personnes sont soulagées par une combinaison de thérapies. Si la cause ne peut être trouvée, les crises peuvent être contrôlées par des médicaments et l’évitement des facteurs déclenchants. Les symptômes de la névralgie du trijumeau réapparaissent souvent, bien qu’il puisse s’écouler des mois ou des années entre les épisodes.