N. LASLAMI, S. TAISSE, I. BENYAHYA
Service d'odontologie chirurgicale

Faculté de Médecine Dentaire de Casablanca
Université Hassan II

 

L’examen radiologique est un moyen destiné à cerner le diagnostic.
Associé à l’observation et aux tests cliniques, aux examens de laboratoire et aux analyses histologiques, il doit contribuer à dégager le diagnostic final. La connaissance des signes radiographiques est donc, au moins, aussi importante que les autres approches diagnostiques.
Nous proposons une démarche simplifiée pour aborder le diagnostic différentiel des différentes opacités des maxillaires.

 

CE QU’IL FAUT AVOIR

Des moyens d’investigation suffisamment larges comprenant :
- L’indispensable cliché orthopantomographique de 1ère intention.
- Complété par des rétro-alvéolaires et des clichés ortho-occlusaux.
- Les examens par coupes : tomographie, tomodensitométrie.

 

CE QU’IL FAUT RECHERCHER

- Densité et contour de la lésion (circonscrite, irrégulière, limites frustes...).
- Aspect (uni/pluriloculaire, cloisonnement...)
- Rapport avec les racines dentaires (refoulées, résorbées englobées).
- Altération de la corticale mandibulaire et de l’os environnant.
- Autres localisations ( à distance des maxillaires).


CE QU’IL FAUT CONNAITRE

Les radio-opacités péri-apicales :
Hypercémentose : (Fig 1)
- Fait corps avec la dent.
- Unique + concentrée.

 

Dysplasie cémenteuse péri-apicale :
- Contact radiculaire caractéristique
- Stade de calcification débutante avec opacités floconneuses
- Stade final avec des opacités homogènes bien limitées.

Cémentoblastome :
- Opacité uniforme ou tachetée.
- Bien limitée par liseré radioclaire périphérique.



Germe au cours de calcification : (Fig 2)

Dépassement de pâte ou obturation iatrogène : (Fig 3)

Dent retenue, dent surnuméraire :( Fig 4)

Les radio-opacités isolées :
Fibrome cémento-ossifiant :
- Opacités en verre dépoli
- Bien limité
- Associé à des calcifications et ossifications
- Croissance continue

Dysplasie fibreuse de l’os
:
- Monostotique
- Opacités mouchetée au sein d’un os soufflé + corticale amincie

Fig 4 : Dent retenue, dent surnuméraire
Fig 5 : Odontome composé


Tissus dentaires surnuméraires
:
Odontome composé : (Fig 5)
- Dents rudimentaires ou différenciées entourées d’un liseré clair
Odontome complexe : (Fig 6)
- Structure très opaque avec irrégularités périphériques.


Fig 6 : Odontome complexeDent ectopique
Radio-opacités multiples :
Torus :
- Au maxillaire : masses médianes ovalaires
- A la mandibule : opacités homogènes, denses, en continuité avec la corticale siégeant sur table interne des prémolaires.

 

Ostéite condensante : (Fig 7)
Condensation régulière, en nappe, sans limites nettes.

 

Dysostose cleïdo-crânienne :
Très important encombrement dentaire (mâchoire de requin).

Fig 7 : Ostéite condensante
Fig 8 : Maladie de Paget

 


Radio-opacités généralisées :

Ostéopétrose (M° d’Albert-Schönberg)
Diagnostic posé devant l’opacité intense des os, altérations dentaires et ostéites traînantes.

 

Maladie de Paget : (Fig 8)
- Décalcification diffuse et plages d’opacités variables,
- Os avec aspect floconneux nuageux,
- Résorption radiculaire et hypercémentoses multiples.

 

Dysplasie ostéo-cémentaire floride :
- Ne concerne que les os maxillaires
- Tumeur végétante, agressive.


CE QU’IL FAUT FAIRE

Les signes radiologiques guident le diagnostic différentiel.
Les signes cliniques et les examens histologiques, confirment le diagnostic définitif.

 

Formation continue

Publier un article

index medicus

indexation index medicus
Juin 2024
L Ma Me J V S D
27 28 29 30 31 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

Articles récents

Aller au haut