Nous sommes ravi d’avoir le Prof. Ihsane BEN YAHYA, présidence élue de la FDI 2021 2023, pour cet interview afin de mettre la lumière sur différents aspects de la dentisterie nationale et international. Nous la remercions vivement d’avoir acceptée de nous répondre.
 
Avant tout, nous allons présenter une brève biographie de notre invité : 
 
Pr. Ihsane BEN YAHYA est considérée comme une défenseuse engagée de la santé bucco-dentaire, notamment dans la région africaine. En tant que présidente et membre fondatrice de l’Association Marocaine de Prévention Bucco-dentaire (AMPBD), elle a toujours cherché à soutenir et à renforcer le rôle de l’AMPBD en tant que leader de la promotion de stratégies de prévention des maladies bucco-dentaires établies par le ministère de la santé, ainsi que la formation continue afin de garantir de meilleurs résultats de santé bucco-dentaire au Maroc. Par ce biais, elle a également multiplié les actions de lutte contre les maladies bucco-dentaires, le tabagisme, les cancers oraux ou encore les infections nosocomiales au Maroc.
 
Étant professeur de l’enseignement supérieur en odontologie chirurgicale à la Faculté de médecine dentaire de Casablanca, elle a pu former plusieurs générations de dentistes au Maroc. Elle assume aussi les fonctions de Médecin Chef du Centre de Consultations et de Traitements Dentaires (CCTD) du CHU Ibn Rochd de Casablanca depuis 2006. 
 
Elle est membre du Conseil de la FDI depuis 2013. Ce n’est pas sa seule expérience internationale : elle est également coordinatrice de la section Nord Afrique de l’Alliance pour un futur sans carie (ACFF). Par le passé, Pr. Ben Yahya a également été membre du Conseil d’administration de la Société francophone de médecine buccale et chirurgie buccale. Au cours de sa carrière en médecine dentaire, elle a également été élue et/ou désignée à de nombreux comités, commissions, jurys et conseils, aussi bien au Maroc qu’à l’étranger.
 
Le courrier du dentiste : Pourriez-vous nous parler de la FDI et de ce qu’elle représente, de ses activités principales et de ses représentants ?
 
Pr. Ihsane Ben Yahya: La FDI est une organisation internationale basée sur l’adhésion qui représente plus d’un million de dentistes dans le monde, à travers environ 200 associations dentaires nationales et groupes spécialisés dans plus de 130 pays. 
 
Rassemblant la communauté de la santé bucco-dentaire, la FDI favorise l’échange et institue une vision commune pour faire avancer la science et la pratique de l’odontologie. La FDI organise des congrès, des campagnes et des projets innovants pour réduire la charge mondiale de morbidité des maladies bucco-dentaires et améliorer la santé bucco-dentaire. En tant que principale porte-parole mondiale de la santé bucco-dentaire, la FDI s’efforce de mener à bien sa vision consistant à guider le monde vers une santé bucco-dentaire optimale en intervenant à l’échelle nationale et internationale.
 
LCDD: La FDI est active depuis 1900. Comment s’est-elle développée depuis sa fondation ?
 
Pr. I. B.: Bien avant que l’élaboration de politiques et l’éducation à la santé ne soient inscrites dans les documents fondateurs de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la FDI avait déjà commencé à mettre en place des programmes de formation pour la profession dentaire ainsi que des stratégies visant à fournir des soins bucco-dentaires aux populations du monde entier.
 
Fondée en 1900, la FDI est une pionnière de l’odontologie moderne. À l’époque de sa fondation, l’organisation, dirigée par le docteur français Charles Godon, menait régulièrement des congrès dentaires pour faire avancer la science et la pratique de l’odontologie afin de renforcer la formation dentaire, l’hygiène bucco-dentaire et la santé bucco-dentaire publique. 
 
Aujourd’hui, la FDI est la représentante mondiale de la profession dentaire et collabore avec ses membres pour améliorer la santé bucco-dentaire des populations du monde entier. Les maladies bucco-dentaires touchent presque l’ensemble de la population mondiale. En tant que principale porte-parole mondiale de la santé bucco-dentaire, la FDI fait entendre la voix de la profession dentaire et attire l’attention sur la charge mondiale de morbidité des maladies bucco-dentaires. 
 
Nos efforts de promotion visent à renforcer les connaissances en matière de santé bucco-dentaire ainsi qu’à obtenir un engagement et une action politiques sur la santé bucco-dentaire. La FDI a pour mission de garantir que la santé bucco-dentaire est reconnue comme un élément essentiel de la santé générale ainsi qu’un droit fondamental et s’inscrit dans les politiques de lutte contre d’autres maladies non transmissibles.
 
En 2020, la FDI est fière de célébrer son 120e anniversaire.  
 
LCDD: Qu’est-ce qui vous a motivée à vous présenter à la présidence de la FDI ?
 
Pr. I. B.: En tant que conseillère depuis 2013, j’ai eu l’honneur d’être désignée pour participer aux travaux de différents groupes de travail tels que celui de plaidoyer, celui de la Journée mondiale de la santé bucco-dentaire et celui de l’organisation des congrès. J’ai également eu le plaisir de travailler en tant que conseillère de liaison avec les comités de la pratique dentaire, scientifique, de l’éducation et celui de santé publique. De plus, en tant qu’experte, j’ai eu à collaborer pour la rédaction d’un guide sur le cancer oral. Ce dernier a été produit, traduit en trois langues et publié auprès des associations nationales membres. 
 
Enfin, au cours de ces années, j’ai eu l’honneur d’être la coordinatrice de la stratégie pour l’Afrique.
J’ai sincèrement apprécié de travailler de très près avec l’ensemble des membres des comités, avec les partenaires de la FDI ainsi qu’avec le staff et j’ai été réellement impressionnée par l’engagement de tout un chacun et par l’énergie déployée pour atteindre les objectifs de la FDI et mener le monde vers une santé orale optimale.
 
LCDD: En tant que membre du Conseil de la FDI et actuellement présidente élue, vous avez été activement impliquée au sein de la fédération. Qu’est-ce qui a changé depuis ?
 
Pr. I. B.: C’est pour moi un grand honneur et un privilège d’avoir été élue au poste de présidente élue de la Fédération dentaire internationale et d’avoir l’opportunité de la servir. Mais c’est aussi une grande responsabilité que de « porter la voix de la fédération et du million de chirurgiens-dentistes qu’elle représente par le monde » auprès de l’ensemble des organisations internationales œuvrant dans le domaine de la santé, qu’il s’agisse de l’ONU, de l’OMS ou encore de l’Alliance mondiale des professions de santé. Pour l’instant, je m’efforce donc d’être à la hauteur de ce grand défi. 
 
LCDD: Nos lecteurs aimeraient en savoir plus sur les projets de la FDI pour l’avenir. Quels sont vos objectifs principaux et que la fédération souhaite-t-elle atteindre ?
 
Pr. I. B.: Le principal objectif de la FDI est de Conduire le monde vers une meilleure santé orale, et la principale réflexion actuelle porte sur une vision 2030 englobant l’ensemble des domaines d’action de la FDI, c’est-à-dire : le plaidoyer, le renforcement des associations membres et la formation continue.
 
Pour cela, j’ai l’ambition de vouloir porter haut le nom de la FDI :
En tant que Fédératrice, et mes forces pour atteindre cet objectif sont puisées à travers mon expertise en leadership positif cumulée pendant 30 années d’enseignement et de recherche ainsi que de gestion de structure hospitalo-universitaire, et en tant qu’organisatrice d’évènements scientifiques de formation continue.
 
Par mon Dévouement, je ne ménagerai aucun effort pour maintenir l’identité de la FDI ainsi que la cohérence de ses membres en consolidant tous les acquis pour garder la santé orale au cœur de la santé générale. Je mettrai au service de la FDI toute mon expertise en tant qu’enseignante passionnée qui a formé des générations de médecins dentistes et qui a œuvré pour inclure dans le curriculum des études de médecine dentaire les maladies orales en tant que maladies chroniques non transmissibles. Je saurai mettre cette expertise au service des associations membres pour en faire une valeur ajoutée à la leur, et hisser la santé orale au niveau qu’elle mérite tant.
 
Venant d’un pays nourri d’une culture de tolérance, je continuerai à faire de la FDI une FDI ouverte et à l’écoute de tous les partenaires ainsi que de tous les professionnels de la santé qui souhaiteraient la soutenir financièrement, de façon durable, dans l’accomplissement de sa mission de mener le monde vers une meilleure santé orale. 
 
Par mon principe du respect de la diversité, je ne ménagerai aucun effort pour que la FDI garde sa visibilité et sa voix tout en étant Inclusive, en invitant toutes les organisations régionales, les associations dentaires membres, à joindre tous les efforts afin de mettre la santé orale dans l’agenda de tous les programmes de santé et de développement mondiaux. C’est ainsi que la FDI réussira à réduire les inégalités en matière de santé orale et à faire en sorte que les populations les plus marginalisées, celles rurales et celles non desservies, celles pour lesquelles le coût des traitements est très élevé voire inaccessible, ne soient pas laissées pour compte. Pour tous les pays, quel que soit leur niveau socio-économique et de développement, nous militerons pour promouvoir une pratique de médecine dentaire saine et sans risques.
 
LCDD: Comment voyez-vous l’odontologie en Afrique, et au Maghreb en particulier ? Quels sont les principaux indicateurs notables que nous devrions connaître ?
 
Pr. I. B.: De façon générale, la médecine dentaire en Afrique est une médecine dentaire à double vitesse, que ce soit en termes de pratique qu’en termes de formation. Ce qui est certain, c’est que c’est une pratique qui se fait dans les normes éthiques et déontologiques. En revanche, dans certains pays, la pratique de la médecine dentaire fait appel à des moyens modernes répondant aux dernières technologies. Dans d’autres, ce n’est pas toujours le cas.
 
Certains pays sont confrontés aux dépenses élevées pour les équipements de base et les coûts énormes de matériels, la plupart importés de l’étranger. Il existe aussi une disparité dans la couverture santé à travers des zones géographiques.
 
D’un point de vue académique, je crois que la meilleure façon de renforcer l’odontologie en Afrique, c’est de se concentrer sur la formation initiale et continue des médecins dentistes, dans l’objectif de leur permettre d’acquérir des compétences suffisantes et nécessaires pour offrir aux populations des soins en faveur d’une bonne qualité de vie. 
 
Si nous nous plaçons du point de vue de la prévention, c’est une région du monde qui est très active à ce sujet. Ces actions sont salutaires du fait de la faible accessibilité aux soins et des difficultés socio-économiques des populations.
 
LCDD: Quelle est la position de la FDI face à la pandémie du COVID-19 ?
 
Pr. I. B.: La Fédération Dentaire Internationale FDI recommande les professionnels de la santé bucco dentaire à consulter leurs lignes directrices et recommandations de leur gouvernement national sur le COVID-19, et les encourage à consulter leur associations dentaires nationales pour obtenir des directives précises et à jour dans leur propre contexte.

 

A cet effet, une page de ressources a été créée sur le site Web de la FDI, qui est continuellement mise à jour (www.fdiworlddental.org/covid-19-outbreak-guidance-for-oral-health-professionals) et plus récemment, un groupe de travail COVID-19 a été formé, qui guidera notre travail dans ce domaine.

 

Par ailleurs, en tant que porte-parole mondial de la profession dentaire, la FDI est particulièrement bien placée pour aborder certains enjeux et approches communs en partageant les pratiques exemplaires et en offrant une plateforme d’échange de connaissances et d’expériences, ainsi que d’aider le milieu de la santé buccodentaire à s’assurer que les leçons tirées de cette pandémie peuvent aider à se préparer à d'éventuelles futures infections/pandémies.

 

Dans cette optique, l’équipe de travail COVID-19 de la FDI supervise actuellement une enquête visant à recueillir des informations sur les réponses nationales à la crise COVID-19, ce qui nous aidera à orienter nos travaux futurs

LCDD: Mot de fin ?
Pr. I. B.: Nous avancerons ensemble en tant que fédérateurs dévoués et inclusifs, afin de servir la communauté mondiale et d’être sa voix pour la promotion d’une meilleure santé orale pour une santé générale et un bien-être optimal.
 
Propos receuilli par Redouane MOUDEN
Publier un article

index medicus

indexation index medicus
Octobre 2020
L Ma Me J V S D
28 29 30 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31 1
Aller au haut