A. IBOURK, A. BENIDER, I. BEN YAHYA
Service d’Odontologie Chirurgicale, CCTD, Casablanca
Faculté de Médecine Dentaire de Casablanca - Maroc
Université Hassan II

RÉSUMÉ

Introduction : Le cancer de la cavité orale représente un très grand problème de santé à l’échelle internationale. Les carcinomes épidermoïdes représentent la très grande majorité des cancers de la cavité orale et totalisent plus de 95% des cas. Au Maroc, ils demeurent relativement méconnus et sous-diagnostiqués avec un seuil élevé de mortalité et de morbidité.

 

Objectif : Contribuer aux données épidémiologiques nationales du cancer oral en déterminant le profil épidémiologique des cancers de la cavité orale diagnostiqués en consultation au service d’odontologie chirurgicale du CCTD de Casablanca. Notre objectif secondaire était d’introduire les données au niveau du registre de cancer national, de promouvoir et mettre en place un registre spécifique au service d’odontologie chirurgicale traitant les données épidémiologiques et le suivi des cas de cancers de la cavité orale.

 

Méthodes : Il s’agit d’une étude transversale descriptive, sur une durée de 24mois. Elle s’est déroulée au niveau du service d’Odontologie Chirurgicale du CCTD, CHU Casablanca, service de chirurgie maxillo-faciale, hôpital 20 août et centre Mohammed VI pour le traitement des cancers. Nous n’avons inclus que les patients présentant un cancer de la cavité orale diagnostiqués au service d’odontologie chirurgicale.

 

Résultats : 20 patients ont été inclus dans cette étude. 45% était de sexe féminin et 55% de sexe masculin. L’âge des patients était compris entre 20 et 80 ans avec une moyenne de 58,8 ans. 40 % des patients étaient des fumeurs de tabac. 30 % ont consommé de l’alcool avec une moyenne de 3*/j pendant une moyenne de 15,5*/ ans. La principale localisation du cancer de la cavité orale est représentée par le vestibule 30 %. Quant au type du cancer, le carcinome épidermoïde est le fréquent par un pourcentage de 60 %.

 

Conclusion : Le cancer oral constitue un véritable problème de santé publique partout dans le monde. Le rôle du service d’odontologie chirurgicale demeure primordial dans le dépistage et le diagnostic du cancer oral et d’aider les patients à réduire les risques en les conseillant de changer certaines habitudes de vie nocives.
Mots-clés : cancer oral, carcinome épidermoïde, registre du cancer.

INTRODUCTION

Le cancer de la cavité orale représente un très grand problème de santé à l’échelle internationale (1). Il représente environ 25 à 30 % des cancers des voies aéro-digestives supérieures (VADS) et environ 0,97 % du total des cancers. (2) Les carcinomes épidermoïdes représentent la très grande majorité des cancers de la cavité orale et totalisent plus de 95%des cas.

 

Ils présentent un sombre pronostic du fait de la fréquence des récidives locorégionales, des secondes localisations néoplasiques et des métastases à distance avec un taux de survie avoisinant les 10% à 20% à 10 ans malgré les thérapeutiques actuelles, avec une prédominance masculine appartenant à la tranche d’âge supérieure à 40 ans. (3) Au Maroc, le carcinome épidermoïde demeure relativement méconnu et sous-diagnostiqué avec un seuil élevé de mortalité et de morbidité. Ceci est dû à la méconnaissance par le grand public du cancer oral, de ses facteurs de risques ainsi que de ses symptômes.

 

L’objectif principal de ce travail était de contribuer aux données épidémiologiques nationales du cancer oral en déterminant le profil épidémiologique des cancers de la cavité orale diagnostiqués en consultation du service d’odontologie chirurgicale du CCTD de Casablanca. Les objectifs secondaires étaient d’introduire les données au niveau du registre de cancer national, de promouvoir et mettre en place un registre spécifique au service d’odontologie chirurgicale traitant les données épidémiologiques et le suivi des cas de cancers de la cavité orale.

 

MATÉRIELS ET MÉTHODES

Population

Les patients présentant un cancer de la cavité orale diagnostiqués au service d’odontologie chirurgicale ont été inclus dans cette étude. N’ont pas été inclus les Patients présentant un cancer de la cavité orale suivi.

 

Méthodes

Il s’agit d’une étude transversale descriptive, sur une durée de 24mois. Elle s’est déroulée au niveau du service d’Odontologie Chirurgicale du CCTD, CHU Casablanca, service de chirurgie maxillo-faciale, hôpital 20 août et centre Mohammed VI pour le traitement des cancers.

 

Collecte des données

Un questionnaire est établi pour la collecte des données. L’analyse statistique a été réalisée avec le logiciel IBM SPSS Statistics 22.

 

Résultats

Au total, 20 patients ont été inclus dans cette étude. 45% était de sexe féminin et 55% de sexe masculin. L’âge des patients était compris entre 20 et 80 ans avec une moyenne de 58,8 ans : 10 % des cas âgés entre 20 ans et 30 ans ; 5 % des cas âgés entre 30 ans et 40 ans ; 5 % des cas âgés entre 40 ans et 50 ans ; 25 % des cas âgés entre 50 ans et 60 ans et 55 % plus que 60 ans.

Sur le plan socioéconomique, dans notre étude 75 % ont un niveau socioéconomique bas et 25 % ont un niveau socioéconomique moyen. Quant au niveau intellectuel, 15 % des patients ont un niveau d’étude primaire, et 10 % secondaire, 15 % ont suivi des études supérieures et 60 % sont analphabètes.

 

 60 % des patients sont non-fumeurs, alors que le reste des 40 % sont des fumeurs de tabac. 30 % ont consommé de l’alcool avec une moyenne de 3*/j pendant une moyenne de 15,5*/ ans.
La majorité des patients (65%) se sont présentés en consultation avec des douleurs, suivie d’une infection (30 %), et d’une ulcération (5 %).

 

Notre étude a montré que la principale localisation du cancer de la cavité orale est représentée par le vestibule 30 %. Quant au type du cancer, le carcinome épidermoïde est le fréquent par un pourcentage de 60 % suivie du carcinome mucoépidermoïde (15 %), carcinome basocellulaire (5 %), carcinome adénoide kystique (5 %), sarcome (5 %), rhabdomyosarcome (5 %) et plasmocytome (5 %). La survie à 2 ans a été de 70 % (14 patients). 4 patients (20 %) sont décédés.

 

DISCUSSION

Le cancer de la cavité orale est classé le 11ème cancer le plus fréquent dans le monde dont l’incidence annuelle est estimée à 300000. Cette incidence qui ne fait qu’accroitre serait en rapport avec les milieux socioéconomiques les plus précaires (4,5,6).
Notre échantillon a été composé de 45% de femmes et 55% d’hommes. Une autre étude réalisée au Maroc sur un échantillon de 83 patients, 68,7 % était de sexe masculin et 31,3 % était de sexe féminin (7). De même, les autres études réalisées en Libye (8), Zimbabwe (9) et Iran (10) ont observés la même prédilection.

 

En ce qui concerne l’âge, la moyenne était de 58,8 ans. Nos résultats comparés à ceux réalisés au Maroc (l’âge moyen de 57,98 ans (7)), en Inde (58,37 ans) (11), aux Emirats Arabes Unis (54,9 ans) (12), au Thaïlande (59,13 ans) (13) et au Niger par Ajayi et coll (42.2 ans (14)).

 

Quant au niveau socioéconomique, dans notre étude 75 % ont un niveau socioéconomique bas et 25 % ont un niveau socioéconomique moyen. Sur le plan intellectuel, 15 % des patients ont un niveau d’étude primaire, et 10 % secondaire, 15 % ont suivi des études supérieures et 60 % sont analphabètes. Une étude anglaise réalisée par Conway et coll. sur un échantillon de 23,964 cas dans 27 pays a montré qu’il existe une influence du niveau socioéconomique et du niveau intellectuel sur le risque de cancer oral sur le plan mondial : un risque élevé associé à la fois à des niveaux de revenu plus faibles et à un niveau de scolarité plus faible (15).

 

Pour la consommation tabagique, 60 % des patients étaient non-fumeurs, alors que le reste des 40 % sont des fumeurs de tabac. Dans la même étude réalisée au Maroc, 43,4 % étaient des non-fumeurs et le reste (56,6 %) étaient des fumeurs de tabac sous forme de cigarettes (7). Les cigarettes ont été fumées par > 50% des patients atteints d'un cancer oral en Libye, 18 % en Irak, et 25 % en Égypte (16).Au soudan, le cancer oral est le cinquième cancer le plus courant, il représente 9% des cas de cancer oral recensés chaque année en Afrique. Cela est dû à l'utilisation d'un type local de tabac snifé (Toombak) très populaire dans la communauté soudanaise, contenant un niveau élevé d’agents cancérigènes (16).

 

Dans notre étude, 6 patients (30 %) consomment de l’alcool avec une moyenne de 3*/j pendant une moyenne de 15,5*/ ans. Une étude prospective indienne a montré que les buveurs étaient associés à un risque significativement accru de développer un cancer oral. Une relation dose-réponse significative entre les fréquences de prise, la durée et le risque a également été observée (17). Une autre étude japonaise a montré une association inverse significative entre la consommation d'alcool et le pronostic chez les patients atteints des cancers des VADS (18).

 

La majorité des patients ont consulté à cause d’une douleur (65%), 30 % à cause d’une infection et 5 % à cause d’une ulcération. Jéhannin-Ligier et coll. ont trouvé que 34.2 % ont consulté pour une douleur, et 21 % pour une tuméfaction cervicale (19). Néanmoins, une revue systématique faite par Al-Jaber et coll. sur l’épidémiologie des cancers oraux an niveau des pays arabes a montré que les principaux symptômes sont la tuméfaction et l’ulcération (16).

 

Notre étude a montré que la principale localisation du cancer de la cavité orale est représentée par le vestibule. Une étude africaine réalisée en 2017 par Hill & Johnson et coll. a montré une prédominance de la localisation linguale (20). Quant à l’étude d’Anis et coll. réalisée aux Émirats Arabes Unis sur un échantillon de 992 patients, elle a montré que la prédominance est essentiellement linguale (51.9%), suivi du vestibule buccal (19.4%), les lèvres (11.6%) (12). Une étude faite par Perry et coll. en Australie et une autre étude faite par Duncan Et coll. aux USA ont révélé également une prédominance de la langue (21,22).

 

De même, le carcinome épidermoïde était le fréquent. Ces résultats étaient en corrélation avec plusieurs études qui ont trouvé une prédominance du carcinome épidermoïde. Al-jaber et coll. ont trouvé que le carcinome épidermoïde est le type de cancer le plus fréquent. Y compris en Soudan, il représente 73.6% (16). En Hollande, le carcinome épidermoïde est le plus fréquent.

 

Concernant la survie, elle était de 70 % à 2 ans. Liu et coll. ont trouvé un taux de survie de 64. 38% à 5 ans (23). Quant à Boukje et coll., le taux de survie a été de 52 % à 5 ans (24). Dans une étude américaine réalisée en 2014 par Chinn et coll. sur 19 patients, ils ont trouvé un taux de survie de 65 % (25). En Egypte, selon Aljaber et coll., le taux de survie est de 76.5% à 1 an et de 30.8% à 5 ans (16).

 

Comparés à ces résultats, dans notre étude la survie est élevée. Ceci peut être expliqué par plusieurs facteurs, notamment le délai de prise en charge qui a été court par rapport à plusieurs pays. De même, la consommation tabagique et alcoolique a été réduite.

 

Les registres des cancers constituent un outil indispensable pour étudier la pathologie cancéreuse dans une population. Ils fournissent les données concernant les indicateurs épidémiologiques en termes d’incidence, de prévalence, de survie et d’autres indicateurs pertinents (26).

 

En Suisse par exemple, le recensement des cancers de la cavité orale seule n’existe pas ; on trouve un regroupement de la cavité orale avec le pharynx (27). Quant à l’Inde, bien qu’elle dispose des registres du cancer bien développés, l'enregistrement global du cancer oral est discutable. De même, il existe une pénurie de données sur les cancers de la cavité orale dans des zones géographiques spécifiques (28).

 

Aux états unis, la cavité orale et le pharynx constituent une seule entité dans le registre national et les registres régionaux des cancers (29).
Le cancer oral constitue une entité importante dans le registre du cancer malgré son incidence qui reste minime par rapport aux autres types de cancer. Cependant son impact psychique et sur la qualité de vies des patients s’avère non négligeable.

 

Au Maroc, le Registre du Grand Casablanca, en termes de population observée, est l’un des plus grands de l’Afrique du Nord. Il inclut la population urbaine de la grande ville industrielle et commerciale, mais il observe aussi une fraction non négligeable de population rurale.
Notre service d’odontologie chirurgicale du Centre de Consultation et de Traitement Dentaire du CHU Ibn Rochd a joué et joue toujours un rôle important dans le dépistage et le diagnostic des cancers oraux. Pour ces raisons, nous avons pris comme référence la fiche de recueil du registre des cancers du Grand Casablanca élaborée par le service d’épidémiologie du centre Mohammed VI pour le traitement des cancers avec certaines modifications.

 

Cette fiche de recueil permettra d’assurer un suivi des patients diagnostiqués au service, ainsi qu’une bonne prise en charge.

 

CONCLUSION

Le cancer oral constitue un véritable problème de santé publique partout dans le monde. La lutte contre ce fléau commence par sa connaissance qui se base essentiellement sur sa description en matière d’incidence et de mortalité, les principaux groupes à risque et sa tendance temporo-spatiale.

 

Le rôle du service d’odontologie chirurgicale demeure primordial dans le dépistage et le diagnostic du cancer oral et d’aider les patients à réduire les risques en les conseillant de changer certaines habitudes de vie nocives.

 

RÉFÉRENCES

1. Rivera.C. Essentials of oral cancer. Int J Clin Exp Pathol 2015; 8(9):11884-11894
2. Registre des cancers de la région du grand Casablanca 2008-2012. Ministère de la santé.
3.Roche.J. Tabagisme de la personne âgée, NPG Neurologie- Psychiatrie- Gériatrie (2008) 8, 3-8
4. Sankaranarayanan R, Ramadas K, Amarasinghe H, Subramanian S, and Johnson N. Cancer: Disease Control Priorities, Third Edition: Volume 3. Oral Cancer: prevention, Early detection, and treatment November 2015
5.Warnakulasuriya S. Global epidemiology of oral and oropharyngical cancer. Oral oncol 2009; 45 :309-16
6. Freddie Bray , Jian-Song Ren, Eric Masuyer, Jacques Ferlay. Estimates of global cancer prevalence for 27 sites in the adult population in 2008. International journal of cancer 132 (5): 1133-45
7. Bouzoubaa SM, Rifki C. Profil épidemiologique du patient cancéreux de la cavité buccale au CHU Ibn Rochd Casablanca Maroc : A propos de 83 cas
8.BenNasir E, El Mistiri M, McGowan R, Katz RV. Oral cancer in Libya and development of regional oral cancer registries : A review. Saudi Dent J. 2015;27(4) : 171-179.
9. Chidzonga MM. Oral malignant neoplasia : a survey of 428 cases in two Zimbabwean hospitals. Oral Oncol. 2006 ; 42(2) :177-183.
10. Sargeran Katayoun, Murtomaa H, Safavi SM, Vehkalahti M, Teronen O Malignant Oral Tumors in Iran: Ten-Year Analysis on Patient and Tumor Characteristics of 1042 Patients in Tehran. J Craniofac Surg. 2006 Nov;17(6):1230-3
11. Dhanuthai K, Rojanawatsirivej S, Thosaporn W. Oral cancer: a multicenter study. Med Oral Patol Oral Cir Bucal. 2018 Jan; 23(1): e23–e29.
12. Anis R, Gaballah K. Oral cancer in the UAE: a multicenter, retrospective study. Libyan J Med. 2013 Aug 27;8:217-82.
13. Dhanuthai K, Rojanawatsirivej S, Subarnbhesaj A, Thosaporn W, Kintarak S. A multicenter study of oral malignant tumors from Thailand. J Oral Maxillofac Pathol. Sep-Dec 2016;20(3):462-466.
14. Ajayi OF, Adeyemo WL, Ladeinde AL, Ogunlewe MO, Effiom OA, Omitola OG, et coll. Primary malignant neoplasms of orofacial origin: A retrospective review of 256 cases in a Nigerian tertiary hospital. Int J Oral Maxillofac Surg. 2007;36:403–8
15. Conway.D, Brenner.D, McMahon.A, Macpherson.L, Agudo. A
Estimating and explaining the effect of education and income on head and neck cancer risk: INHANCE consortium pooled analysis of 31 case-control studies from 27 countries Int J Cancer. 2015 Mar 1; 136(5): 1125–1139.
16. Al-Jaber.A, Al-Nasser.L, El-Metwally.A Epidemiology of oral cancer in Arab countries. Saudi Med J 2016; Vol. 37 (3).
17. Cancela M et coll. Alcohol intake and oral cavity cancer risk among men in a prospective study in Kerala, India. Commun Dent Oral Epidemiol 2009;37(4):342e349.
18. Sawabe.M, Ito.H, Oze.I, Hosono.S, Kawakita.D. Heterogeneous impact of alcohol consumption according to treatment method on survival in head and neck cancer: A prospective study. Cancer Sci. 2017 Jan; 108(1): 91–100
19. Jéhannin-Ligier.K, Dejardin.O, Lapoˆtre-Ledoux.B, Bara.S, Coureau.G
Oral cancer characteristics in France: Descriptive epidemiology for early detection. J Stomatol Oral Maxillofac Surg. 2017 Apr;118(2):84-89.
20. Hille, J., Johnson, N. W. The burden of oral cancer in sub-Saharan Africa. Translational Research in Oral Oncology, 2, (2017) 2057178X1772109.
21. Duncan, L. et coll. immunohistochemistry can be used to detect human papillomavirus in oral cavity squamous cell carcinoma. Journal of Oral and Maxillofacial Surgery (2013), 71, 1367–1375.
22. Perry, B. et coll. Sites of origin of oral cavity cancer in non smokers vs smokers: possible evidence of dental trauma carcinogenesis and its importance compared with human papillomavirus. JAMA Otolaryngol Head Neck Surg, (2015)141(1), 5–11.
23. Liu.F, Chen.F, Huang.J, Yan.L, Liu.FE. Prospective study on factors affecting the prognosis of oral cancer in a Chinese population. Oncotarget, 2017, Vol. 8, (No. 3), pp: 4352-4359.
24. Boukje.V et coll. Trends in oral cavity cancer incidence, mortality, survival and treatment in the Netherlands. Int. J. Cancer: 139, 574–583 (2016).
25. Chinn.S et coll. Induction chemotherapy followed by chemoradiation for organ preservation compared to surgery with selective chemoradiation in patients with advanced oral cavity carcinoma. JAMA Otolaryngol Head Neck Surg. 2014 February; 140(2): 134–142.
26. https://www.irc.ma/registres-observatoires/registre-des-cancers/registre-populationnel/registre-des-cancers-du-grands-casablanca .
27. Les statistiques nationaux sur l’incidence du cancer - l'ensemble de la Suisse et les régions Linguistiques Organe national d’Enregitrement du Cancer.
28. Mohana.P, Lando.H. Cancer registries in oral cancer control in India.
Journal of Cancer Policy 4 (2015) 13–14.
29. Hannah K. Weir. Evaluation of North American Association of Central Cancer Registries’ (NAACCR) Data for use in Population-Based Cancer Survival Studies. J Natl Cancer Inst Monogr. 2014 Nov; 2014(49): 198–209.

Formation continue

Publier un article

index medicus

indexation index medicus
Juin 2024
L Ma Me J V S D
27 28 29 30 31 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

Articles récents

Aller au haut