I. EL IDRISSI* ; M. KHANOUSSI** ; H. BENYAHIA* ; S. NECHAD*** ; F. ZAOUI* ; L. BAHIJE*
* Service de l’Orthopédie Dento-Faciale
** Médecine dentaire privée
*** Service d’Odontologie Conservatrice
Faculté de Médecine Dentaire de Rabat ; Maroc.

RÉSUMÉ
Objectif : La présente étude vise à évaluer et analyser l’évolution des connaissances, attitudes, et pratiques en matière de santé bucco-dentaire chez les étudiants dentistes de Rabat, Maroc.


Matériels et méthodes : Une étude transversale descriptive et analytique a concerné un échantillon de 150 étudiants de 1ère, 2ème, 3ème, 4ème, et 5ème années de la faculté de médecine dentaire de Rabat, soit 30 étudiants par promotion.
L’enquête a utilisé un questionnaire auto-rempli par l’étudiant composé de 29 questions portant sur les habitudes, attitudes et pratiques en matière d’hygiène bucco-dentaire (HBD), et d’une fiche clinique relevant l’indice CAO et l’indice de plaque remplie par l’enquêteur.

Résultats : Parmi les 150 étudiants, 130 (68,7%) des étudiants se brossent au minimum 2 fois par jour, 42 (27,2%) étudiants utilisent des adjuvants de brossage et 46 (30,7%) étudiants font des contrôles réguliers chez le dentiste (une à deux fois par an). 73 (48,7 %) étudiants ont un indice de plaque inférieur à 1 et 77 (51,3%) ont un indice de plaque entre 1 et 1,42. L’indice CAO des étudiants de 1ère année est de 6,9 et des étudiants de 5ème année est 4,6.

Discussion : Le degré des connaissances, attitudes, et pratiques en matière de santé bucco-dentaire chez les étudiants dentistes de Rabat a montré une évolution statistiquement significative (p < 0,001) de la 1ère année à la 5ème année.

Conclusion : Malgré l’amélioration relevée dans les connaissances, attitudes, et pratiques en matière de santé bucco-dentaire chez les étudiants dentistes de Rabat de la 1ère à la 5ème année ; le comportement préventif devrait être encore amélioré.
Mots clés : hygiène bucco-dentaire, étudiant dentiste, faculté dentaire de rabat.

INTRODUCTION
La santé bucco-dentaire est le bon état de santé de la cavité buccale d’une personne, en particulier la bonne santé de ses dents et de sa gencive. Etre en bonne santé bucco-dentaire signifie ne pas souffrir de douleurs oro-faciales chroniques, de cancers de la cavité buccale ou du pharynx, de lésions des tissus de la cavité buccale, d’anomalies congénitales et d’autres maladies ou troubles affectant les tissus buccaux, dentaires, et maxillo-faciaux.

La définition de la santé bucco-dentaire peut s’élargir et se manifester dans plusieurs aspects de la vie de l’individu : Elle assure la capacité de parler, sourire, sentir, goûter, mâcher, avaler, et transmettre une gamme d’émotions à travers des expressions faciales avec confiance et sans douleur, ni malaise et en absence de toute maladie du complexe crânio-facial.
C’est une composante fondamentale de la santé et du bien-être physique et mental qui reflète les caractères physiologiques, sociaux, et psychologiques qui sont essentiels à la qualité de vie.
Elle est influencée par les diverses expériences de l’individu, les perceptions, les attentes et la capacité de s’adapter aux circonstances.

MATÉRIELS ET MÉTHODES
Nous avons opté pour une enquête épidémiologique, transversale, descriptive et analytique qui a eu lieu à la faculté de médecine dentaire de Rabat. La population cible est une population des étudiants dentistes de 1ère, 2ème, 3ème, 4ème, et 5ème années avec une taille globale de l’échantillon de 150 étudiants choisis aléatoirement parmi une population de 681 étudiants.

Pour recueillir les données nécessaires à notre étude nous avons élaboré :
* un questionnaire comportant 29 questions regroupées en 3 volets :
- Un volet concernant les caractéristiques et renseignements généraux de l’étudiant,
- Un volet concernant les pratiques d’HBD,
- Un volet concernant l’attitude en matière de santé bucco-dentaire.

* Une fiche clinique relevant l’indice CAO et l’indice de plaque remplie par l’enquêteur.

Des plateaux d’examen dentaire comprenant : un miroir, une sonde n°17, une sonde parodontale, rouleaux de coton, gants jetables, et masque ont été utilisés pour réaliser l’examen clinique.
Cette enquête a été réalisée par un seul opérateur, et précédée par une pré-enquête qui a concerné 10 étudiants (2 de chaque promotion) dans le but d’adapter le contenu du formulaire et de tester l’acceptabilité de l’enquête par les étudiants.

Le contact avec les étudiants a eu lieu au centre de consultation et de traitement dentaire de Rabat. Les attitudes des étudiants étaient diverses : certains ont demandé de laisser le questionnaire et revenir après pour le récupérer, d’autres ont préféré le remplir sur le champ. La saisie des données a été réalisée sur le logiciel Microsoft office EXCEL 2007 ; et l’analyse des données a été réalisée à l’aide du logiciel de statistique IBM STATISTICS SPSS 13.0.

RÉSULTATS
Evaluation des connaissances, attitudes, et pratiques des étudiants en matière de santé bucco-dentaire :
L’étude a été réalisée sur 150 étudiants : 30 (20%) étudiants par promotion. L’ensemble de notre échantillon se compose de : 97 (64,7%) étudiants de sexe féminin et 53 (35,3%) étudiants de sexe masculin ; leur âge varie entre 18 et 25 ans avec une moyenne d’âge de 20,19 ans.

Tous les étudiants ont confirmé qu’ils sont en bon état de santé générale, ils présentent une taille moyenne de 1,67m, un poids moyen de 65,53 kg et un IMC de 23,1 +/- 2,04. Seuls 4 (2,7%) étudiants ont déclaré qu’ils sont consommateurs de cigarettes.
Le premier paramètre que nous avons évalué est l’estimation d’HBD par les étudiants eux-mêmes : 8 (5,3%) étudiants estiment que leur HBD est mauvaise, 97 (64,7%) étudiants estiment que leur HBD est moyenne et 45 (30%) étudiants ont déclaré avoir une bonne HBD.

La répartition de l’échantillon selon la méthode de brossage a montré que 33% des étudiants adoptent la méthode de brossage horizontal : cette valeur s’élève à 80% chez les étudiants en 1ère année et diminue à 3% chez les étudiants en 4ème et 5ème année ; 58% des étudiants ont changé la méthode de brossage après intégration à la FMDR, ce changement a eu lieu surtout en 2ème année (51,6%).

En ce qui concerne la fréquence de brossage : 8 (5,3%) étudiants se brossent les dents après chaque repas, 24 (18,7%) se brossent les dents 3 fois, 67 (44,7 %) se brossent les dents 2 fois par jour, et 47 (31,3%) se brossent 1 seule fois par jour.
Quand au moment de brossage le plus négligé 96 (64%) des étudiants ont choisi « après prise d’aliment supplémentaire », cependant, le moment le plus respecté était « après le diner ».

Par ailleurs, les étudiants ont tendance a remplacé le brossage négligé par d’autres alternatifs comme : le rinçage à l’eau (62%), chewing-gum non sucré (40,7%), chewing-gum sucré (34,7%).
La répartition selon la durée de brossage a montré que : 49 (32,7%) étudiants se brossent les dents pendant une minute, 50 (33,3%) pendant 2 minutes, 50 (33,3%) pendant 3 minutes, et 1 seul étudiant (0,7 %) se brosse les dents pendant plus de 3 minutes;

Pour le choix de la brosse à dents, 107 étudiants (71.3 %) utilisent des brosses à dents medium, 26 (17.3%) étudiants utilisent des brosses à dents souples, et 17 (11.3%) étudiants utilisent des brosses à dents dures. Et en ce qui concerne sa durée de vie : 4 étudiants déclarent qu’ils changent leurs brosse à dents tous les mois soit (2.7%), 96 étudiants déclarent qu’ils changent leurs brosse à dents tous les 3 mois soit (64.0%), 34 étudiants déclarent qu’ils changent leurs brosse à dents tous les 6 mois soit (22.7%), et 16 étudiants déclarent qu’ils changent leurs brosse à dents plus que 6 mois soit (10.7%).

Nous avons évalué également l’utilisation des adjuvants de brossage : tous les étudiants utilisent une brosse à dents avec la pate dentifrice ; alors que seulement 27.2% de la totalité des étudiants utilisent d’autres moyens d’hygiène bucco-dentaire : 16.7% des étudiants utilisent le fil dentaire, 4.7% des étudiants utilisent des brossettes inter-dentaires, et 6.6 % des étudiants utilisent un bain de bouche.

La 1ère consultation chez le dentiste a eu lieu durant l’enfance pour 126 étudiants soit 84% de notre échantillon ; 14 étudiants déclarent avoir consulté un dentiste avant le début de leurs études à la faculté soit (9.3%), 5 étudiants déclarent avoir consulté un dentiste après avoir intégré la faculté soit (3.3%) et 5 étudiants déclarent n’avoir jamais consulté un dentiste soit (3.3%).

Quand au motif de consultation, 112 étudiants (74,7%) ont consulté pour réalisation des soins, 24 étudiants (16%) suite à une urgence, et 9 étudiants (6%) ont consulté juste pour la consultation.
68.7% des étudiants consultent en cas de problème, 21% consultent occasionnellement (<1fois/ans) et 10.3% consultent 2 fois par ans au minium.

EXAMEN CLINIQUE
Nombre de dents cariées (indice C) :
Varie entre 0 et 9 avec une moyenne de 3.26+/-1.7 : 3 étudiants n’ont aucune dent cariée soit (2%), 100 étudiants ont entre 1et 3 dents cariées soit (66.6%), 31 étudiants ont entre 4 et 5 dents cariées soit (20.6%), et 22 étudiants ont entre 6 et 9 dents cariées soit (14.6%).

Nombre de dents absentes à cause de carie (indice A) :
Le nombre de dents absentes varie entre 0 et 2 avec une moyenne de 0.6+0.265 : 142 étudiants ont aucune dent perdue à cause de la carie soit (94.7%), 7 étudiants ont perdu une dent soit (4.7%), 1 étudiant a perdu 2 dents soit (0.6%).

Nombre de dents obturées (indice O) :
Varie entre 0 et 8 avec une moyenne de 2.91+/- 1.54 :
11 étudiants n’ont aucune dent obturée soit (7.3%), 124 étudiants ont entre 1 et 4 dents obturées soit (82.6/%) et 15 étudiants ont entre 5et 8 dents obturées soit (10 %).

Indice CAO :
Varie entre 1 et 14 avec une moyenne de 6.23 +/-2.14 : 13 étudiants avec un indice CAO entre 1 et 3 soit (8.6%), 95 étudiants leurs indice CAO varie entre 4 et 7 soit (63.3%), et 42 étudiants avec un indice CAO entre 8et 14 soit (28%).

Indice de plaque :
Indice de plaque varie entre 1.42 et 0.25 avec une moyenne de 0.86 +/-0.3 : 73 étudiants on un indice de plaque inférieur à 1 soit (48.7%) et 77 étudiants ont un indice de plaque entre 1 et 1.42 soit (51.3%).

Année d’étude 1ère année 2ème année 3ème année 4ème année 5ème année P
Indice de plaque 1,1+/-0,25 1,1+/-0,19 0,82+/-0,31 0,66+/-0,20 0,63+/-0,24 p<0.001
Indice CAO 6,9+/-2,23 6,7+/-1,46 6,6+/-2,2 6,13+/-2,2 4,8+/-1,82 p=0.11
Indice C 3,7+/-2,05 3,70+/-1,4 3,37+/-1,92 2,87+/-1,655 2,67+/-1,58 p=0.1
Indice A 0,03+/-0,18 0,07+/-0,2  0,03+/-0,18  0,00 0,17+/-0,46  p=0.43 
Indice O 3,17+/-0,91  2,97+/-0,8  3,2+/-1,6  3,27+/-2,0  1,97+/-1,6  p<0.001 



DISCUSSION
Notre questionnaire a été basé sur l’inventaire comportemental de l’université dentaire d’Hiroshima (HU-DBI) : c’est un questionnaire réalisé pour étudier le comportement, les connaissances en matière de santé bucco-dentaire. Des modifications ont été apportées à son questionnaire : Nous avons ajouté certaines questions ainsi qu’un examen clinique. D’autres questions ont été supprimées ou reformulées (1).

L’âge de notre échantillon varie entre 18et 25ans avec une moyenne de 20,19 ans, les études en chirurgie dentaire durent 5 ans, et l’âge d’obtention du baccalauréat étant en moyenne de 18 ans. Des résultats similaires ont été retrouvés chez les étudiants de la faculté de médecine dentaire de Barcelone dans une étude menée par Cortes en 2002 où l’âge moyen était de 21.1 ans (2).

Dans une autre étude menée à Athènes en 2002, l’âge n’était pas un facteur qui influence le comportement bucco-dentaire chez 75% des étudiants de médecine dentaire (3).
Le sexe féminin est prédominant dans notre échantillon avec un pourcentage de 64.7% contre 35.3% du sexe masculin. Ceci peut s’expliquer par le fait que le pourcentage des bachelières avec mention « très bien » dépasse de loin celui des bacheliers, ce qui leurs permet un accès plus facile au concours ; et aussi par l’attraction des femmes par les études médicales.
Nos résultats semblent cohérents avec l’étude de Cortes à Barcelone en 2002, avec un taux de 68% de femmes par rapport aux hommes (2).

La prédominance féminine a été rapportée aussi dans d’autres études, Notamment l’étude menée par Maatouk et coll en 2006 auprès des étudiants de la faculté de médecine dentaire de Monastir, avec un pourcentage de 61,42% des femmes et 38.6% des hommes (4).
141 étudiants (94.7%) de notre population éprouvent une satisfaction de leur hygiène bucco-dentaire. Nos résultats concordent avec ceux menés à Barcelone en 2002 (2) où la plupart des étudiants en médecine dentaire ont été motivés et avaient une bonne perception de leur propre santé bucco-dentaire.

102 (66.7%) étudiants utilisent la méthode du rouleau tandis que 48 (33.3%) utilisent la méthode horizontale. La comparaison de la méthode de brossage adopté par les étudiants selon l’année d’étude, a permis de noter une diminution statistiquement significative (p<0,001) de l’utilisation de la méthode horizontale, reflétant ainsi le bénéfice des études sur les pratiques d’hygiène bucco-dentaire. Nos résultats demeurent satisfaisants.
105 (68.7 %) des étudiants en médecine dentaire se brossent les dents au minimum 2 fois par jour. En comparant nos résultats avec des études similaires tels que : Ilkayen 2009 (5), Rneeraja en 2011 (6), Maatouk en 2006 (4). La fréquence de brossage chez nos étudiants est faible par rapport aux autres pays.

  Notre
étude 2016
Ankara
2009 (16)
Bangalore
2011 (41)
TUNISIE
2006 (15)
Fréquence de brossage
(plus ou égale à 2f /jour)
68.7% 74.1% 73.6% 86.0%



On remarque une augmentation statistiquement significative (p<0,001) de la fréquence du brossage entre les 2 premières années d’étude, et la 5eme année : 90% des étudiants de 4ème et de 5ème année se brossent 2 fois par jour et plus, contre 48.3% des étudiants de 1ère et 2ème années.

Ces résultats peuvent être expliqués par la motivation grandissante des étudiants à l’hygiène bucco-dentaire au fur et à mesure des années et le rôle important des études dentaires.
Les résultats indiquent que le moment de brossage le plus privilégié par notre population est « après le dîner » tandis que les moments les plus négligés sont successivement « après déjeuner » « après prise d’aliments supplémentaires ».

La durée de brossage supérieur ou égale à 2 minutes est enregistrés chez 67.3% des étudiants ce qui représente dans notre étude une durée de brossage favorable.
Des résultats similaires ont été retrouvés dans l’étude réalisée par cortes en 2002, qui rapporte que 53.2% des étudiants en 5ème années de la faculté de médecine dentaire de Barcelone avaient une durée de brossage supérieure à 2 min (2).

La comparaison de la durée de brossage adoptée par les étudiants selon l’année d’étude, a montré une augmentation statistiquement significative (p< 0,001), reflétant ainsi le bénéfice des études sur les pratiques d’hygiène bucco-dentaire.

71.3 % des étudiants utilisent une brosse à dents type médium. Les résultats de l’étude menée auprès des étudiants en médecine dentaire par Kawamura aux États-Unis en 2002 et à Hong Kong en 2001 ont montré que 11 % et 12% respectivement utilisent encore une brosse à dents pour enfant (1,7). Une autre étude publiée par le même auteur en 2000 montre que 21 % des étudiants en médecine dentaire à Hiroshima utilisent aussi une brosse à dents pour enfant. Le choix du type de brosse à dents chez notre population semble correcte (8).

64 % des étudiants de notre échantillon changent leur brosse à dents chaque 3 mois, l’étude menée par Shardaen 2008 en Inde a montré que 96,2 % des étudiants changent leurs brosse à dents une fois usée (9). A partir de ces constatations, les attitudes de nos étudiants sont acceptables et conformes aux règles établies.

L’utilisation des adjuvants de brossage est nécessaire pour perfectionner l’hygiène bucco-dentaire, ils permettent le nettoyage des zones difficiles d’accès et compléter le brossage quotidien. 27.2% de la totalité des étudiants utilisent d’autres moyens d’hygiène bucco-dentaire à savoir :
- 16% des étudiants utilisent le fil dentaire,
- 4.6% des étudiants utilise des brossettes inter dentaires,
- 6.6 % des étudiants utilise un bain de bouche.

Nos résultats sont très différents de ceux d’Ankara 2009 (5), ceci peut être expliqué par l’intervalle de temps assez important entre les 2 études.

  Rabat 2016 Ankara 2009 (16)
File dentaire 16% 32%
Bossettes Interdentaires 4,6% 13,7%
bain de bouche 6.6% --



En comparant avec les autres études, Les résultats trouvés chez les étudiants de notre échantillon demeurent acceptable. Bien qu’il faut sensibiliser davantage notre population à l’intérêt que porte les adjuvants de brossage dans le complément de l’hygiène bucco-dentaire notamment pour les porteurs des appareillages orthodontiques, les bridges, les implants et les personnes atteintes de maladies parodontales.

La première consultation chez 84.0% des étudiants était durant l’enfance.Les dernières recommandations comprennent en premier lieu une consultation chez un chirurgien dentiste à l’âge précoce, afin de déterminer le risque carieux du jeune enfant, et évaluer le besoin d’une supplémentation fluorée.

Dans notre échantillon, 67.3% consultent rarement (juste en cas de problème), 30.7 % des étudiants font un contrôle régulier chez un médecin dentiste dont : 20.7% consultent occasionnellement (<1fois/ans) et 10 % consultent 2 fois par an.
Les visites chez le dentiste étaient pour des soins dentaires chez (74.7%), pour une urgence chez (16%).

La prévention dentaire n’est pas une priorité pour les parents. La dentisterie restauratrice occupe donc une place plus importante que la dentisterie préventive dans notre pays.
D’après les recommandations de l’Union Française pour la Santé Bucco-Dentaire (UFSBD), une consultation annuelle chez le dentiste est nécessaire.

Dans notre échantillon, Une diminution statistiquement non significative (p=0.11) de l’indice CAO, successivement entre la 1ère année et la 3ème année et la 5ème année a été remarquée.
L’analyse des résultats montre un indice CAO moyen de 6.23.Avec un indice C moyen de 3.26 un indice A moyen de 0.6 et un indice O moyen de 2.91.

Selon l’OMS, le Maroc a un indice CAO compris entre 9 et 13.9. L’indice CAO demeure satisfaisant chez notre population. Le bon état dentaire des étudiants, comparé à celui de la population globale, pourrait être en relation avec l’impact positif de l’enseignement prodigué en matière de prévention et d’hygiène bucco-dentaire sur les attitudes des étudiants.
A la comparaison de l’indice O selon les années, on note une diminution statistiquement significative (p< 0,001), reflétant ainsi la motivation des étudiants à faire des soins de caries.
Quand a l’indice de plaque ; 48.7% des étudiants ont un indice de plaque inférieur à 1, contre 51.3% avec un indice entre 1 et 1,42.

A la comparaison de l’indice de plaque de la 1ère année (1.11), 3ème année (0.82) et la 5ème année (0.63), on note une diminution statistiquement significative (p< 0,001) de l’indice de plaque, reflétant ainsi le bénéfice des études sur les pratiques d’hygiène bucco-dentaire (p<0.001).

CONCLUSION
L’hygiène demeure la principale mesure de maintien d’une santé bucco-dentaire satisfaisante. Par ailleurs, il est de plus en plus admis que l’enseignement et l’éducation en la matière est pratiquement les seuls moyens en mesure d’orienter le comportement des sujets pour une hygiène bucco-dentaire meilleure.

Dans ce sens, nous avons réalisé la présente étude dont le but était d'évaluer les connaissances, attitudes et pratiques des étudiants de la faculté de médecine dentaire de Rabat en fonction de plusieurs paramètres épidémiologiques.

Les résultats de la présente étude mettent en évidence que les étudiants avaient des connaissances de santé buccodentaire assez faible au début de leur cursus universitaire. Cependant, leurs comportements et attitudes en matière de santé bucco-dentaire se sont sensiblement améliorés dans la quatrième et cinquième année. Malgré l’amélioration relevée dans les connaissances, attitudes, et pratiques en matière de santé bucco-dentaire chez les étudiants dentistes de Rabat de la 1ère à la 5ème année ; le comportement préventif devrait être encore amélioré.

BIBLIOGRAPHIE
1. Kawamura M
Comparison of United States and Korean dental hygiene students using the Hiroshima University = Dental Behaviour Inventory (HU-DBI).
Int Dent J (2002) 52, 156-162
2. Cortes F
The evolution of dental health in dental students at the University of Barcelona. J Dent Educ 66, 1203-1208. (2002).
3. Polychronopoulou A
Self-care behavior among dental school students in Greece. J Oral Sci 44, 73-78 (2002)
4. Maatouk F
Effect of 5 years of dental studies on the oral health of Tunisian dental students
Eastern Mediterranean Health Journal, Vol. 12, No. 5, 2006
5. Ilkay P
Oral Health Attitudes and Behavior among a Group of Turkish Dental Students
Eur J Dent 2009;3:24-31
6. Rneeraja N
Oral Health Attitudes and Behavior among a Group of Dental Students in Bangalore, India. Eur J Dent 2011;5:163-167)
7. Kawamura M
Across-cultural comparison of dental health attitudes and behavior among freshman dental students in Japan, Hong Kong and West China
Int Dent J (2001) Vol. 51/No.3
8. Kawamura M
Cross-cultural differences of self reported oral health behaviour in Japanese and Finnish dental students
Int Dent J(2000) 50, 46-50
9. Sharda AJ
A comparative study of oral health knowledge, attitude and behaviour of first and final year dental students of Udaipur city, Rajasthan, India. Int J Dent Hygiene 6, 2008; 347–353.

Publier un article
indexation index medicus
Décembre 2019
L Ma Me J V S D
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5
Aller au haut