Chers lecteurs,
La rédaction a ses raisons, que la raison ignore ! C’est ce qui explique peut être ce retard de parution.
Nous avions émis depuis la création de la revue le souhait d’élargir notre lectorat ainsi que les auteurs à tous les confrères maghrébins. Aujourd’hui notre vœu est enfin exaucé et nous remercions nos confrères tunisiens d’avoir saisi cette occasion pour nous faire partager leurs expériences en dentisterie préventive.
Nous remercions également nos confrères spécialistes médecins qui nous confortent encore une fois dans l’idée que nous ne sommes pas uniquement des spécialistes de la bouche et des dents, mais que, en tant que médecins dentistes nous sommes au carrefour de toutes les spécialités médicales.
Nous aurions aimé aborder un sujet et lui consacrer toute une  page voire plus : c’est celui de la fermeture de plusieurs cabinets dentaires. Il est vrai que c’est un problème que toute la profession aborde avec timidité mais sur lequel apparemment aucun des acteurs professionnels ne se penche sérieusement.
Nous avons eu à travers le courrier des lecteurs des «Appels au secours» mais à nous seuls pouvons-nous contrecarrer ce fléau qui de plus en plus envahit la communauté des confrères médecins dentistes ?
Nous apprenons que quotidiennement, à travers toutes les villes du royaume, un confrère cherche à céder son cabinet pour rejoindre la confrérie des Médecins de santé publique ou semi publique ou pour littéralement changer de profession. Où y a-t-il eu erreurs ? Etude de marché ? On sait que le besoin existe et que les facultés continuent à former.
Trop d’ambition dans l’aménagement des cabinets dentaires ? On le vit : On y trouve le minimum requis pour des soins de qualité.
Coût des soins ? Justifiés ou pas mais les patients n’arrivent même plus à régler leurs honoraires au niveau des services de soins publics.
A côté de la sécheresse, trop de manifestations dans notre pays durant l’année : Rentrée scolaire, Ramadan,  Aïd Al fitr, Aïd Al Adha, Vacances et … 
Nous sommes conscients que toutes les raisons sont bonnes pour ne pas se faire soigner mais nous sommes également conscients que ces mêmes raisons ne sont pas suffisantes pour que nos confrères installés depuis au moins 10-15 ans mettent la clé sous la porte (alors qu’ils devraient au contraire aujourd’hui jouir en toute légitimité d’une vie tranquille et décente).
Cette réalité doit être couronnée d’une prise de conscience de tous les responsables et surtout de la recherche d’une solution afin de sortir ces honorables praticiens de cette impasse.
Par ailleurs nous voudrions vous rappeler que la prochaine édition déclarera le grand prix de la meilleure publication de l’année.
Chers lecteurs, au nom de l’ensemble des comités du Courrier du Dentiste, je vous souhaite un excellent Ramadan et prie que ce mois sacré amène la paix et l’épanouissement au niveau de notre profession.
Pr. Ihsane BENYAHYA
Rédacteur en Chef
indexation index medicus
Publier un article
Septembre 2019
L Ma Me J V S D
26 27 28 29 30 31 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 1 2 3 4 5 6
Aller au haut