Le professeur Filippo Graziani, président de la Fédération européenne de parodontologie (EFP), braque les projecteurs sur la parodontite et répond si la maladie des gencives augmente le risque d'hypertension, de crise cardiaque et d'AVC.


Les maladies cardiovasculaires (MCV), un terme général présumant une grande variété de maladies et d'affections touchant le cœur et les vaisseaux sanguins, restent la principale cause mondiale de perte de santé et de décès. Il y avait une estimation de 422,7 millions de cas de maladies cardiovasculaires et 17,92 millions de décès causés par des maladies cardiovasculaires en 2015 (Roth et al., 2017).

En Europe seulement, les maladies cardiovasculaires sont responsables de 3,9 millions de décès, soit 45% de toutes les causes de décès (Wilkins, 2017). Et bien que les taux de mortalité aient pu diminuer, en raison de la croissance et du vieillissement continus de la population, nous assistons toujours à une augmentation du nombre absolu de cas de maladies cardiovasculaires.

MALADIE INFLAMMATOIRE
Les maladies vasculaires athérosclérotiques, telles que les cardiopathies ischémiques et les accidents vasculaires cérébraux, dominent le nombre de décès par MCV (Roth et al., 2017; Wilkins, 2017). L'athérosclérose est un processus chronique qui implique des voies immunitaires et inflammatoires dont les déclencheurs ne sont pas encore complètement compris (Libby et al., 2018). Les preuves suggèrent que l'augmentation de la charge inflammatoire, exprimée par les marqueurs inflammatoires systémiques élevés, est généralement associée à l'épaisseur croissante des parois artérielles et aux événements CVD ultérieurs. Ainsi, les maladies inflammatoires chroniques (c'est-à-dire la polyarthrite rhumatoïde, le psoriasis, les maladies chroniques de l'intestin) ont été associées au risque accru de futurs événements CV.

Chose intéressante, l'une des maladies inflammatoires les plus courantes dans le monde est la parodontite, l'inflammation des gencives et les structures dentaires de soutien. Compte tenu du fait que les maladies bucco-dentaires affectent plus de 3,4 milliards de personnes dans le monde (James et al., 2018) et que les maladies parodontales dans leur forme la plus grave représentent à elles seules 800 millions, il est plus facile de comprendre la dimension de cette diffusion mondiale (Tonetti, Jepsen, Jin et Otomo-Corgel, 2017).

MALADIE PARODONTALE
C'est en 1989 que l'association entre la mauvaise santé dentaire (et donc les maladies inflammatoires buccales) et l'athérosclérose conduisant à un infarctus du myocarde a été initialement suggérée par une étude cas-témoins d'un groupe finlandais de cardiologues (Mattila et al., 1989). Depuis lors, un certain nombre d'études observationnelles chez l'homme ont conduit à inclure la parodontite comme facteur de risque de maladies cardiovasculaires indépendamment de ce qui est considéré comme des facteurs de risque traditionnels, à savoir le tabagisme et l'obésité. À l'heure actuelle, un total de 57 maladies systémiques est à l'étude pour leur association avec les maladies parodontales (Loos, 2016).

La justification de l'association des deux conditions peut être spéculée à travers deux mécanismes principaux: la bactériémie et l'inflammation systémique. Les sujets atteints de parodontite sévère ont tendance à montrer des épisodes de bactériémie une fois sur cinq qu'ils mâchent. Parmi les bactéries associées à la parodontite, certaines ont montré une affinité importante sur les cellules endothéliales et myocardiques. Des études de biopsie ont indiqué que, dans la plaque athéromateuse de l'artère carotide, la présence d'agents pathogènes parodontaux vivants est une constatation fréquente. Ces bactéries se sont révélées capables de provoquer d'importantes réactions inflammatoires pouvant justifier la formation éventuelle d'un thrombus. Ainsi, une bactériémie pourrait contribuer directement à un dysfonctionnement endothélial vasculaire (Masi, D’Aiuto, & Deanfield, 2019). En effet, la surface parodontale enflammée chez les patients atteints de parodontite sévère est estimée à environ 2300 mm2, garantissant un accès facile des bactéries à la circulation et, par la suite, des effets allant bien au-delà de la cavité buccale (Leira et al., 2019).

L'autre mécanisme biologique, comme mentionné précédemment, est l'inflammation systémique associée à la parodontite et les niveaux accrus de marqueurs pro-inflammatoires, tels que CRP, IL-6, TNF-α, qui affectent tous la fonction endothéliale. À savoir, l'endothélium, la paroi interne du vaisseau sanguin, a un rôle important dans ses régulations biologiques, de la coagulation au remodelage de ses parois.

FEDERATION EUROPEENNE DE PARODONTOLOGIE (EFP) ET ACADEMIE AMERICAINE DE PARODONTOLOGIE (AAP)
En 2012, un atelier conjoint a eu lieu entre deux organisations parodontales gouvernantes en Europe et en Amérique, la Fédération européenne de parodontologie (EFP) et l'American Academy of Periodontology (AAP), respectivement. L'atelier a réuni des experts pour examiner les preuves établissant un lien entre la parodontite et les maladies systémiques, dont l'une était des maladies cardiovasculaires. Les conclusions de l'atelier ont souligné la plausibilité biologique susmentionnée de l'impact de la parodontite sur les MCV, ainsi que les preuves épidémiologiques solides que la parodontite augmente le risque de MCV athérosclérotiques. Cela a encore renforcé la déclaration de l'American Heart Association (AHA) selon laquelle la parodontite était associée à une maladie vasculaire athérosclérotique indépendante des facteurs de confusion connus (Lockhart et al., 2012). À l'époque, la nécessité de futurs et ultérieurs essais d'intervention était également soulignée (Tonetti et Van Dyke, 2013).

HYPERTENSION
Récemment, la parodontite a également été associée à l'hypertension, un autre prédicteur important du risque cardiovasculaire. Une revue systématique et une méta-analyse de 46 études ont révélé que les patients atteints de parodontite modérée à sévère, par rapport à ceux qui sont en bonne santé, ont 20% plus de chances d'hypertension, tandis que ceux atteints de parodontite sévère s'élèvent à 49% (Muñoz Aguilera et al., 2019).

TRAITEMENT
Bien que le nombre d'essais de recherche soit encore limité, il semble qu'un traitement parodontal non chirurgical (syn. Anti-infectieux / causatif / anti-inflammatoire) puisse être bénéfique pour la santé cardiovasculaire, comme l'indique l'amélioration de la dilatation des vaisseaux sanguins à médiation par le flux (Fièvre aphteuse) de 6,4% entre les patients sous traitement et le groupe témoin, la fièvre aphteuse étant la mesure de la fonction endothéliale (Orlandi et al., 2014). De plus, le traitement parodontal peut également réduire la TA systolique, améliorer le profil lipidique et la rigidité artérielle (Czesnikiewicz-Guzik et al., 2019; D'Aiuto et al., 2006; Graziani et al., 2010; Vidal, Cordovil, Figueredo et Fischer, 2013), qui sont tous des facteurs de risque cardiovasculaires établis.

Des essais impliquant des patients subissant un traitement parodontal non chirurgical ont montré que l'instrumentation mécanique des poches parodontales enflammées, la partie procédurale habituelle, induit une bactériémie importante, conduisant à une réponse inflammatoire aiguë systémique. Cela suppose l'élévation systémique d'une variété de marqueurs de la réponse en phase aiguë et des dommages aux cellules endothéliales jusqu'à une semaine après le traitement; l'intensité varie en fonction de la modalité d'administration du traitement (Graziani et al., 2015, 2010). Ces résultats impliquent de l'importance pour la considération des options de livraison de traitement (effectuées par étapes, à travers plusieurs rendez-vous par rapport à la bouche pleine, terminée dans les 24 heures) chez les patients qui présentent déjà un risque élevé d’événements cardiovasculaires afin d’éviter d’autres problèmes CV.

Alors que de nouvelles preuves soutiennent continuellement le lien entre la santé parodontale et la santé cardiovasculaire, la collaboration entre les professionnels dentaires et médicaux devient une norme attendue. Ainsi, en février 2019, un atelier historique entre la Fédération mondiale du cœur (WHF) et la Fédération européenne de parodontologie (EFP) a eu lieu, non seulement pour examiner les nouvelles données probantes à la suite de l'atelier de 2012, mais aussi pour préparer des recommandations conjointes à la fois pour les professionnels de la santé et les patients. Au moment où cet article est publié, les recommandations devraient être disponibles. Bien que d'autres essais soient justifiés, les connaissances actuelles nous obligent à sensibiliser à l'importance de la santé bucco-dentaire dans la réduction du risque CV et à poursuivre une collaboration plus étroite entre les dentistes et la communauté médicale afin d'élever le niveau de soins des patients.
   
RÉFÉRENCES
Czesnikiewicz-Guzik, M., Osmenda, G., Siedlinski, M., Nosalski, R., Pelka, P., Nowakowski, D., … Guzik, T. J. (2019). Causal association between periodontitis and hypertension: evidence from Mendelian randomization and a randomized controlled trial of non-surgical periodontal therapy. European Heart Journal, 1–12. doi:10.1093/eurheartj/ehz646

D’Aiuto, F., Parkar, M., Nibali, L., Suvan, J., Lessem, J., & Tonetti, M. S. (2006). Periodontal infections cause changes in traditional and novel cardiovascular risk factors: Results from a randomized controlled clinical trial. American Heart Journal, 151(5), 977–984. doi:10.1016/j.ahj.2005.06.018

Graziani, F., Cei, S., Orlandi, M., Gennai, S., Gabriele, M., Filice, N., … D’Aiuto, F. (2015). Acute-phase response following full-mouth versus quadrant non-surgical periodontal treatment: A randomized clinical trial. Journal of Clinical Periodontology, 42(9), 843–852. doi:10.1111/jcpe.12451

Graziani, F., Cei, S., Tonetti, M., Paolantonio, M., Serio, R., Sammartino, G., … D’Aiuto, F. (2010). Systemic inflammation following non-surgical and surgical periodontal therapy. Journal of Clinical Periodontology, 37(9), 848–854. doi:10.1111/j.1600-051X.2010.01585.x

James, S. L., Abate, D., Abate, K. H., Abay, S. M., Abbafati, C., Abbasi, N., … Murray, C. J. L. (2018). Global, regional, and national incidence, preva- lence, and years lived with disability for 354 Diseases and Injuries for 195 countries and territories, 1990-2017: A systematic analysis for the Global Burden of Disease Study 2017. The Lancet, 1789–1858. doi:10.1016/S0140-6736(18)32279-7

Leira, Y., Rodríguez-Yáñez, M., Arias, S., López-Dequidt, I., Campos, F., Sobrino, T., … Blanco, J. (2019). Periodontitis is associated with systemic inflammation and vascular endothelial dysfunction in patients with lacunar infarct. Journal of Periodontology, 90(5), 465–474. doi:10.1002/JPER.18-0560

Libby, P., Loscalzo, J., Ridker, P. M., Farkouh, M. E., Hsue, P. Y., Fuster, V., … Amar, S. (2018). Inflammation, Immunity, and Infection in Atherothrom- bosis: JACC Review Topic of the Week. Journal of the American College of Cardiology, 72(17), 2071–2081. doi:10.1016/j.jacc.2018.08.1043

Lockhart, P. B., Bolger, A. F., Papapanou, P. N., Osinbowale, O., Trevisan, M., Levison, M. E., … Baddour, L. M. (2012). Periodontal disease and ath- erosclerotic vascular disease: Does the evidence support an independent association?: A scientific statement from the American heart association. Circulation, 125(20), 2520–2544. doi:10.1161/CIR.0b013e31825719f3

Loos, B. G. (2016). Periodontal medicine: Work in progress! Journal of Clinical Periodontology, 43(6), 470–471. doi:10.1111/jcpe.12550

Masi, S., D’Aiuto, F., & Deanfield, J. (2019). Cardiovascular prevention starts from your mouth. European Heart Journal, 40(14), 1146–1148. doi:10.1093/eurheartj/ehz060

Mattila, K. J., Nieminen, M. S., Valtonen, V. V., Rasi, V. P., Kesaniemi, Y. A., Syrjala, S. L., … Huttunen, J. K. (1989). Association between dental health and acute myocardial infarction. British Medical Journal, 298(6676), 779–781. doi:10.1136/bmj.298.6676.779

Muñoz Aguilera, E., Suvan, J., Buti, J., Czesnikiewicz-Guzik, M., Barbosa Ribeiro, A., Orlandi, M., … D’Aiuto, F. (2019). Periodontitis is associated with hypertension: a systematic review and meta-analysis. Cardiovascular Research. doi:10.1093/cvr/cvz201

Orlandi, M., Suvan, J., Petrie, A., Donos, N., Masi, S., Hingorani, A., … D’Aiuto, F. (2014). Association between periodontal disease and its treatment, flow-mediated dilatation and carotid intima-media thickness: A systematic review and meta-analysis. Atherosclerosis, 236(1), 39–46. doi:10.1016/j.atherosclerosis.2014.06.002

Roth, G. A., Johnson, C., Abajobir, A., Abd-Allah, F., Abera, S. F., Abyu, G., … Murray, C. (2017). Global, Regional, and National Burden of Cardio- vascular Diseases for 10 Causes, 1990 to 2015. Journal of the American College of Cardiology, 70(1), 1–25. doi:10.1016/j.jacc.2017.04.052

Tonetti, M. S., Jepsen, S., Jin, L., & Otomo-Corgel, J. (2017). Impact of the global burden of periodontal diseases on health, nutrition and wellbeing of mankind: A call for global action. Journal of Clinical Periodontology, 44(5), 456–462. doi:10.1111/jcpe.12732

Tonetti, M. S., & Van Dyke, T. E. (2013). Periodontitis and atherosclerotic cardiovascular disease: consensus report of the Joint EFP/AAPWork- shop on Periodontitis and Systemic Diseases. Journal of Periodontology, 84(4-s), S24–S29. doi:10.1902/jop.2013.1340019

Vidal, F., Cordovil, I., Figueredo, C. M. S., & Fischer, R. G. (2013). Non-sur- gical periodontal treatment reduces cardiovascular risk in refractory hypertensive patients: A pilot study. Journal of Clinical Periodontology, 40(7), 681–687. doi:10.1111/jcpe.12110

Wilkins, E., Wilson, L., Wickramasinghe, K., Bhatnagar, P., Leal, J., Luengo- Fernandez, R., … Townsend, N. (2017). European Cardiovascular Disease Statistics 2017. Brussels: European Heart Network.

Source: https://www.openaccessgovernment.org/gum-disease-increase-hypertension-heart-attack-stroke/81055/

Publier un article

index medicus

indexation index medicus
Juin 2020
L Ma Me J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 1 2 3 4 5
Aller au haut