S. NAANAA, I. BENKIRAN, A. ELOUAZZANI
Service d’Odontologie Conservatrice - Endodontie,
CCTD Casablanca - Maroc

RÉSUMÉ

Le traitement endodontique constitue la base de restaurations pluridisciplinaires. Il est pourtant redouté par de nombreux praticiens par sa complexité et ses complica-tions possibles plus nombreuses que pour les autres actes


Les industriels n’ont cessé d’innover pour faciliter le travail des praticiens, mais nous nous trouvons aujourd’hui face à une offre de plus en plus pléthorique d’instruments. Quel choix d’instruments ? Pourquoi ?
Cet article a pour but de répondre à ces questions en comparant certains systèmes disponibles à travers les critères de qualité de la préparation canalaire.
Mots clé: Traitement endodontique, préparation canalaire, instrumentation rotative, nettoyage canalaire.


INTRODUCTION
Le traitement endodontique est minutieux et difficile, de part la variabilité anato-mique, la complexité du réseau à nettoyer, et le manque de visibilité. Le praticien a le plus souvent pour seule référence, une image en deux dimensions.
Lorsque Herbert Schilder (1) énonça « Les canaux non préparés ne peuvent être nettoyés, les canaux non préparés ne peuvent être obturés », il soulignait déjà l’importance de la mise en forme canalaire comme base de tout traitement endodontique.

Depuis l’avènement de l’endodontie moderne au début des années 70, les objectifs essentiels de la thérapeutique n’ont pas évolué, mais les progrès technologiques ont été majeurs.
En réponse aux difficultés rencontrées par les praticiens, les industriels n’ont cessé d’innover. L'instrumentation, d’abord manuelle, s’est mécanisée, puis les séquences instrumentales se sont simplifiées.


Chaque fabricant développe et commercialise un nombre important d’instruments, laissant le praticien parfois démuni face à une offre si diversifiée, et à des arguments commerciaux difficilement vérifiables.
L’objectif de ce travail est de comparer certains systèmes de la préparation cana-laire en se basant sur une analyse de la littérature scientifique internationale récente.

L’étude porte sur ces différents critères de comparaison :
- La qualité du nettoyage et de la désinfection du canal.                                                          
- La qualité de la mise en forme en étudiant le respect du trajet canalaire initial, la quantité de dentine retirée, les erreurs de préparation, les extrusions apicales de débris, la formation de micro-fêlures dentinaires.
- La résistance à la fracture instrumentale en analysant les différents alliages, les dynamiques instrumentales, l’effet de l’état de surface et du design.                                        
- Le temps de préparation.

MATÉRIELS ET MÉTHODES
Cette analyse porte sur 31 articles de la littérature internationale, rédigés principale-ment en anglais et tirés des revues ci dessous :
- International Endodontic Journal,
- Journal of Endodontics (JOE),
- Oral Surgery, Oral Medicine, Oral Pathology, Oral Radiology and Endodontology,
- Ann. Stomatol,
- J. Investig. Clin. Dent,
- J. Appl. Oral Sci,
- Eur. J. Dent,
- J. Clin.Diagn. Res,
- Endod. Top.

Les articles ont été sélectionnés en fonction de l'adéquation de la question posée par les auteurs de l'étude, et les critères définis précédemment pour comparer certains systèmes de la préparation canalaire. Certains articles ont été écartés en raison d'une trop grande ancienneté, d'un manque de rigueur du protocole, d'échantillons insuffisants, et de la présence trop importante de biais.

RÉSULTATS ET DISCUSSIONS
Qualité du nettoyage et désinfection du canal :
Les bactéries et leurs sous-produits sont considérés comme la cause principale d’infection pulpaire et péri-apicale. (Kakehashi et al., 1965) (10).
L’élimination chimio-mécanique de la totalité du tissu pulpaire, des contaminants ainsi que des débris de préparation est d’une importance primordiale pour la réussite du traitement endodontique.
Cette partie analysera s’il existe des différences entre les systèmes présentés con-cernant la désinfection canalaire en observant la diminution de la charge bactérienne et l’aire instrumentée (Tableau 1).

 

 Réf

Systèmes  Méthode  Mesure   Résultats/Discussions
 (Lin et al., 2013) (20)  - Manuel (Lime K)
- ProFile
- SAF
 - 3 groupes de 10 monoradiculées ovoïdes + 6 contrôles. culture 4 sem.  - Analyse au MEB après instrumentation et irrigation.  - Pas de différence significative entre les 3 systèmes. La quantité de biofilm retiré est en adéquation avec le taux de surface instrumentée, et donc dépendant de la géométrie canalaire. Efficacité identique avec instrumentation manuelle et rotation continue
 (Siqueira Jr. et al.,2013) (29) - SAF
- Reciproc- TFA
 - 3 groupes de 24 canaux mésiaux de molaires mandibulaires. Droits à très peu courbés.  - Analyse au μCT de la mise en forme et de la charge bactérienne.  - Pas de différences significatives dans la mise en forme et la diminution de la charge bactérienne intra canalaire.
Dans canaux droits SAF ne montre pas de meilleurs résultats.
 (Marinho et al., 2015)(21)  - Reciproc-MTwo-PTU
- RaCe
 - 4 groupes de 10 prémolaires mandibulaires avec 1 canal. Contaminées avec E.Coli pendant 21j.

 - Récolte avant/après instrumentation des bactéries et endotox. Irrigation LAL Water. Mise en culture.

 - Le Reciproc montre des résultats comparables aux instruments en rotation continue en terme de nettoyage.
 (Alves et al., 2011)(2) - SAF  - 2 groupes de 11 canaux ovoïdes infectés par E. faecalis pendant 30j. Irrigation 2,5% ou 6% NaOCl.  - Échantillonnage à 2, 4 et 6 minutes de mise en forme. Mise en culture, analyse.  - Réduction significative de la pop. bactérienne après 2 min, meilleurs résultats après 6 min, dû au temps d’irrigation et capacité du SAF à atteindre une surface dentinaire importante dans les canaux ovoïdes.

 Tableau1 : Analyse des articles traitant de la désinfection canalaire.


La complexité anatomique du réseau canalaire présente des contraintes physiques qui constituent un sérieux défi pour obtenir une désinfection optimale avec les sys-tèmes actuels.
Des bactéries résiduelles sont souvent retrouvées dans les isthmes, ramifications, deltas, canaux accessoires et latéraux, ainsi que dans les tubuli dentinaires.

Il semblerait qu’aucun instrument ou dynamique instrumentale n’apporte une désinfection sensiblement supérieure aux autres dans les canaux droits.
Une corrélation positive a été trouvée entre le taux de surface canalaire instrumentée et la diminution de la charge bactérienne.
Une augmentation du diamètre apical et/ou de la conicité améliorait la désinfection, s’expliquant par une plus grande aire de mise en forme (action mécanique) et une meilleure pénétration des solutions d’irrigation (action chimique).

Un élargissement excessif pouvant mener à un redressement de la courbure cana-laire et à une fragilisation de la structure radiculaire tandis qu’un maintien d’un dia-mètre minimum est susceptible de laisser des débris et de la dentine infectée (Schäferand Dammaschke, 2006) (26).

Le design original du SAF permet un nettoyage significativement supérieur dans les canaux ovoïdes, présentant des isthmes, grâce à sa capacité à atteindre des zones non accessibles par les instruments conventionnels.
L’instrument de finition XP-Endo Finisher, conçu pour atteindre des zones non-instrumentées apporterait une amélioration significative de la désinfection intra canalaire par action mécanique, spécifiquement dans les cas d’anatomies complexes.

QUALITÉ DE LA MISE EN FORME
Le succès à long terme d’un traitement endodontique est directement lié à la qualité de la préparation canalaire : le respect du trajet canalaire initial, le volume de dentine retiré et la régularité de la mise en forme,...

Respect du trajet initial
Un des impératifs du traitement endodontique est le nettoyage tout en maintenant le trajet original du canal, et notamment lorsqu’il présente des courbures.
Lors de la mise en forme des canaux courbes, les instruments en acier
ont tendance à se redresser pour retrouver leur forme initiale, ceci est d’autant plus vrai que l’instrument est large, du fait de la rigidité de l’alliage en acier.

Les instruments en NiTi provoquent aussi un redressement malgré leur super-élasticité (7).
Les conséquences peuvent être un retrait excessif de dentine sur certaines parois, fragilisant ainsi la dent. Des erreurs de préparation peuvent survenir et compromettre le pronostic.
Cette partie tentera d’analyser quelles sont les différences qui existent entre les sys-tèmes, spécifiquement dans les canaux présentant des courbures apicales impor-tantes (Tableau 2).

 

 Réf  Systèmes   Méthode  Mesure  Résultats/Discussions
 (Topcu et al., 2014) (30)  - SAF
 - Reciproc
 - WO
 - PTU
 - Manuel
 - 5 groupes de 15 incisives centrales mandibulaire avec canaux ovoïdes.  - Radiographie avec contrastant intracanalaire avant/après mise en forme.  - WO>PTU = R> SAF = Manuel
 - Aucun instrument ne permet de mettre en forme la totalité du canal. Les résultats seraient expliqués par les différentes conicités. SAF équivalent 40/.02 alors que WO (40/.08), R et PTU (40/.06).
 (Ordinola-Zapata et al., 2014) (23)  -Reciproc-TFA  - 1 molaire avec une courbure de 62° du canal mésial et 1molaire avec un canal mésial en S.
 10 répliques 3D de chaque molaire par instrument.
 - μCT avant/après la mise en forme.  - Les 2 systèmes maintiennent le trajet canalaire dans le 1/3 apical. (redressement inférieur à 1°). Pas de différence significative dans le 1/3 apical. Plus de transport pour R dans le 1/3 moyen (18,4° > 1,3°). Serait dû selon les auteurs à la masse centrale de l’instrument plus importante. La super-élasticité des alliages M-Wire et R-phase permet un respect du trajet canalaire en instrument unique ou séquence.
 (Capar et al., 2014) (5)  - OS
 - PTU
 - PTN
 - Reciproc-TFA
 - WO
 - 6 groupes de 20 canaux mésiolingual de molaire mandibulaire avec courbure 20°.  - CBCT, analyse du centrage, transport, surface instrumentée et volume retiré avant/après mise en forme.  - Pas de différence significative quelque soit le paramètre analysé, sauf pour le volume de dentine retiré, qui est augmenté avec R. Dû aux différentes conicités et diamètres apicaux. Peu significatif. La pointe non travaillante et la préparation sous faible pression apicale permet un centrage instrumental en accord avec les études précédentes. Conception de l’instrument par torsion (TFA) ou usiné (autres) peu d’effet sur le transport.
 (Bürkleinet al., 2012) (4)  - Reciproc
 - WO
 - MTwo
 - PTU
 - 4 groupes de 20 avec courbure canalaire 25°.  - Analyse de la variance sur les radiographies et au MEB du nettoyage + temps de préparation.  - Pas de différence significative, redressement entre 2° et 3°. Aucun canal complètement propre retrouvé.

 Tableau 2 : Analyse articles traitant du respect du trajet canalaire.


Nous avons comparé des instruments présentant des designs, des conceptions (tor-sadé, usiné), des dynamiques (rotation continue, réciprocité, hybride) et des sé-quences différentes (mono ou pluriinstrumentale).
Tous respectent le trajet canalaire initial, avec des redressements minimes et statistiquement pas de différences significatives entre les instruments.

Cela s’explique par les pointes non travaillantes et les progrès des nouveaux alliages permettant une élasticité accrue (M-Wire et R-Phase).
De part ces caractéristiques, les instruments uniques en réciprocité peuvent tout à fait être utilisé pour la préparation de canaux courbes même avec des diamètres et conicités (25/0.6 ou 25/0.8) importante en ne provoquant qu’un transport minime.

Expulsions apicales de débris :
Durant la préparation canalaire, des débris dentinaires, pulpaires, des microorga-nismes et même des irrigants peuvent se retrouver expulsés dans les tissus péri-apicaux, pouvant causer une inflammation, des douleurs post-opératoires, et retarder la cicatrisation péri-apicale (Seltzer and Naidorf, 1985) (27).

Les techniques de préparation manuelle en Crown-Down et forces équilibrées sont celles qui produisent le moins d’expulsions au-delà du péri-apex (Al-Omari and Dummer, 1995) (1).
Actuellement, la plupart des systèmes de rotation continue sont basés sur une pré-paration en Crown-Down, et les systèmes en réciprocité simulent la technique des forces équilibrés (Koçak et al., 2013) (18). Mais, il existe des disparités entre les sys-tèmes.
On peut conclure que quelque soit l’instrument utilisé, la quantité de débris expulsés dépend de l’opérateur (l’importance de l’étape du pré-élargissement) et de la pression exercée apicalement. (Tableau 3).

 

 Réf  Systèmes  Méthode  Mesure  Résultats/Discussions
 (Ozsu et al., 2014)(24)  - PTU
 - PTN
 - WO
 - SAF
 - 4 groupes de 14 prémolaires mandibulaires. Les canaux sont préparés suivant les instructions des fabricants.  - Pesée des débris expulsés apicalement durant la préparation et récoltés dans des tubes Eppendorf calibrés.  - PTU expulse le plus de débris. SAF en expulse le moins. Pas de différences significatives entre PTN et WO. Pour les auteurs, les résultats du SAF seraient dû à son design et à l’irrigation continue durant la préparation. La différence entre PTU et PTN serai dû au design. Par manque de référence de comparaison, ils n’expliquent pas l’absence de différence significative entre PTN et WO.
 (E.Karataş et al., 2015a)(12)  - TFA  - 4 groupes de 12 incisives mandibulaires. Protocole identique, mais 4 mouvements : TF Adaptive, 90°H-30°AH 150°H-30°AH, rotation continue.  - 90°H-30°AH produit le plus de débris. La rotation continue le moins. Pas de différence entre 150°H-30°AH et TF Adaptive. Plus l’angle d’un cycle est faible, plus l’expulsion de débris est importante. 90°-30° = 60°, 150°-30° = 120°. Et 60°<120°.
Le TF Adaptive module les angles en fonction des contraintes). Il semblerai que la quantité de débris expulsés dépende de l’opérateur et de la pression exercée apicalement.
 (Topçuoğlu et al., 2015) (31)  - WO
 - Reciproc-OS
 - 6 groupes de 15 molaires mandibulaires. 3 groupes sans cathétérisme. 3 groupes cathétérisme avec PathFile.  - Lorsque les canaux n’ont pas été pré-élargis avec le PathFile, OS expulse moins de débris que R et WO. Lorsque le cathétérisme à été fait, pas de différence significative.
Importance du pré-élargissement pour réduire les débris expulsés, bien que cela ne soit pas explicité dans les protocoles des fabricants de système en réciprocité.
 (Silva et al., 2015)(28)  - PTU
 - PTN
 - WO
 - Reciproc
 - 4 groupes de 15 prémolaires mandibulaires avec 1 canal. Préparés jusqu'à un diamètre de 40/100e.  - PTU expulse le plus de débris. Absence de différence significative entre PTN, WO et R.
 (Bürklein et al., 2014)(3)  - F360
 - OS
 - Reciproc-MTwo
 - 4 groupes de 20 incisives centrales mandibulaires. Les canaux sont préparés suivant les instructions des fabricants.  - R expulse le plus de débris. Pas de différences significative entre F360, OS, et Mtwo.
Le F360, le Mtwo et le R ont des designs très similaire. Cela confirme les précédents résultats sur la capacité des instruments en réciprocité à expulser plus de débris au delà du péri-apex que ceux en rotation continue.

 Tableau 3 : Analyse des articles traitant de la quantité de débris expulsée.


Apparition de micro-fêlures :
L’émergence des instruments NiTi en rotation continue a réduit la fatigue de l’opérateur, le temps de préparation et les erreurs de mise en forme par rapport à l’instrumentation manuelle.
Cependant ils présentent un risque de fracture durant leurs utilisations, dû aux forces appliquées par l’instrument sur les parois radiculaires. Ces forces sont également responsables de défauts de surface dentinaire, ou micro-fêlures (micro-cracks).            

Il est acquis que ces fêlures dentinaires peuvent fragiliser l’intégrité radiculaire et réduire le pronostic à long terme du traitement endodontique (Kim et al., 2010) (16).
En effet, l’application répétée de forces (ex : mastication) peut amener une propaga-tion de la fêlure, jusqu'à la fracture radiculaire (Kruzic et al., 2005) (19).
L’apparition de micro-fêlures est directement liée aux forces rotationnelles appli-quées à la surface des parois canalaires (Tableau 4).

 

 Réf  Systèmes  Méthode  Mesure  Résultats/Discussions

 (Kim et al., 2013) (17)

 - SAF 1,5 mm
 - Profile 20/.06
 - PTU
 - μScan de chaque instrument et modèle 3D puis simulation par ordinateur dans un canal 3D.  - Calcul du stress appliqué à la dentine. Analyse suivant les critères de Von Mises.  - Forces maximales appliquées : SAF 2,9 MPa, Profile 23,5 MPa, PTU 29,5 MPa. 10 fois inférieur pour le SAF par rapport au PTU. Le design de l’instrument affecte les forces appliquées à la dentine, et réduirai le risque de fêlures.
 (ErtuğrulKarataş et al., 2015b) (13)  - TFA
 - PTU
 - PTN
 - WO
 - 5 groupes de 15 incisives centrales avec canal droit. (dont 1 groupe contrôle)  - Section perpendiculaire
à 3, 6 et 9 mm de l’apex.
Microscope X25
 - Tous les instruments ont un nombre équivalent de fêlures totales. A 3 mm, PTN et TFA en produisent le moins. Les auteurs pensent que les résultats sont dû au design du PTN et à la conicité (25/.0.6 pour PTN et TFA ; 25/.08 pour WO et PTU) qui augmenterai le stress apicalement et la survenue de fêlures.
 (Priya et al., 2014) (25)  - PTU
 - PTN
 - OS Reciproc
 - 10 groupes de 10 incisives centrales. Chaque instrument en rotation continue et réciprocité + instrumenta-tion manuelle + contrôle  - L’instrumentation manuelle provoque le moins de fêlures. Séquence complète engendre moins de fêlure que l’instrument unique en rotation continue. La réciprocité engendre moins de fêlure que la rotation continue.
 (ErtuğrulKarataş et al., 2015a) (11)  - TFA avec différente cinématiques : Adaptive - 90°/30°,150°/30°, 210°/30° -Rotation continue + Manuel et contrôle.  - 7 groupes de 15 incisives centrale mandibulaire.10ml d’irrigation. SM1/ SM2 et SM3 jusqu'à la LT  - Cinématique Adaptive et rotation continue ont provoqué le plus de fêlures. Et 210°/30° le moins de fêlures à 9mm de l’apex. A 3 et 6 mm pas de différences significative. Les auteurs suggèreraient que la diminution de l’angle de réciprocité augmenterait l’incidence de formation de fêlures.

Tableau 4 : Analyse des articles traitant de l’apparition des micro-fêlures.


Les auteurs défendant la réciprocité prétendent que ce mouvement diminue les forces appliquées à l’instrument du fait de sa dynamique particulière. Nous allons analyser dans différentes publications, si cette dynamique associée à une instrumentation unique apporte un avantage par rapport aux séquences conventionnelles en rotation continue dans l’apparition des micro-fêlures radiculaires.

RÉSISTANCE À LA FRACTURE INSTRUMENTALE
Le principal inconvénient des instruments en NiTi est le risque élevé de fracture intra canalaire durant la mise en forme, ce qui est particulièrement vrai dans les courbures sévères. Lorsque les contraintes sont trop fortes ou trop répétées, l’instrument risque de se fracturer, selon les deux modes :
- Fracture en torsion, lorsque la pointe de l’instrument se bloque alors que la partie supérieure continue de tourner, la limite élastique est atteinte.                                             
- Fracture par fatigue cyclique, par alternance de compression/tension qui propagent des micro-fractures à chaque cycle jusqu'à rupture instrumentale.

Les recherches se concentrent sur différents paramètres pour améliorer la résistance des instruments à la fracture que nous allons analyser pour mettre en évidence s’il existe ou non des différences de résistance entre les systèmes proposés :
- Type d’alliage utilisé et traitement thermomécanique,
- Modification de l’état de surface,                                                                               
- Conception de l’instrument par usinage ou torsion,                                                                       
- Design de l’instrument,
- Dynamique d’utilisation (Tableau 5).

 

Réf  Systèmes  Méthode  Mesure  Résultats/Discussions 
(Kim et al., 2012)(15)  - WO
- R
- PTU F2 
- 10 instruments de chaque. 25/.08 sur les 3 mm apicaux et L 25 mm. 2 simulateurs pour test la torsion et fatigue cyclique.  - Nombre de cycle jusqu'à la fracture : NCF  - Fatigue cyclique : R plus résistant que WO
Torsion : WO plus résistant que R. Le design affecterait les capacités mécaniques. L’aire de section est plus grande pour le WO, expliquant sa résistance accrue à la torsion. 
(Higuera et al., 2015)(9)  - WO Primary
- R25
- TFA ML1 
- 15 instruments de chaque canal simulé avec rayon de courbure de 5 mm et angle de 60°.  - NCF et MEB  - Résistance à la fatigue cyclique supérieure pour R et TFA par rapport au WO.
TFA semble supérieur au R bien que la différence ne soit pas significative statistiquement. 
(Neelak-antan et al., 2015)(22)  - OS
- Reciproc 
- 25 instruments de chaque.En dynamique (amplitude 3 mm) ou statique. Simulateur de canal en S avec : - 1ère courbure à 8 mm (60°et 5 mm de rayon. - 2ème courbure à 2 mm (70°et 2 mm de rayon) . - NCF, et mesure des fragments fracturés  - R résiste à plus de cycle que OS en statique et dynamique.
En dynamique, la résistance à la fatigue cyclique est augmentée pour R.
Pas de différence significative en statique ou dynamique pour OS. La taille des fragments fracturés est la même pour R et OS. Et l’instrument se fracture toujours en 1er dans la courbure apicale.
Le rayon de courbure est déterminant dans l’incidence de la fracture. 
(Kim et al., 2015)(14) 

- G6 avec électro polissage G6 sans électro polissage PTU F2 (Contrôle)

- 10 instruments de chaque pour chaque test (torsion et fatigue cyclique). 25/.08 sur les 3 mm apicaux.  - NCF et force appliquée.  - Avec traitement de surface, meilleure résistance à la fatigue cyclique. Pas d’influence sur la résistance à la torsion.
Le polissage de surface réduit les irrégularités qui servent de points d’accumulations du stress et à partir desquels se répandent les micro-fractures. 
(Gambar-ini et al., 2015)(8)  - TFA Small Sequence  - 10 séquence sans appui pariétal ; 10 séquence avec appui pariétal. Dent en résine avec 4 canaux. 15s de brossage par canal.  - Observation au microscope si fracture ou déformation.  - 2 verts déspirés : 1 avec brossage, 1 sans brossage.
5 jaunes déspirés : 1 avec brossage, 4 sans brossage. L’appui pariétal circonférentiel n’affecterait pas la résistance de l’instrument ;
L’évasement coronaire résultant du brossage réduit le nombre d’instruments présentant une déformation. En accord avec l’importance de la suppression des contraintes pariétales coronaires pour une progression instrumentale apicale plus sure
(Farmakis et al., 2013)(6)  - SAF  - Canaux droits de molaire extraites (<20° de courbure).
19 instruments et 4 min de préparation répété jusqu'à fracture instrumentale. 
- Observation toutes les 4 min Loupes x3.  - Un total de 56 canaux préparé avec plus de 3 canaux par instruments avant apparition des défauts (soit 12min).
Aucuns instruments fracturés, mais de nombreuses fractures aux points de jonction. 

 Tableau 5 : Analyse des articles traitant de la résistance à la fracture instrumentale.


TEMPS DE PRÉPARATION
Plusieurs études montrent que la mise en forme à l’aide d’instruments uniques en rotation continue ou en réciprocité permet un gain de temps d’environ 60% par rap-port aux séquences instrumentales classiques (Bürklein et al., 2014, 2012 )(3,4).

Généralement toutes ces études discutent de la nécessité de l’utilisation du temps gagné grâce aux techniques instrumentales actuelles ou d’une partie de ce temps pour l’irrigation finale, qui est la plus efficace entermède mécanique des fluides.

CONCLUSION
Cette revue de littérature portant sur certains systèmes de préparation canalaire semble montrer que les évolutions récentes ont permis d’améliorer la sécurité, la qualité et la reproductibilité de la mise en forme, tout en étant moins chronophage pour le praticien.

Il n’existe pas de système idéal, chacun possède des avantages et des inconvé-nients, et tous permettent de réaliser un traitement endodontique correct avec un risque limité de fracture (du moment que le praticien suit les recommandations du fabricant).

L’apparition de la réciprocité a permis d’entrevoir la possibilité de traitements plus rapides avec un seul instrument à usage unique. Mais ces instruments nécessitent l’acquisition d’un moteur spécifique, sans gain technique majeur (micro-cracks, expulsion de débris, nettoyage...).

Cependant l’avènement de la réciprocité, de séquences courtes de rotation continue, couplée à des alliages toujours plus flexibles ne doit pas dispenser le praticien de respecter les principes mécaniques et biologiques immuables.
Chaque préparation canalaire est unique, et devant l’immense variabilité anato-mique, le succès du traitement endodontique repose sur un protocole minutieux basé sur des connaissances solides.

BIBLIOGRAPHIE
1. Al-Omari, M.A.O., Dummer, P.M.H., 1995. Canal blockage and debris extrusion with eight preparation techniques. J. Endod. 21, 154–158.
2. Alves, F.R.F., Almeida, B.M., Neves, M.A.S., Rôças, I.N., Siqueira Jr., J.F., 2011. Timedepen-dent Antibacterial Effects of the Self-Adjusting File Used with Two So-dium Hypochlorite Concentrations. J. Endod. 37, 1451–1455.
3. Bürklein, S., Benten, S., Schäfer, E., 2014. Quantitative evaluation of apically ex-truded debris with different single-file systems: Reciproc, F360 and OneShape ver-sus Mtwo. Int.Endod. J. 47, 405–409.
4. Bürklein, S., Hinschitza, K., Dammaschke, T., Schäfer, E., 2012. Shaping ability and cleaning effectiveness of two single-file systems in severely curved root canals of extracted teeth: Reciproc and WaveOne versus Mtwo and ProTaper. Int. Endod. J. 45, 449–461.
5. Capar, I.D., Ertas, H., Ok, E., Arslan, H., Ertas, E.T., 2014. Comparative Study of Different Novel Nickel-Titanium Rotary Systems for Root Canal Preparation in Severely Curved Root Canals. J. Endod. 40, 852–856.
6. Farmakis, E.T.R., Sotiropoulos, G.G., Pantazis, N., Kozyrakis, K., 2013. The per-manent  de-formation of the self-adjusting files when used in canals of extracted teeth. Int. Endod. J. 46, 863–869.
7. Friedman, S., 2002. Prognosis of initial endodontic therapy. Endod. Top. 2, 59–88.
8. Gambarini, G., Plotino, G., Piasecki, L., Al-Sudani, D., Testarelli, L., Sannino, G., 2015. De-formations and cyclic fatigue resistance of nickel-titanium instruments inside a sequence. Ann. Stomatol. (Roma) 6, 6–9.
9. Higuera, O., Plotino, G., Tocci, L., Carrillo, G., Gambarini, G., Jaramillo, D.E., 2015. Cyclic Fatigue Resistance of 3 Different Nickel-Titanium Reciprocating Instruments in Artificial Canals. J. Endod. 41, 913–915.
10. Kakehashi, S., Stanley, H.R., Fitzgerald, R.J., 1965. THE EFFECTS OF SURGI-CAL EXPO-SURES OF DENTAL PULPS IN GERM-FREE AND CONVENTIONAL LABORATORY RATS. Oral Surg. Oral Med. Oral Pathol. 20, 340–349.
11. Karataş, E., Arslan, H., Alsancak, M., Kırıcı, D.Ö., Ersoy, İ., 2015a. Incidence of Dentinal Cracks after Root Canal Preparation with Twisted File Adaptive Instruments Using Different Kinemat-ics. J. Endod. 41, 1130–1133.
12. Karataş, E., Arslan, H., Kırıcı, D.Ö., Alsancak, M., Çapar, İ.D., 2015a. Quantitative evaluation of apically extruded debris with Twisted File Adaptive instruments in straight root canals : reci-procation with different angles, adaptive motion and conti-nuous rotation. Int. Endod. J. n/a–n/a.
13. Karataş, E., Gündüz, H.A., Kırıcı, D.Ö., Arslan, H., Topçu, M.Ç., Yeter, K.Y., 2015b. Dentinal Crack Formation during Root Canal Preparations by the Twisted File Adaptive, ProTaper Next, Pro-Taper Universal, and WaveOne Instruments. J. Endod. 41, 261–264.
14. Kim, B.H., Ha, J.-H., Lee, W.C., Kwak, S.-W., Kim, H.-C., 2015. Effect from sur-face treatment of nickel-titanium rotary files on the fracture resistance. Scanning 37, 82–87.
15. Kim, H.-C., Kwak, S.-W., Cheung, G.S.-P., Ko, D.-H., Chung, S.-M., Lee, W., 2012. Cyclic Fatigue and Torsional Resistance of Two New Nickel-Titanium Instru-ments Used in Reciprocation Motion : Reciproc Versus WaveOne. J. Endod. 38, 541–544.
16. Kim, H.-C., Lee, M.-H., Yum, J., Versluis, A., Lee, C.-J., Kim, B.-M., 2010. Poten-tial Relation-ship between Design of Nickel-Titanium Rotary Instruments and Vertical Root Fracture. J. Endod. 36, 1195–1199.
17. Kim, H.-C., Sung, S.Y., Ha, J.-H., Solomonov, M., Lee, J.-M., Lee, C.-J., Kim, B.-M., 2013. Stress Generation during Self-Adjusting File Movement : Minimally Inva-sive Instrumentation. J. Endod. 39, 1572–1575.
18. Koçak, S., Koçak, M.M., Sağlam, B.C., Türker, S.A., Sağsen, B., Er, Ö., 2013. Apical extru-sion of debris using self-adjusting file, reciprocating single-file, and 2 rotary instrumentation systems. J. Endod. 39, 1278–1280.
19. Kruzic, J.J., Nalla, R.K., Kinney, J.H., Ritchie, R.O., 2005. Mechanistic aspects of in vitro fatigue-crack growth in dentin. Biomaterials 26, 1195–1204.
20. Lin, J., Shen, Y., Haapasalo, M., 2013. A Comparative Study of Biofilm Removal with Hand, Rotary Nickel-Titanium, and Self-Adjusting File Instrumentation Using a Novel In Vitro Biofilm Model. J. Endod. 39, 658–663.
21. Marinho, A.C.S., Martinho, F.C., Gonçalves, L.M., Rabang, H.R.C., Gomes, B.P.F.A., 2015. Does the Reciproc file remove root canal bacteria and endotoxins as effectively as multifile rotary systems? Int. Endod. J. 48, 542–548.
22. Neelakantan, P., Reddy, P., Gutmann, J.L., 2015. Cyclic fatigue of two different single files with varying kinematics in a simulated double-curved canal. J. Investig. Clin. Dent.
23. Ordinola-Zapata, R., Bramante, C.M., Duarte, M.A.H., Cavenago, B.C., Jaramillo, D., Versiani, M.A., 2014. Shaping ability of Reciproc and TF Adaptive systems in severely curved canals of rapid microCT-based prototyping molar replicas. J. Appl. Oral Sci. 22, 509–515.
24. Ozsu, D., Karatas, E., Arslan, H., Topcu, M.C., 2014. Quantitative evaluation of apically ex-truded debris during root canal instrumentation with ProTaper Universal, ProTaper Next, WaveOne, and self-adjusting file systems. Eur. J. Dent. 8, 504–508.
25. Priya, N.T., Chandrasekhar, V., Anita, S., Tummala, M., Raj, T.B.P., Badami, V., Kumar, P., Soujanya, E., 2014. “Dentinal Microcracks After Root Canal Preparat Eur. J. Dent ion” A Comparative Evaluation with Hand, Rotary and Reciprocating Instru-mentation. J. Clin.Diagn. Res. JCDR 8, ZC70–ZC72.
26. Schäfer, E., Dammaschke, T., 2006. Development and sequelae of canal trans-portation. En-dod. Top. 15, 75–90.
27. Seltzer, S., Naidorf, I.J., 1985. Flare-ups in endodontics : I. Etiological factors. J. Endod. 11, 472–478.
28. Silva, E.J.N.L., Carapiá, M.F., Lopes, R.M., Belladonna, F.G., Senna, P.M., Sou-za, E.M., De-Deus, G., 2015. Comparison of apically extruded debris after large api-cal preparations by full-sequence rotary and single-file reciprocating systems. Int. Endod. J.
29. Siqueira Jr., J.F., Alves, F.R.F., Versiani, M.A., Rôças, I.N., Almeida, B.M., Neves, M.A.S., Sousa-Neto, M.D., 2013. Correlative Bacteriologic and Micro–Computed Tomographic Analysis of Mandibular Molar Mesial Canals Prepared by Self-Adjusting File, Reciproc, and Twisted File Systems. J. Endod. 39, 1044–1050.
30. Topcu, K.M., Karatas, E., Ozsu, D., Ersoy, I., 2014. Efficiency of the Self Adjus-ting File, Wa-veOne, Reciproc, ProTaper and hand files in root canal debridement. Eur. J. Dent. 8, 326–329.
31. Topçuoğlu, H.S., Düzgün, S., Akpek, F., Topçuoğlu, G., Aktı, A., 2015. Influence of a glide path on apical extrusion of debris during canal preparation using single-file systems in curved canals. Int. Endod. J.

indexation index medicus
Publier un article
Septembre 2019
L Ma Me J V S D
26 27 28 29 30 31 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 1 2 3 4 5 6
Aller au haut