Les dentistes britanniques contre l’excès de sucre dans les compotes pour bébés

Les “niveaux obscènes” de sucre dans les sachets d’aliments pour bébés montrent la nécessité d’une action rapide dans le secteur de l’alimentation et des boissons pour les jeunes enfants.

C’est le dernier verdict de la British Dental Association BDA à la suite de nouvelles recherches sur la teneur en sucre des sachets d’aliments pour bébés.

Bien que les allégations de “sans sucre ajouté” soient largement répandues, les dentistes soulignent qu’il n’y a que peu ou pas de différence entre le sucre ajouté et le sucre naturel en ce qui concerne la santé bucco-dentaire.

 

Un langage fallacieux

Les résultats de l’analyse de 109 sachets destinés aux enfants de moins de 12 mois montrent que :

– Plus d’un quart contenait plus de sucre en volume que le Coca Cola. Les parents de nourrissons âgés de quatre mois seulement se voient proposer des sachets qui contiennent l’équivalent de 150 % du taux de sucre de la boisson gazeuse. Tous les sachets sont des mélanges à base de fruits

– Les marques “boutique” semblent avoir des niveaux de sucre plus élevés que les marques traditionnelles d’aliments pour bébés ou les alternatives de marque propre.

– Certains produits examinés destinés aux enfants de plus de quatre mois contiennent jusqu’à deux tiers de l’apport journalier recommandé (AJR) en sucre pour un adulte.

– Les recommandations du Royaume-Uni et de l’OMS préconisent le sevrage à partir de six mois. Aucun produit ne devrait donc pouvoir être commercialisé sous la mention “4 mois et plus”. Près de 40% des produits examinés étaient commercialisés pour cette tranche d’âge.

– Le secteur utilise un langage fallacieux, par exemple, “sucres naturels” ou absence de “sucres ajoutés”. Des termes tels que “biologique”, “riche en fibres” ou “contenant 1 des 5 calories par jour” ont également été utilisés.

– Plus de deux tiers des produits examinés dépassaient le seuil de 5 g de sucre par 100 ml fixé sur la teneur du sucre appliquée aux boissons.

 

Plus loin de la vérité

Ni l’Organisation mondiale de la santé (OMS), ni le Comité consultatif scientifique sur la nutrition (SACN) du gouvernement britannique ne citent d’AJR pour les enfants. Ils insistent plutôt sur le fait qu’il faut en consommer le moins possible.

 

Eddie Crouch, président de la BDA, a déclaré :

“Des spécialistes du marketing malhonnêtes donnent aux parents l’impression qu’ils font un choix sain avec ces sachets. Rien n’est plus éloigné de la vérité.

« Les allégations de “sans sucre ajouté” n’ont aucun sens lorsque les mères et les pères finissent par donner la part du lion d’une canette de Coca à leurs enfants ».

« La carie dentaire est la première cause d’admission à l’hôpital chez les jeunes enfants, et le sucre est à l’origine de cette épidémie. Ces produits risquent malheureusement d’accrocher la prochaine génération avant même qu’elle ne sache marcher ».

« Les ministres doivent briser la dépendance du Royaume-Uni. Ils doivent veiller à ce que le sucre devienne le nouveau tabac, en particulier lorsqu’il s’agit de nos plus jeunes patients ».