Nous sommes tous d'accord pour dire que la dentisterie n'est pas la profession la plus respectueuse de l'environnement. Il suffit de prendre en considération le nombre de matériaux à usage unique tels que le plastique, la pierre et le plâtre, les barrières de protection et, bien sûr, les équipements de protection individuelle. Sont-ils tous nécessaires pour maintenir le niveau de soins et un contrôle approprié des infections ? Considérons maintenant les étapes d'un flux de travail analogique typique pour une restauration indirecte. L'empreinte est prise, mise en boîte, envoyée par véhicule au laboratoire et coulée. La couronne est fabriquée et renvoyée à la clinique, toujours par véhicule. Cette méthode est-elle viable ? Je pense que nous disposons d'outils qui peuvent contribuer à améliorer le flux de travail et l'empreinte environnementale.

 

L'évolution de la dentisterie numérique a eu un impact significatif sur la profession dentaire. L'acquisition d'empreintes intra-orales numériques, d'empreintes numérisées et de modèles a amélioré l'efficacité, la précision et le flux de travail clinique. Mais qu'en est-il de la durabilité ? Le fait de prendre une empreinte analogique et de l'envoyer à un laboratoire par véhicule est-il plus dommageable pour l'environnement que l'envoi d'un fichier numérique ? La méthode numérique réduirait immédiatement les émissions de dioxyde de carbone ; cependant, il serait nécessaire de prendre en compte l'approvisionnement de tous les matériaux et la fabrication de tous les composants nécessaires au transfert numérique, en se basant sur la demande totale d'énergie cumulée tout au long du cycle de vie d'un produit.

 

Quel est l'impact de la conception numérique sur le développement durable ? Le flux de travail analogique nécessiterait des empreintes, des moulages, un enregistrement et un articulateur pour concevoir et développer la prothèse. Le stockage des modèles doit également être pris en compte. Cela nécessite un espace physique et des équipements conformes aux exigences réglementaires. La conception numérique a un flux de travail complètement différent, permettant la capture d'images, le stockage dans le nuage, la visualisation et la planification sur un appareil, le tout à distance. Elle offre également une approche simple pour les modifications et les remaniements de la conception.

 

Quel impact la production ou la fabrication de prothèses dentaires peut-elle avoir sur le développement durable ? À l'origine, la coulée nécessitait des opérations de mise en revêtement, de fusion et de finition importantes, et dépendait fortement des matériaux et du temps. Le fraisage offre un flux de travail précis et prévisible, mais présente des limites en matière de conception et de durabilité.

 

Quelle est la place de la fabrication additive (AM) ou de l'impression 3D dans l'équation ? Il existe une multitude de procédés de fabrication additive qui permettent de réaliser des prothèses précises et efficaces en plastique (résines), en métal et en céramique (zircone et disilicate de lithium). Ces approches permettent de créer n'importe quelle géométrie et offrent généralement une précision supérieure et une meilleure durabilité. En outre, des recherches récentes ont quantifié le fait que le flux de travail de l'AM est plus durable que les méthodes de fabrication conventionnelles. Autre avantage : les prothèses fabriquées numériquement présentent des propriétés physiques impressionnantes.

 

La possibilité de contourner la conception numérique en utilisant des restaurations indirectes par onlay a également été explorée. Il s'agirait d'une nouvelle approche qui permettrait d'économiser énormément de temps, d'argent et de ressources. Et ce n'est qu'un début, puisque l'intelligence artificielle a déjà un impact sur le diagnostic et la planification du traitement, et que la réalité virtuelle et augmentée est utilisée pour l'éducation et la formation. Un autre facteur à prendre en compte est le développement du métavers.

 

Toutefois, la dentisterie numérique s'accompagne d'une mise en garde importante : l'utilisateur doit avoir une excellente compréhension de ses applications et de ses limites dans un contexte clinique. Après tout, la dentisterie numérique fournit une nouvelle série d'outils dans la boîte à outils du dentiste. Les cliniciens doivent savoir quel outil utiliser et quand. Par exemple, un rapport récent fait état d'un cas clinique d'implant à arcade complète comprenant un guide de réduction osseuse et un guide de mise en place de l'implant. Les deux avaient été acquis par le biais d'un flux de travail entièrement numérique. Malheureusement, au cours de la séance chirurgicale, aucun des deux guides ne s'est bien adapté et le clinicien a dû se détourner vers une approche à main levée. Félicitations au clinicien pour s'être rendu compte des erreurs, mais quel impact environnemental inutile et quelle perte de temps et d'argent !

 

"La dentisterie numérique fournit un autre ensemble d'outils dans la boîte à outils du dentiste"

 

J'ai entendu des histoires similaires dans lesquelles les guides chirurgicaux des implants ne s'adaptaient pas à l'intérieur de la bouche en raison de l'ouverture limitée de la bouche du patient - une autre situation malheureuse dans laquelle la dentisterie numérique a été utilisée de manière incorrecte.

 

Le dernier scénario que j'évoquerai concerne un clinicien qui a acheté une imprimante 3D de résine pour compléter son scanner intra-oral. Dans ce cas, tous les patients ont reçu un scanner de diagnostic et des modèles imprimés pour des raisons éducatives et de marketing. S'agit-il d'une utilisation appropriée de la dentisterie numérique ? En quoi cela reflète-t-il la durabilité ? Qu'advient-il de ces modèles lorsque les patients n'en ont plus besoin ? Sont-ils recyclables ? Ce scénario me rappelle ce mème où un générateur à gaz est utilisé pour recharger un véhicule électrique.

 

Si nous nous efforçons collectivement d'améliorer la durabilité de la dentisterie, nous devons prendre en compte l'ensemble de la situation. Voici quelques recommandations pour la mise en œuvre de la dentisterie numérique en matière de durabilité :

prendre en compte le flux de travail clinique et évaluer comment la durabilité peut être améliorée sans compromettre la qualité des soins ;
comprendre et respecter les principes fondamentaux de l'odontologie numérique. Il s'agit simplement d'un ensemble d'outils permettant d'améliorer le flux de travail ;
être curieux et explorer les nouvelles technologies ;
faire preuve d'esprit critique. Par exemple, demandez-vous s'il est essentiel de disposer d'un cas entièrement guidé ;
envisager un flux de travail hybride ou fusionné, combinant les meilleurs aspects de l'analogique et du numérique, jusqu'à ce que les flux de travail numériques prévisibles soient bien maîtrisés ; et
appliquer les "R" : reconnaître, réduire, recycler, réutiliser, repenser et se réjouir !


La dentisterie numérique est un outil technologique puissant qui peut aider la dentisterie à devenir plus durable. Toutefois, les professionnels dentaires doivent se poser les bonnes questions, faire preuve de diligence raisonnable et prendre les décisions qui s'imposent, dans l'intérêt des patients et de la planète.

 

Source: Dental Tribune
Auteur : Dr Les Kalman

Formation continue

Publier un article

index medicus

indexation index medicus
Février 2024
L Ma Me J V S D
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 1 2 3

Articles récents

Aller au haut