Agénésie dentaire : Causes, types et traitements

L’agénésie dentaire est l’absence d’une dent, généralement une incisive ou une prémolaire, parce qu’elle ne s’est jamais développée ou qu’elle n’est pas née. Bien qu’à première vue, cela ne semble pas être un problème au-delà de l’esthétique, la vérité est que ses conséquences peuvent être graves, surtout dans le cas d’agénésie dentaire chez les enfants. Dans ces cas, il est facile que des anomalies se développent dans d’autres parties de la dentition, tant supérieure qu’inférieure, entraînant un alignement incorrect des dents (malocclusion dentaire).

 

Agénésie dentaire : causes et types

L’agénésie dentaire est un problème relativement courant chez les personnes de tous âges. On estime qu’elle touche entre 1 et 3 % de la population, l’agénésie dentaire étant plus fréquente chez les enfants et chez les personnes atteintes d’un trouble chromosomique ou systémique tel que le syndrome de Down ou la fente labiale. L’agénésie dentaire est également fréquente chez les personnes dont la mère a subi un processus infectieux pendant la grossesse, comme la syphilis ou la tuberculose.

Dans de nombreux cas d’agénésie chez l’enfant, le problème est que les dents de lait ne tombent pas car il n’y a pas de dent permanente pour les pousser. D’autres fois, bien que la dent de lait tombe, elle n’est pas remplacée par la dent permanente de manière naturelle.

L’agénésie dentaire est liée à des perturbations dans la formation des dents. Certaines études suggèrent qu’elle a une cause héréditaire, car cette absence d’une ou plusieurs dents se retrouve parfois chez les membres d’une même famille. Dans les deux cas, les patients présentent soit une obstruction ou un manque d’espace qui empêche la formation de la dent, soit des altérations dans le développement de l’épithélium dentaire interne et externe.

Selon le côté de la bouche touché, l’agénésie dentaire peut être unilatérale (un seul côté) ou bilatérale (les deux côtés). En fonction du nombre de dents manquantes, il existe trois types d’agénésie dentaire, tant chez l’enfant que chez l’adulte :

• Agénésie ou hypodontie ponctuelle :

Absence de 1 à 6 dents. Il s’agit du cas d’agénésie dentaire le plus fréquent dans la population (touchant jusqu’à 25%), et il est généralement lié à l’absence des dents de sagesse.

Agénésie multiple ou oligodontie :

Absence de plus de 6 dents sur la même arcade. Ce type d’agénésie dentaire est rare et s’accompagne généralement d’anomalies au niveau des dents qui ont fait éruption.

Anodontie :

Absence totale de dents et de pièces dentaires d’origine congénitale.

 

Comment diagnostique-t-on l’agénésie dentaire ?

Bien qu’en principe l’agénésie soit liée à des problèmes esthétiques, l’absence d’une ou plusieurs dents peut également affecter la fonctionnalité de notre bouche pour la mastication ou la parole, car l’existence d’espaces dentaires entraîne des positions anormales et forcées dans le reste de la bouche.

Dans les cas les plus graves (anodontie et oligodontie), un dépistage précoce est indispensable pour appliquer le traitement le plus approprié (implants, prothèses dentaires et orthodontie). En fait, en général, l’agénésie est détectée à un âge précoce, lorsque le dentiste pédiatrique vérifie si les dents de l’enfant se sont développées normalement.

Le diagnostic chez l’adulte est également relativement simple et se fait par l’examen des radiographies buccales. Chez les adultes, l’agénésie est liée à :

Une ou plusieurs dents sont de taille inférieure à la normale parce qu’il s’agit de dents de lait, aucune dent ne faisant éruption pour les remplacer.

Une fois que le remplacement normal des dents a eu lieu, il manque à la personne une ou plusieurs dents.

 

Agénésie dentaire : traitements pour mettre fin à l’agénésie dentaire

Avant de choisir un traitement pour l’agénésie dentaire, les dentistes, les implantologues et les orthodontistes doivent prendre en compte un certain nombre d’aspects différents, notamment :

Nombre de dents manquantes,

Emplacement des dents manquantes,

Âge du patient,

État de la dentition du patient.

Agénésie dentaire corrigée

Dans de nombreux cas d’agénésie dentaire, surtout si le patient a déjà renouvelé ses dents, il arrive que l’espace qui était “libre” soit partiellement ou totalement occupé par les dents adjacentes, ce qui entraîne leur mauvais positionnement et leur encombrement. Dans ce type d’agénésie dentaire, le traitement consiste à “ouvrir” cet espace et à y placer un implant dentaire en posant une racine artificielle et une couronne dentaire.

Une deuxième option consiste à essayer de corriger la séparation causée dans l’arcade par l’orthodontie. Si le patient conserve la dent de lait, l’implantologue doit idéalement essayer de la garder le plus longtemps possible, en préparant l’arcade pour le futur implant. Si ce n’est pas le cas, un mainteneur d’espace sera placé de manière à ce que les dents soient parfaitement alignées et avec juste assez d’espace pour insérer l’implant dentaire si nécessaire. Enfin, s’il manque au patient plusieurs dents sur une même arcade, le spécialiste peut placer un bridge dentaire ou réaliser une prothèse partielle fixe.