L. KISSI,  F. BENHAYOUNE, I. BENYAHYA
Service d’Odontologie Chirurgicale, CCTD, Casablanca
Faculté de Médecine Dentaire de Casablanca. Maroc

 

RÉSUMÉ
Le titane est actuellement le matériau de choix en implantologie orale. Connu pour son excellente biocompatibilité, un grand nombre de professionnels de santé pensent qu’il ne serait pas responsable de réaction d’hypersensibilité.


Néanmoins, il apparait dans de récentes études que le titane peut donner lieu à une toxicité et à des réactions allergiques immédiates ou retardées ce qui pourrait expliquer les échecs successifs d’implants dentaires qui surviennent chez certains patients.

Mots clé : Implants dentaires, allergie, titane, risque

INTRODUCTION
Le titane est aujourd’hui très largement utilisé en odontologie. Ce métal est souvent rattaché au domaine de l’implantologie, or ce n’est pas son seul domaine d’utilisation puisqu’on va notamment le retrouver en prothèse (amovible ou fixe), en endodontie (pour la préparation canalaire) et en orthodontie.
En dentisterie, le titane présente de nombreux avantages par rapport aux autres métaux, grâce notamment à ses propriétés physiques et chimiques qui lui ont ainsi permis de s’imposer dans l’arsenal technique et thérapeutique.

Hormis la haute résistance qu’on lui connait ou sa grande légèreté qui lui ont permis une utilisation très importante dans l’industrie ou dans d’autres domaines de hautes technologies ; c’est son incroyable biocompatibilité qui est mise en avant dans le secteur médical.
Néanmoins, il apparaît dans de récentes études que le titane peut donner lieu à une toxicité et à des réactions allergiques immédiates ou retardées qui pourraient expliquer les échecs successifs d’implants dentaires qui surviennent chez certains patients.

LES FACTEURS DE RISQUE DE L’ALLERGIE AU TITANE
Le terrain génétique et héréditaire
La survenue de l’allergie nécessite deux éléments :
• un organisme prédisposé,
• l’exposition à un allergène.
On parle alors de « terrain atopique » (1).

La mutation génétique
Des études récentes révèlent en effet que de nombreuses allergies pourraient être dues à des mutations génétiques, plus précisément, à des mutations touchant les gènes codant pour la protéine TGF-Beta.
La TGF-bêta est une cytokine multifonctionnelle avec un grand éventail d'effets sur une variété de types de cellules.
Le dysfonctionnement de cette protéine paraît déclencher la série même de réactions en chaîne qui finit par provoquer des maladies allergiques comme l’asthme, l’allergie alimentaire ou encore l’eczéma qui est fréquemment retrouvé dans le cas de l’allergie au Titane (2).

Le terrain allergique
L'allergie touche plusieurs dizaines de millions d'individus dans le monde. Le nombre de personnes allergiques ne fait qu'augmenter parallèlement au nombre d'allergènes.
Les causes réelles de cet accroissement ne sont pas encore connues. On soupçonne le changement de nos habitudes de vie, la pollution ou la modification de facteurs génétiques.

Statistiquement, les sensibilités allergiques n'apparaissent pas toutes en même temps. Les spécialistes constatent que dans les deux premières années de la vie, les sensibilisations allergiques seront surtout d'origine alimentaire et s'exprimeront préférentiellement au niveau cutané (3).
Ces manifestations vont s'atténuer au cours de la vie, pour faire place aux symptômes respiratoires et oculaires. L'âge moyen d'apparition de la sensibilité pour les acariens est de 4 ans, pour les animaux il est de 8 ans, et pour les pollens de 12 ans, ce qui montre la notion de contact.

On s’aperçoit que la sensibilisation allergique est un phénomène dynamique qui va évoluer avec l'âge d’où l’importance du dépistage et de l’anamnèse médicale pour le médecin dentiste. L’anamnèse médicale en médecine dentaire et implantaire sera particulièrement détaillée lors du signalement d’épisodes ou d’antécédents allergiques.
Le praticien sera alerté et pourra suspecter un terrain allergique chez son patient avec un risque accru de développer une allergie aux produits placés en bouche (4).

Le stress
Le stress joue un rôle important dans le déclenchement des réactions allergiques. Le magnésium est important pour la gestion de toutes les formes de stress. Lorsque les niveaux de magnésium diminuent, l’incidence des crises d’allergie augmente.
L'environnement de l'allergique et sa maladie interfèrent : l'un et l'autre sont inséparables (4).

La corrosion
Les métaux utilisés en odontologie sont soumis à des variations importantes de pH au cours de la journée.
Le titane libère peu d'ions en milieu aqueux par rapport aux autres métaux et alliages utilisés en odontologie et résiste bien aux conditions environnementales acides (5).
L'étude de Schiff et coll en 2002 montre que la couche de passivation du titane pur continue à jouer son rôle protecteur dans une salive artificielle acidifiée à un pH de 2,5 (6).

Cependant, la diminution du pH entraîne l'augmentation du courant de corrosion (Icorr) des échantillons de titane, donc de la quantité d'ions libérés, comme le montrent les résultats de nombreuses études in vitro dont celles de Bayramoglu et coll et Strietzel et coll (7).
Ces derniers émettent l'hypothèse que la dissolution du titane in vivo peut varier en fonction des variations de pH, compliquées par les influences diverses d'acides organiques et inorganiques.

Influence du milieu fluoré
Cohen et Toumelin-Chemla ont étudié le comportement du titane dans une solution de Ringer pure puis dans la même solution à pH voisin de la neutralité (7,8) mais additionnée de fluorures (NaF et NH4F) en concentration identique à celle du Fluogel® utilisé en prophylaxie dentaire. Les valeurs du courant de corrosion se révèlent 12 fois supérieures dans la solution fluorée cependant la couche de passivation se forme normalement et continue à jouer son rôle protecteur (9).
Par conséquent, l'utilisation de dentifrices fluorés ne pose pas de problème car ils ont un pH neutre.
Il serait donc préférable d'éviter le contact entre des restaurations en titane et un milieu fluoré ou alors de diminuer au maximum le temps d'exposition (10,11).

Le couplage galvanique
Le galvanisme buccal a lieu quand il y’a une différence entre le potentiel électrique des différents métaux présents en bouche (12).
Il a été rapporté des cas d'échecs implantaires avec participation étiologique de phénomènes de couplage galvanique. Il apparaît donc essentiel de diminuer les risques de ce couplage entre un implant et d'autres métaux présents en bouche (13). Ceci passe d'abord par un choix raisonné de l'alliage constituant la suprastructure implantaire afin de ne pas mettre en péril la pérennité des restaurations (14).

Par contre, le couplage du titane au titane ou aux alliages précieux, à base d’or ou à base de palladium ne présente pas de risque de provoquer ou d'accélérer un phénomène de corrosion par crevasses (15).
Ainsi, il est recommandé de réaliser les suprastructures implantaires en titane, de manière à ce que les couples de métaux en présence soient de potentiels voisins ou en alliages précieux (16).

La flore bactérienne
Les études réalisées dans le domaine industriel, très touché par la corrosion bactérienne, montrent que les micro-organismes ne s'attaquent pas directement aux métaux mais modifient, par leur métabolisme, la physico-chimie à l'interface matériau-environnement (pH, concentration en oxygène, libération de complexants...) créant des conditions pouvant initier ou accélérer la corrosion.

Le calcium et le silicium auraient notamment l'effet de promouvoir un phénomène de corrosion par contrainte à la surface de l'implant après rupture du film passif engendrant la dissolution du titane dans les tissus environnants.
Les produits issus des micro-organismes comme les pathogènes parodontaux pourraient selon ces auteurs, augmenter ces réactions (17).
Enfin, la présence dans le milieu de Streptococcus Mutans ou des produits issus de son métabolisme augmente le courant de passivation (Ipass) du titane pur, ce qui diminue la résistance de la couche protectrice du métal (18).

LES MANIFESTATIONS CLINIQUES DE L’ALLERGIE AUX IMPLANTS EN TITANE
Les types d’hypersensibilité associés à la région oro-faciale sont le type I, III et IV.
Le type IV reste le plus fréquemment rencontré au niveau de la cavité buccale.
Il se définit comme une réaction de sensibilisation retardée à médiation cellulaire qui apparaît au moins 10 jours après une exposition à l’antigène (19).
Le phénomène d’hypersensibilisation de type IV est induit par un contact répété d’un allergène avec la muqueuse ou la peau et comprend plusieurs étapes.
La première phase a lieu lors du premier contact, qui conduit à la sensibilisation .Au cours de contacts ultérieurs, on peut voir apparaître l’expression clinique de l’allergie (20).

Cette allergie peut se manifester cliniquement par:
• Des sensations de brûlures ou de picotements de la muqueuse,
• Une sécheresse et une sensation de goût métallique voire une altération du goût,
• Un érythème de la cavité buccale,
• Un œdème labial,
• Des tâches purpuriques sur le palais,
• Des aphtes,
• Une gingivite hyperplasique,
• Une dépapillation de la langue,
• Une perlèche,
• Une éruption eczémateuse péribuccale,
• Des réactions lichénoïdes.

Des symptômes plus généraux peuvent être rencontrés de type céphalées, dyspepsie, asthénie, arthralgies, ou encore myalgie (21,22).
Le type I d’hypersensibilité peut apparaitre dans sa forme aigue entrainant un choc anaphylactique dans les formes graves (23).

Le syndrome de la bouche brûlante
Le syndrome de la bouche brûlante est une maladie chronique caractérisée par la brûlure, le picotement, et/ou un prurit de la cavité buccale en l'absence de toute maladie organique. Il dure au moins 4 à 6 mois et implique le plus souvent la langue avec ou sans extension aux lèvres et la muqueuse buccale et peut être accompagné d’une dysgueusie et d’une xérostomie.
Les sensations de brûlures de la muqueuse buccale représentent une plainte fréquente chez les patients allergiques à un ou plusieurs métaux (24).

Eczéma
L’eczéma de contact est une dermatose très fréquente due à une sensibilisation à certaines substances, ici le titane en l’occurrence.
Le diagnostic positif repose sur l’observation de la lésion qui va évoluer en quatre stades: érythémateuse, vésiculeuse, suintante, desquamative suivie d’une guérison sans cicatrice (25).

Les réactions lichénoïdes
Les lésions lichénoïdes de contact peuvent être dues à l’amalgame, le nickel, le cobalt, l’or et le palladium (26).
Les revues de littérature récentes citent le Titane comme étant un agent responsable de l’apparition de ces lésions (23).

La chéilite exfoliative
La chéilite exfoliative est une maladie inflammatoire qui affecte le vermillon de la lèvre. Certaines formes de la chéilite résultent de l’allergie et de l’exposition intra-orale du métal (27).
Elle se manifeste cliniquement par une sécheresse des lèvres associée à une desquamation chronique de la muqueuse du vermillon. Les lèvres deviennent enflammées, craquelées et parfois douloureuses (28).

CONCLUSION
L’allergie au titane est plus fréquente chez les patients allergiques à un autre métal ou qui ont subi un échec de prothèse orthopédique. Chez ces patients, une mise au point allergologique permettant d’exclure une allergie au titane est recommandée avant de décider un traitement implantaire d’où l’intérêt d’une prise en charge multidisciplinaire.

BIBLIOGRAPHIE
1- SAURAT, J-H et coll.
Dermatologie et infections sexuellement transmissibles. 5e éd. Paris : Elsevier
Paris:Masson, 2009. pp. 67-80. 1152 p.
2- PAMELA A et coll.
TGFβ Receptor Mutations Impose a Strong Predisposition for Human Allergic Disease
Sci Transl Med. Jul 24, 2013; 5(195): 195ra94; p1-20.
3- MONERET-VAUTRIN A.
Épidémiologie de l’allergie alimentaire
Rev Fr Allergol. 48 (2008) ; 171–178.
4- EPPE P.
Allergies et intolérances en implantologie.
Mémoire de l’Attestation d’Etude et de Recherche Approfondies en Implantologie Orale.
Thèse Chir Dent :Université de Bordeaux , 2005/2006.
5- SOURDOT A .
La corrosion du titane en milieu buccal.
Thèse Chir Dent :Université Henry Poincarré-Nancy 1.2007
6- SCHIFF N,GROSGOGEAT B, LISSAC M ,DALARD F.
Influence of fluoride contentand pH on the corrosion resistance of titanium an its alloys.
Biomaterials, 2002 May;23(9):1995-2002.
7- BAYRAMOGLU G, ALEMDAROGLU T, KEDICI  S, AKSÜTA
The effect of pH on the corrosion of dental meta1 alloys.
J Oral Rehab., 2000 ; 27 : 563-575.
8- BERT M , MISSIKA P, GIOVANNOLI JL
Gestion des complications implantaires.
Paris :Quint Int, 2004, p: 5-7.
9- TOUMELIN-CHEMLA F.
Propriétés électrochimiques des alliages métalliques utilisés en odontologie.
Encycl.Med.Chir,Odontologie,1998;23-0636-10;7P.
10- NAGUTI J , FLAVIA O et coll.
The role of fluoride on the process of titanium corrosion in oral cavity.
Biometals . 2012; 25: 859–862.
11- ROSALBINO F , DELSANTE S , BORZONE G , SCAVINO G.
Influence of noble metals alloying additions on the corrosion behaviour of titanium in a fluoride-containing environment.
J Mater Sci Mater Med 2012,23(5):1129–1137.
12- HAKAN S et coll.
the electrochemical properties of four dental casting suprastructure alloys coupled with titanium implants.
J Appl Oral Sci. 2009;17(5):467-75.
13- MADHAVAN AA, KALLURI S , PARAVANNOOR A  et coll.
Effect of surface nano morphology and interfacial galvanic coupling of PEDOT-titanium counter electrodes on the stability of dye-sensitized solar cell.
J Nano sci Nano technol. 2012 Aug;12(8):6340-6345.
14- MUELLER Y, TOGNINI R, MAYER J, VIRTANEN S.
Anodized titanium and stainless steel in contact with CFRP: an electrochemical approach considering galvanic corrosion.
J Biomed Mater Res A. 2007 Sep 15;82(4):936-46.
15- VENUGOPALAN R ,LUCAS L.
Evaluation of restorative and implant alloys galvanically coupled to titanium.
Dent Mater. 1998 Jun;14(3):165-72.
16- TAHERN M , ALJABABA S.
Galvanic corrosion behavior of implant suprastructure dental alloys.
Dent. Mater. 2003 Jan;19(1):54-9.
17- SHIBLI JA, MARCANTONIO E ,D'AVILA S ,GUASTALDI AC et coll.
Analysis of failed commercially pure titanium dental implants: a scanning electron microscopy and energy-dispersive spectrometer X-ray study.
J.Periodontol. 2005;76:1092-1099.
18- CHANG RC,OSHIDA Y ,GREGORY  RL et coll.
Electrochemical study on microbiology related corrosion of metallic dental materials.
Biomed Mater Eng. 2003; 13(3) :281-295.
19- EVRARD L, WAROQUIER D ET PARENT D.
Les allergies aux métaux dentaires.Un allergène émergent : Le Titane.
Rev Med Brux .2010 ; 31 : 44-49.
20- GAWKROFGER DJ.
Investigation of reactions to dental materials.
Br J Dermatol .2005 ; 153 : 479-85.
21- LYGRE GB, GJERDET NR, GRÖNNINGSTRAETER AG, BJÖRKMAN L.
Reporting on adverse reactions to dental materials : intraoral observations at a clinical follow-up.
Com Dent Oral Epidemiol. 2003 ; 31 : 200-206.
22- VAMNES JS, LYGRE GB, GRÖNNINGSTRAETER AG, GJERDET NR
Four years of clinical experience with an adverse reaction unit for dental biomaterials.
Comm Dent Oral Epidemiol .2004 ; 32 : 150-157.
23- CHATURVEDI TP.
Allergy related to dental implant and its clinical significance.
Clin Cosmet Investig Dent.2013 Aug 19; 5:57-61.
24- THOPPAY JR, DE ROSSI SS, CIARROCCA KN.
Burning mouth syndrome.
Dent Clin North Am. 2013 Jul;57(3):497-512
25- KELLY C, DEAN S, MORREL L, DAVID S.
Eczéma et autres dermatoses communes.
Paris Masson: Médecine interne de Netter. 2011 ;p 1389-1402.
26- PENDYALA G, JOSHI S, KALBURGE J, JOSHI M,
TEJNANI A.
Oral lichen planus: a report and review of an autoimmune-mediated condition in gingiva.
Compend Contin Educ Dent. 2012 Sep;33(8):102-108.
27- PIGATTO PD., SPADARI F, BOMBECCARI GP, GUZZI G.
Exfoliative chelitis associated with titanuim dental implants and mercury amalgam
J Dermatol case rep. 2011, 4 ,p 89-90.
28- MANI SA, SHAREEF BT.
Exfoliative cheilitis: report of a case.
J Can Dent Assoc. 2007 Sep;73(7):629-32.

 

Publier un article
indexation index medicus
Décembre 2019
L Ma Me J V S D
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5
Aller au haut