Le VIH suscite encore des craintes «irrationnelles» chez les praticiens, a constaté avec stupéfaction une association de lutte contre le sida à Münster, dans le nord de l'Allemagne.
Un Allemand porteur du VIH a récemment contacté son association locale de lutte contre le sida après s'être fait gentiment éconduire par son dentiste habituel, auquel il venait d'apprendre son statut sérologique. L'organisme de Münster, dans le nord-ouest du pays, a alors pris son téléphone pour trouver un praticien prêt à récupérer un client, rapporte le site www.Queer.de. Il lui a fallu dix appels avant d'en dénicher un. Neuf cabinets ont refusé tout net ou accepté le patient à titre exceptionnel, en cas d'urgence.

Sanctions
L'Aids-Hilfe Münster a déploré les réactions «irrationnelles» et «discriminatoires» des praticiens. Le rejet des patients séropositifs est d'autant plus incompréhensible et choquante que les mesures d'hygiènes de routine permettent d'assurer la protection du dentiste contre toutes les infections. Par ailleurs, les thérapies actuelles permettent de réduire la présence du virus à des niveaux indétectables. Une telle attitude peut également entraîner des sanctions pour les médecins, a rappelé pour sa part la juriste de caisse locale d'assurance-maladie. Queer.de note que la situation relevée à Münster n'est hélas pas unique. Plusieurs cas de sérodiscrimination parmi les dentistes du pays ont été rapportés par les médias ces dernières années.

Publier un article
indexation index medicus
Octobre 2019
L Ma Me J V S D
30 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3
Aller au haut