STOCKHOLM, Suède : La compréhension des types de cellules et des mécanismes de la croissance dentaire est essentielle pour la reconstruction et l'ingénierie des dents. C'est pourquoi des chercheurs du Karolinska Institutet de Stockholm ont étudié la composition cellulaire des dents de souris et d'êtres humains, qu'elles soient en croissance ou non. Ils pensent que les nouvelles données sur la composition cellulaire et la croissance des dents pourraient accélérer les développements de la dentisterie régénératrice et du traitement de la sensibilité dentaire.


Même si les principaux types de cellules dentaires ont été identifiés depuis longtemps, le spectre des diverses cellules dentaires et cellules souches, leur différenciation et les interactions qui permettent la croissance des dents restent mal compris. Les dents se développent grâce à un processus complexe dans lequel les tissus mous, avec le tissu conjonctif, les nerfs et les vaisseaux sanguins, sont liés à trois types différents de tissus durs pour former une partie fonctionnelle du corps.

Contrairement aux humains, dont les dents sont terminées avant l'âge adulte, les souris et de nombreuses autres espèces ont des dents qui continuent à pousser tout au long de leur vie. La population de cellules souches incisives chez les souris se renouvelle continuellement et reconstitue les tissus perdus par rongement, ce qui rend ce modèle intéressant pour les études de la génération de cellules souches, de la différenciation cellulaire et de la régénération induite par des blessures.

Cartographie des populations de cellules dentaires

À l'aide d'une méthode de séquençage de l'ARN unicellulaire et d'un traçage génétique, les chercheurs ont examiné les caractéristiques des incisives de souris en croissance, les ont comparées aux molaires de souris non en croissance et ont évalué dans quelle mesure le modèle de souris reflète la croissance des dents humaines. De cette manière, les chercheurs du Karolinska Institutet, en collaboration avec l'Université de médecine de Vienne en Autriche et l'Université de Harvard aux États-Unis, ont identifié et caractérisé toutes les populations cellulaires des dents de souris, des jeunes dents humaines en croissance et des dents humaines adultes.

"Des cellules souches aux cellules adultes complètement différenciées, nous avons pu déchiffrer les voies de différenciation des odontoblastes, qui donnent naissance à la dentine [...] et des améloblastes, qui donnent naissance à l'émail", a déclaré l'auteur principal de l'étude, le Dr Igor Adameyko, chercheur principal au département de physiologie et de pharmacologie du Karolinska Institutet, et le co-auteur, le Dr Kaj Fried, professeur principal au département de neurosciences du Karolinska Institutet, dans un communiqué de presse. Selon eux, ils ont également découvert de nouveaux types de cellules et de couches cellulaires qui pourraient jouer un rôle dans la sensibilité des dents.

En outre, les résultats pourraient expliquer des aspects complexes du système immunitaire des dents et aider à comprendre la formation de l'émail dentaire. "Nous espérons et croyons que nos travaux peuvent constituer la base de nouvelles approches de la dentisterie de demain. Plus précisément, il peut accélérer le développement rapide du domaine de la dentisterie régénératrice", ont ajouté les auteurs.

L'étude, intitulée "Dental cell type atlas reveals stem and differentiated cell types in mouse and human teeth", a été publiée en ligne le 23 septembre 2020 dans Nature Communications.

Publier un article

index medicus

indexation index medicus
Octobre 2020
L Ma Me J V S D
28 29 30 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31 1
Aller au haut