H. GHEDIRA*, F. MAATOUK*, W. STAMBOULI*, M. JAAFOURA**
* Département d’Odonto-Pédiatrie. Faculté de Médecine Dentaire Monastir
** Médecin de Santé Publique Hôpital Fattouma Bourguiba Monastir TUNISIE


RÉSUMÉ
Elaboré en collaboration avec le Croissant Rouge, notre travail vise à étudier les affections bucco-dentaires en denture temporaire et à promouvoir la prévention par une enquête épidémiologique menée en milieu préscolaire à Monastir (Tunisie) auprès de 1991 enfants âgés de 3 à 5 ans (1029 garçons et 962 filles). Les résultats révèlent que 62 % d’entre eux possèdent une brosse à dents ; cependant 50 % ont une hygiène insuffisante et la carie dentaire constitue chez eux l’affection la plus fréquente avec un taux de 36 %.

 

La malocclusion touche 31% d’entre eux. Ces prévalences s’aggravent en denture permanente comme l’a montré la dernière enquête nationale en milieu scolaire. Ceci démontre l’importance de la prévention bucco-dentaire en denture temporaire chez des enfants qui constituent, par leur réceptivité, une cible privilégiée.
Mots clés : Âge préscolaire, Carie dentaire, Jardins d’enfants, Prévention

La carie dentaire, véritable fléau de la civilisation, est une maladie infectieuse, multifactorielle et irréversible. Elle est particulièrement fréquente chez les enfants, aussi bien en denture permanente qu'en denture temporaire (1).
Mais, si en Tunisie l'enquête nationale de 1994 (2) sur l'état de santé bucco-dentaire nous renseigne sur la prévalence des affections bucco-dentaires en denture permanente à 6, 12 et 15 ans, nous n'avons aucun repère en ce qui concerne la denture temporaire. Celle-ci est d'une grande importance dans le développement psychique et physique de l'enfant.

OBJECTIFS
A travers une campagne de prévention dans les jardins d'enfants de la ville de Monastir, cette enquête vise à :
- évaluer l'état de santé bucco-dentaire de l'enfant en âge préscolaire ;
- recueillir les données sur les besoins en traitement de la population préscolaire ;
- promouvoir l'hygiène bucco-dentaire en milieu préscolaire.

MATÉRIEL ET MÉTHODES
C'est une enquête épidémiologique, régionale, descriptive, transversale, effectuée sur un échantillon représentatif de la population en âge préscolaire de la ville de Monastir.

 

Lieu de l'enquête :
L'enquête a intéressé tous les jardins d'enfants de la ville de Monastir, qui sont au nombre de 38.

 

Population d'étude :
Critères d'inclusion :
Nous avons inclus dans l'étude tous les enfants âgés de 3 à 5 ans, inscrits dans les 38 jardins d'enfants de la ville de Monastir, en dehors des crèches et des garderies.

 

Composition de l'échantillon :
L'échantillon est composé de 1991 enfants (1029 garçons et 962 filles), âgés de 3 à 5 ans (tableau I).
Le sexe ratio est de 0,93 en faveur des garçons.

 

Enquêteurs :
16 praticiens ont participé à l'enquête et ceci après un calibrage (scoring) et des séances d'information et d'entraînement des enquêteurs pour assurer la concordance et l'uniformité des observations.

 

Tableau I : Répartition de l'échantillon en fonction de l'âge et du sexe

 

Moyens :
Ce travail a consisté en :
- Un examen bucco-dentaire et dépistage des affections,
- Des séances de motivation, avec distribution de brosses à dents junior souples et des affiches sur le thème,
- Un prise en charge des enfants dépistés atteints de carie ou autre affection dentaire après avis du médecin scolaire de l'établissement.

 

Fiche clinique et codification d'examen :
Pour l'évaluation de l'état de santé bucco-dentaire, nous avons adopté le formulaire simplifié de l'O.M.S. modifié (3).
Les résultats ont été traités par informatique grâce au logiciel Epi-Info 6.0 (4).
Le test statistique X2 et les analyses de variance ANOVA F ont été utilisés au risque a= 0,05 pour rechercher les éventuelles relations statistiques entre les variables (5,6,7).

RÉSULTATS
L'effectif des enfants de 5 ans est le plus important, avec un taux de 44,5 %. (tableau I). La majorité des enfants (46 %) sont issus d'un milieu socio-économique moyen (tableau II).
62 % des enfants disent posséder une brosse à dents (tableau III), mais seulement 41% se brossent les dents 1 à 3 fois par jour (tableau IV). Malgré cela, seuls 5,7 % ont une mauvaise hygiène bucco-dentaire (tableau V).
713 enfants souffrent de carie sur dents temporaires (tableau VI). Nous avons un cao moyen de 1,41 (tableau VII).

 

Tableau II : Répartition des enfants en fonction du niveau socio-économique
Tableau III : Répartition des enfants selon la possession de brosse à dents
Tableau IV : Distribution des enfants en fonction de la fréquence du brossage
Tableau V : Etat de l'hygiène bucco-dentaire en fonction du sexe
Tableau VI : Prévalence de la carie en denture temporai
Tableau VII : Indice cao en fonction de l’âge


ANALYSE ET DISCUSSION
Nous n'avons tenu compte, dans cette analyse, que des relations statistiques qui nous sont parues intéressantes.

 

En fonction de l'âge et du sexe :
Composition de l'échantillon :
Nous remarquons que l'effectif des enfants augmente avec l'âge (tableau I) ; Il en est de même pour l'assiduité. Nous pensons que les parents prennent plus au sérieux le rôle du jardin d'enfants à l'approche de l'âge scolaire (5 ans). Avant, le jardin d'enfants servait plus comme garderie.
Nous notons aussi qu'il n'y a pas de différence significative entre l'effectif des garçons et celui des filles (c2 = 0,10 et
p = 0,95). Donc, ils fréquentent le jardin d'enfants les uns autant que les autres.


Brosse à dents et hygiène bucco-dentaire :
Plus l'âge augmente, plus le pourcentage de possession de brosse à dents augmente (c2 = 35,1 et p < 10-7). Il en est de même pour la fréquence du brossage. Ainsi, l'hygiène bucco-dentaire est meilleure à 5 ans qu'à 3 ans (c2 = 26,67 et p < 10-4) (tableaux III, IV et V).
Nous notons que les filles sont plus nombreuses à avoir une brosse à dents: 64% contre 60 % pour les garçons (c2 = 4,4 et p < 0,05).


Carie dentaire :
Paradoxalement, la prévalence de la carie dentaire semble augmenter avec l'âge (c2 = 97,25 et p < 10-8); elle passe de 22 % chez les enfants de 3 ans à 44 % chez ceux de 5 ans. en fonction du sexe, il n'y a pas de différence significative (tableau VI).
L'indice cao semble aussi varier dans le même sens avec l'âge, avec une moyenne de 1,41 à 5 ans (ANOVA F = 1,38 et p < 0,05) (tableau VII).


Malocclusion :
Nous notons l'absence de différence significative quant à prévalence de la malocclusion pour les différents âges (c2 = 2,64 et p > 0,05) .


Eruption dentaire :
A l'âge de 3 ans, 5 garçons et 1 fille présentent déjà des dents permanentes. A l'âge de 4 ans, nous trouvons 12 garçons et 16 filles en denture mixte, soit respectivement 3 % et 4 %, contre 118 garçons et 160 filles à 5 ans, soit respectivement 25 % et 37 %.
Les filles semblent avoir une légère avance sur les garçons quant à l'éruption des dents permanentes, d'où un pourcentage plus important des filles en denture mixte (18 % contre 13 % pour les garçons), tout en sachant que la distribution des enfants en fonction de l'âge est analogue pour les deux sexes (c2 = 0,1 et p > 0,05).


En fonction du niveau socio-économique :
Brosse à dents et hygiène bucco-dentaire :
Respectivement 56 %, 62 % et 71 % des enfants issus des milieux modeste, moyen et élevé possèdent une brosse à dents. Nous remarquons ainsi que plus le niveau socio-économique s'améliore, plus le taux augmente (c2 = 23,04 et p < 10-4) (tableau VIII).
Il en est de même pour la fréquence du brossage qui augmente dans le même sens (c2 = 34,97 et p < 10-3), avec respectivement 37 %, 43 % et 47 % d'enfants qui se brossent (tableau IX) et 43 %, 47 % et 56 % d'enfants ayant une bonne hygiène bucco-dentaire (tableau X).


Carie dentaire :
La prévalence de la carie dentaire diminue significativement quand le niveau socio-économique s'améliore (c2 = 59,34 et p < 10-8), avec respectivement 38 %, 36 % et 27% pour les milieux modeste, moyen et élevé (tableau XI).
Le cao semble lui aussi diminuer en milieu élevé.
Raadal et al. ont rapporté cette relation entre le niveau socio-économique ou le niveau éducationnel des parents et les indices de carie dentaire (8).


Hygiène et prévalence de la carie :
La prévalence de la carie dentaire semble varier avec l'hygiène bucco-dentaire des enfants. Quand l'hygiène s'améliore, la prévalence diminue : 29 % contre 48 % lorsque l'hygiène est mauvaise (tableau XII).

 

Tableau VIII :  Répartition en fonction de la possession de brosse à dents
Tableau IX : Répartition en fonction de la fréquence du brossage quotidien
Tableau X : Répartition en fonction de l'hygiène bucco-dentaire
Tableau XI : Prévalence de la carie dentaire sur dents temporaires en fonction du N.S.E..
Tableau XII : Prévalence de la carie en fonction de l'hygiène bucco-dentaire


COMPARAISON AVEC D'AUTRES ÉTUDES
Brosse à dents et hygiène bucco-dentaire :
Dans son étude sur l'état de santé bucco-dentaire des enfants d'âge préscolaire à El Manazeh et Ben Arous, Ben Hénia (1997) (9) examina 210 enfants âgés de 3 à 5 ans. Son étude révéla que 91 % d'entre eux possédaient une brosse à dents.
De même, Ben Hénia trouva que 84 % des enfants se brossaient les dents : taux supérieur au nôtre (47 %).

Occlusion - Malocclusion :

L'éruption était beaucoup plus précoce dans l'étude de Ben Hénia (1997) (9), avec 58 % d'enfants en denture mixte , contre seulement 31 % dans notre étude.
Par ailleurs, Foster et al. (1969) (10) révèlent dans leur étude sur l'occlusion en denture temporaire chez 79 enfants âgés de 2,5 à 5,5 ans, que le plan terminal droit est le plus fréquent (53 %), taux équivalent au nôtre (59%).
Kammoun (1998) (11), dans son enquête menée dans 8 jardins d'enfants de Sfax sur 470 enfants âgés de 3 à 5 ans, rapporte un taux de 51 %.

En ce qui concerne la malocclusion, Ben Hénia (1997) a trouvé un taux supérieur au nôtre : 49 % contre 31 %.

L'enquête nationale de 1994, (Direction de la Médecine Scolaire et Universitaire 1994) (2), a elle aussi révélé chez les enfants de 12 ans une prévalence de la malocclusion supérieure à la nôtre (38 %) (c2=9,26 et p< 10 2).
Saleh (1999) (12) relève quant à lui un taux encore plus important (59%) chez 851 enfants libanais de 9 à 15 ans. L'auteur insiste sur la relation statistique qui lie l'ethnie à la prévalence de la malocclusion.

Carie dentaire :

Le taux national de la carie dentaire en denture temporaire (enquête de 1994 : 6 ans) est supérieur au nôtre (57 % contre 36%).
Par contre, Ben Hénia (1997) (9) rapporte une prévalence nettement inférieure, avec un taux de 27% .
Cette disparité entre les études relève de la variabilité entre les échantillons.
Par ailleurs, Campus (1998) (13), Harnagea (1999) (14), Pitts (1999) (15) et Raadal (2000) (16) rapportent des prévalences supérieures.

CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS

Compte tenu des résultats de notre enquête et l'observation du mode de vie dans les différents jardins d'enfants visités, il nous a semblé intéressant d'émettre les recommandations suivantes.

* Une hygiène bucco-dentaire rigoureuse et régulière est le meilleur moyen de protection contre les affections bucco-dentaires. On note par ailleurs que les enfants constituent une cible privilégiée pour la prévention par leur réceptivité ; il faut donc agir pour que les enfants, dès leur jeune âge, prennent conscience du rôle et de l'importance de leurs dents et apprennent comment les préserver par une hygiène alimentaire appropriée et un brossage adéquat. Ces moyens doivent entrer dans leurs habitudes. On note ici le rôle essentiel des éducatrices et des parents qui représentent le modèle de référence pour les enfants. En effet, les éducatrices leur permettent d'acquérir un comportement favorisant la santé bucco-dentaire, et toute expérience se passant au jardin d'enfants devrait susciter la participation à la maison ce qui rendrait l'apprentissage une habitude.

En ce qui concerne l'hygiène alimentaire, les enfants, ainsi que leur entourage doivent être informés et responsabilisés.

Les principales recommandations faites aux parents, monitrices et éducatrices sont :
- réduire la consommation de glucides entre les repas, surtout après le repas du soir;
- supprimer les sucreries des goûters et les remplacer, par exemple, par des fromages ou des fruits qui sont moins cariogènes;
- éviter le grignotage et préconiser une alimentation à des heures régulières pour éviter une acidité buccale multipliée. En effet, plus que les aliments et la quantité absorbée, c'est la fréquence des apports, en particulier sucrés, qui favorise la maladie carieuse et conduit à la déminéralisation des tissus durs de la dent ;
- préférer une alimentation nécessitant la mastication pour favoriser l'auto-nettoyage et donc raccourcir le temps de fabrication ou transformation de l'aliment en acide. Les légumes crus et les fruits sont des substituts valables aux bonbons et servent aussi à bien nettoyer les dents.

* Enfin, des campagnes de prévention sont nécessaires pour améliorer et étendre l'éducation de la santé bucco-dentaire. Il faut :

- créer des centres de dépistage et de motivation ;
- Multiplier les campagnes publicitaires d'information à travers les médias, essentiellement la télévision qui a le plus fort impact sur le public ; ceci permet une meilleure transmission du message, notamment à propos de la consommation du sucre, la méthode de brossage et les visites de contrôle chez le médecin dentiste ;
- adresser les programmes à toute la population et systématiser les messages dans le temps en vue d'améliorer la santé à long terme.
Conscients que l'âge préscolaire est un âge clé pour établir des habitudes saines en matière d'hygiène bucco-dentaire, habitudes que l'enfant gardera toute sa vie, nous nous attacherons à faire appliquer l'adage si bien connu : "Il vaut mieux prévenir que guérir".

BIBLIOGRAPHIE
1 - Obry-Musset AM.
Epidemiology of dental caries in children.
Arch Pediatr 1998;5:1145-8.
2 - Direction de la Médecine Scolaire et Universitaire.
Enquête nationale sur l'état de santé bucco-dentaire en milieu scolaire. Rapport de la DMSU, 1994.
3 - O.M.S.
Enquête sur la santé bucco-dentaire: méthodes fondamentales (4ème édition). Genève: 1994.
4 - Brodeur JM, Payette M, Bedos C.
Socioeconomic variables and the prevalence of dental caries in second Quebec children in 1989-90. Can J Public Health 1998;89:274-9.
5 - Rumeau-Rouquette C, Bérart G, Padieu R.
Méthode en épidémiologie. Paris : Médecine-Sciences, Flammarion, 1989.
6 - Salomon R.
Abrégé de statistique médicale. Paris : Masson, 1988.
7 - Schwartz D.
Méthodes statistiques à l'usage des médecins et des biologistes. Paris : Médecine-Sciences, Flammarion, 1988.
8 - Rozencweig D.
Manuel de prévention dentaire. Paris : Masson, 1988.
9 - Ben Hénia-Ben Youssef F.
Enquête épidémiologique sur l'état bucco-dentaire des enfants d'âge préscolaire à El Manazeh et Ben Arous. Thèse de Doctorat en Médecine Dentaire, Monastir 1997.
10 - Foster TD, Hamilton MC.
Occlusion in the primary dentition between 2,5 and 5,5 years of age. Br Dent J 1969;126:76-9.
11 - Kammoun S.
Etude clinique de l'occlusion en denture temporaire. Thèse de Doctorat en Médecine Dentaire, Monastir 1998.
12 - Saleh FK.
Prevalence of malocclusion in sample of Lebanese school children: an epidemiological study. Eastern Medit Health J 1999; 5:337-43.
13 - Campus G, Lumbau A, Falcolini G.
DMFT, DMFS, T-need, and DDE indexes in five and twelve-year-old Sardinian (Italy) children. Ital J Paediatr Dent 1998;1:102-13.
14 - Harnagea H, Borutta A.
Caries prevalence and treatment needs of 8 years old school children in Iasi (Romania). Ital J Paediatr Dent 1999;2:141-4.
15 - Pitts NB, Evans DJ, Nugent ZJ.
The dental caries experience of 5 years old children in the United Kingdom. Community Dent Health 1999;16:50-6.
16 - Raadal M, Amarante G, Espelid J.
Prevalence, severity and distribution of caries in a group of 5 year-old Norvegian child. Europ J Paediatr Dent 2000;1:13-20.

indexation index medicus
Publier un article
Septembre 2019
L Ma Me J V S D
26 27 28 29 30 31 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 1 2 3 4 5 6
Aller au haut