K. EL BOUSSIRI *,** , M. SIDIR ** , Y. Sehbani *
* Laboratoire de sciences odontologiques. Faculté de médecine dentaire de Casablanca - Maroc
** Centre Universitaire de Recherches sur l’Action Publique et le Politique,
Epistémologie et Sciences Sociales, (CURAPP), UMR CNRS 7319. Faculté de Droit et de Science Politique ». Amiens - France.


RESUME
L’objectif de ce travail est de déterminer le degré d’intégration des Techniques de l’Information et de Communication (TIC) dans les facultés de médecine dentaire marocaines, les facteurs et les outils favorisant l’innovation pédagogique, et l’existence d’une réelle volonté pour l’intégration de ces technologies (TIC). Pour cette étude, un questionnaire a été établi et distribué aux étudiants de la 2ème, 3ème et 5ème année de la faculté de médecine dentaire de Casablanca. Les questions posées dans le questionnaire tournent en particulier autour de l’intégration des TIC dans l’enseignement tout en mettant en évidence son rôle et son importance dans la pédagogie médicale.

Les résultats, exprimés en pourcentage, sont présentés sous forme de diagramme et montrent non seulement la faisabilité d’introduire les TIC au sein de cet établissement mais aussi la possibilité d’améliorer  la qualité des enseignements.
Mots clés : TIC, Intégration, faculté de médecine dentaire, enseignement supérieur

Abstract
The objective of this work is to determine the degree of integration of ICT in Moroccan faculties of dental medicine, factors and tools promoting educational innovation, and the existence of a genuine desire to integrate these technologies (ICT).
For this study, a questionnaire was developed and distributed to students in the 2nd, 3rd and 5th year of dental school in Casablanca.
The questions asked in the questionnaire look particularly on the integration of ICT in education while highlighting its role and importance in medical education.
The results, expressed as a percentage, are presented in chart form and not only show the feasibility of introducing ICT in this establishment but also the opportunity to improve the quality of teaching.
Keywords: ICT, Integration, Faculty of Dentistry, Higher Education

INTRODUCTION
Les technologies de l’information et de la communication connaissent de nos jours un développement continu. L’introduction et l’utilisation des ces technologies dans tous les secteurs les a promu au rang d’outil incontournable et a obligé les pays de bâtir des politiques de généralisation des TIC  pour relever les défis auxquels ils sont confrontés et pour réduire le fossé numérique entre les pays du nord et ceux du sud (1).
L’état marocain a fait des TIC une principale préoccupation. En adoptant la stratégie « Maroc numérique 2013 » ayant pour objectifs majeurs d’en faire un vecteur de développement socio économique, humain et un moyen d’accès au monde de l’information et de la connaissance (2). Cette stratégie vise également à positionner le royaume parmi les pays émergents dynamiques dans les technologies de l’information (3).
Le Maroc, pour concrétiser les objectifs d'éducation et satisfaire les exigences en matière d’enseignement supérieur, a lancé un certain nombre programmes ambitieux pour faciliter l’intégration des TIC à l’enseignement (infrastructures, formation des enseignants, équipements …) (4). L’université Marocaine est confrontée à toute une série de problèmes : massification des effectifs d’étudiants et en particulier ceux des premiers cycles, insuffisance des locaux pédagogiques, d’enseignants qualifiés à et des moyens financiers insuffisants… Ces problèmes  entrainent des difficultés pratiques de l’apprentissage dans les universités marocaines. C’est dans ce contexte que les NTIC apparaissent comme une solution possible pour aider à résoudre ces difficultés (5).
Une consultation a permis de déceler un état des lieux sur la situation du numérique et des plateformes E-Learning dans les facultés de médecine et de médecine dentaire marocaines. Même si l’usage des TIC est devenu indispensable que ce soit dans les activités de recherche des enseignants chercheurs ou d’une manière individuelle par les étudiants pour un simple complément d’information, son application en milieu pédagogique reste pour le moins que l’on puisse dire très restreinte à juger par le nombre de cours présents sur les plateformes ou le nombre de professeurs qui utilisent les plateformes.
C’est dans cette perspective que notre étude est réalisée afin d’avoir une vision sur le degré de présence des technologies de l’information et de la communication dans le milieu universitaire dentaire.
Des axes de travail ont été déterminés pour la réalisation de cette étude :
- Evaluation du degré de connaissance des TIC, le degré d’utilisation et la présence de difficultés pendant l’utilisation pour l’apprentissage,
- Rôle de l’intégration des TIC dans la formation des futurs médecins dentiste,
- Apport des TIC et de leur maitrise dans l’exercice de la profession de médecin dentiste et leur impact sur sa relation avec le patient,
- Rôle des TIC dans la formation chirurgicale.

MATÉRIEL ET MÉTHODES
➢ Cadre:
Le recrutement de notre échantillon a été effectué au sein de la faculté de Médecine dentaire (FMDC).

➢ Échantillonnage:
Il a été aléatoire par strates reparties en 2ème, 3ème et 5ème année de la Faculté de Médecine Dentaire de Casablanca (FMDC).
Nous avons choisi au hasard trente (30) étudiants en 2èmeannée, trente (30) en3ème année et quarante (40) étudiants en 5ème année de la FMDC. Le questionnaire a été distribué à cent étudiants.  Nous avons pu récupérer 94 questionnaires remplis (n=94) sur 100.
➢ Support:
Les données issues de notre étude ont été recueillies sur une fiche d’enquête conçue à cet effet. Cette fiche comportait trois paramètres. Les questions étaient fermées.

➢ Méthodes:
Type et période d'étude:
C'est une étude transversale prospective d'une durée de deux (2) mois allant du 30 Décembre 2013 au 28 Février 2014.

➢ Analyse et présentation des données:
L’ensemble des données recueillies a été dépouillé manuellement puis analysé, saisi et présenté par le logiciel, Excel.

RESULTAT

Fig1: TIC, difficulté et connaissance

Fig2: Rôle des TIC
Fig3 : TIC et santé
Fig4: Rôle des TIC dans la formation chirurgicale

DISCUSSION
Connaissance des Technologies de l’information et de la Communication (TIC)
Selon les résultats de l’étude (Fig1), 36% des étudiants disent avoir déjà entendu parler des TIC. Cela est dû sans doute à ces technologies qui ont envahit tous les secteurs et sont présents dans tous les aspects de notre vie. Les étudiants d’aujourd’hui font partie selon plusieurs recherches (6), d’une génération qui a grandit et évolué dans un milieu infesté d’outils numériques et technologiques. Cette génération est appelée « natives digitaux » ou encore « génération C » car dans leur vie quotidienne les jeunes d’aujourd’hui utilisent ces moyens technologiques pour communiquer, collaborer et créer. Ils détiennent des compétences qu’ils ont acquis dès leurs jeunes âges ce qui les a condamné à adopter un mode de pensé différent des générations précédentes et qu’il faut peut-être prendre en considération pendant leur formation.
A voir la société d’aujourd’hui, les TIC ont changé notre façon de vivre, d’apprendre, de travailler, voire de se socialiser. En effet, le terme rassemble de nombreux outils actuels technologiques de communication incluant internet avec ses réseaux sociaux, ses moteurs de recherches, ses plateformes d’apprentissage, ses forums, ses blogs et toutes les possibilités qu’ils offrent (7). Toutefois, une grande partie de l’effectif, soit 64% des étudiants, dit ne jamais avoir entendu parler du terme « TIC » ou technologies de l’information et de la communication, ceci peut probablement être dû au fait que cette appellation n’est pas encore  suffisamment vulgarisée dans le milieu universitaire marocain.
Dans les autres questions de notre questionnaire, ce terme TIC a été remplacé par internet et les  autres outils technologiques.

Utilisation des TIC pour la formation et difficultés d’utilisation
(Fig1)
Depuis quelques années comme nous l’avons signalé plus haut, l’intégration des TIC est devenue une des priorités politiques du Ministère de l’éducation nationale, de la recherche et de la technologie. Quand on parle des TIC d’une manière générale, on inclut le monde de l’audiovisuel, de l’informatique et leurs différentes applications(4). Que ce soit par la simple utilisation d’un vidéo projecteur ou d’un cédérom éducatif qui permettent d’offrir un cours animé par des vidéos et des animations  ou par la simple utilisation de logiciels médicaux d’anatomie ou de diagnostic, les TIC sont inévitablement présents dans notre formation.
Le résultat de l’enquête a montré que 70% des étudiants ont bénéficié d’internet et d’autres moyens technologiques pendant leur formation. Cela parait évident que les TIC sont déjà présents dans notre milieu pédagogique. Une minorité constituée de 30% des étudiants trouve qu’elle ne bénéficie pas d’internet et d’outils technologiques pendant leur apprentissage.
Au delà d’une simple utilisation d’un rétroprojecteur, les TIC offrent aujourd’hui des possibilités surprenantes permettant de pallier aux problèmes que connaissent les universités marocaines avec l’apparition des plateformes e-Learning, l’enseignement hybride et les outils techno-pédagogiques révolutionnaires(8). Les plateformes e-Learning sont présentes dans le milieu universitaire marocain, mais leur utilisation reste très restreinte. Dans ce domaine les universités marocaines  sont en retard par rapport à d’autres pays comme la France, la Suisse et le Canada.
Plusieurs études ont souligné l’absence de l’intégration des TIC dans la formation médicale initiale ou continue (7). D’un autre coté 42,5% des étudiants interrogés ont déclaré rencontrer des difficultés pendant l’utilisation des TIC pour leur formation. On peut expliquer cela par le fait que ces étudiants n’ont pas été initiés assez tôt à l’utilisation de ces outils de technologie TIC pour des fins de formation. Ils n’ont pas pu développer « une compétence informationnelle ». Celle-ci est nécessaire car internet constitue actuellement une source d’accès à la connaissance.
L’intégration de cours de maitrise de ces outils technologiques dans la formation initiale des futurs médecins dentistes trouverait certainement son sens pour réduire de ce taux (42,5%).

Rôle des TIC dans l’assimilation des cours, et la facilitation et l’autonomie d’apprentissage.
(Fig1)
Les TIC permettent en quelques clics d’accéder à des données dynamiques en temps réel. La littérature scientifique fait également état de répertoires ou de sites indexés constituant des ressources fort précieuses pour les apprenants.
Parmi les étudiants interrogés, 92.5% certifient que les TIC ont un rôle à jouer dans l’assimilation des cours et la facilitation de l’apprentissage. On peut citer quelques moyens qui sans aucun doute peuvent faciliter l’apprentissage : Les animations 3D, les jeux instructifs et les simulateurs virtuels.
La présentation visuelle de l’information est fondamentale dans l’acquisition de certaines connaissances médicales. Des représentations graphiques élaborées peuvent faciliter les apprentissages. Les animations en trois dimensions (3D) sont des exemples de ces représentations. John (9) précise que les animations 3D sont particulièrement utilisées dans les cours d’anatomie et que plusieurs études ont montré qu’elles ont un impact positif sur l’apprentissage, surtout quand elles sont combinées avec d’autres types de supports didactiques (textes, clips vidéos, etc...). De plus en plus de facultés de médecine utilisent les animations 3D sur le Web dans le cadre de la formation médicale initiale (7).
Plusieurs jeux sur ordinateur, visant à faciliter l’apprentissage de connaissances médicales, sont aussi disponibles. Bien que les recherches soient relativement limitées dans ce domaine. De telles innovations possèdent un potentiel éducatif intéressant mettant les apprenants dans des situations complexes où ils doivent appliquer les connaissances apprises, émettre des hypothèses et les tester afin de recevoir un feedback immédiat.
Concernant les simulateurs virtuels, les premiers résultats d’études disent que la simulation assistée par ordinateur dans l’enseignement dentaire influence positivement le développement des capacités manuelles et l’efficacité d’apprentissage.
En permettant une rétroaction directe et immédiate, la simulation assistée par ordinateur permet le développement des capacités motrices et cognitives de façon interactive, reflétant le plus fidèlement possible l’expérience clinique bien qu’elle n’ait pas vocation à la remplacer.
Parmi les étudiants interrogés, 72% pensent que les TIC peuvent permettre plus d’autonomie pendant l’apprentissage. En effet avec toutes les ressources qu’offre internet et sans oublier l’importance informationnelle, l’étudiant peut être un peu plus autonome (10).

Possibilité de remplacement des cours traditionnels par des cours virtuels à distance
(Fig2)
Le cours magistral fut formellement établi en tant que méthode pédagogique depuis des siècles. C’est la méthode d’enseignement la plus traditionnelle où l’enseignant, possesseur du savoir, le délivre à un groupe important d’étudiants. Les participants passifs écoutent et dans une forme un peu plus active prennent des notes. Plus les participants sont nombreux, plus l’enseignement a un caractère formel et moins les participants interviennent (11).
Le cours magistral, sous ses formes variées, est la méthode la plus utilisée pour la transmission des connaissances dans les études médicales. L’évolution des moyens techno-pédagogiques a donné naissance au concept d’e-Learning avec des possibilités de donner des cours à distance.
L’e-learning ne se limite pas simplement à de l’information disponible en format électronique sur Internet. Il s’agit plutôt d’une approche pédagogique flexible, centrée sur l’apprenant et qui encourage les interactions (enseignant-enseignant, enseignant-étudiant, étudiant-étudiant), la collaboration et la communication... L’enseignement sur Internet semble avoir un effet important lorsque comparé avec une absence d’intervention et semble avoir une efficacité comparable aux méthodes traditionnelles (traduction libre) ». Il y a de nombreux avantages associés aux systèmes d’apprentissage interactif en ligne. A noter que la flexibilité de ces programmes permet aux étudiants d’apprendre à leur rythme, à partir de l’endroit qu’ils souhaitent et souvent de la façon qui leur va le mieux. On cite aussi comme avantages la possibilité de transmettre du contenu de grande qualité, d’offrir un soutien à la formation continue et de multiplier les possibilités de communication pendant l’apprentissage (7).
D’après les résultats, 58,5% des étudiants pensent qu’il ya une possibilité de remplacer le cours traditionnel par un cours virtuel à distance.
Il se trouve que dans le contexte de l’enseignement au Maroc, le recours aux TIC est une solution qui présente quelques difficultés et viserait la substitution progressive de quelques enseignements présentiels par de l’enseignement à distance utilisant les TIC (4).

Rôle des TIC dans le progrès actuel que connait la médecine
(Fig2)
Les TIC sont l’un des plus importants développements qu’a connu la médecine ces 25 dernières années. En effet, nous assistons à l’apparition de la « télémédecine » ou médecine à distance qui consiste à utiliser les TIC afin de permettre ou faciliter certains actes médicaux. Elle permet également d’apporter des services de santé là ou la distance est un facteur critique. Ces technologies ont également selon certains auteurs des impacts positifs sur la qualité des soins, la gestion et l’organisation des systèmes de soins, ainsi que sur le rapport entre le médecin et son patient (12).
La télésurveillance des prothèses cardiaques par exemple est fiable, efficiente et aboutit à une meilleure prise en charge des patients  (13).
Les étudiants dans le domaine médical sont bien conscients de ce progrès puisque dans notre étude 87% des étudiants pensent que les TIC ont un rôle dans le progrès actuel que connais la médecine.

Intérêt de maitriser les TIC pour les futurs praticiens et leur intérêt dans le suivi et l’amélioration de la qualité du soin
(Fig3)
Les nouvelles technologies ont permis le développement de la télémédecine qui devient de plus en plus populaire. Cette dernière permet l’exercice, à distance, de la pratique médicale sous tous ses aspects (diagnostic, prévention, traitement, suivi ...).
Ainsi, elle pourrait être particulièrement utile dans la prise en charge ambulatoire des personnes âgées et/ou isolées (14). De plus, les capacités importantes de stockage et de transmission de l’information ouvrent de nouvelles perspectives d’intervention avec le patient (15). Il est alors possible de consulter, en quelques secondes, des données mises à jour en temps réel et éventuellement d’obtenir des précisions.
Elle permet également d’obtenir très rapidement de nombreux avis d’experts pour un problème donné et de suivre à distance des procédures complexes, ce qui se révèle bénéfique, notamment pour la formation chirurgicale (16).
Par ailleurs, les TIC offrent l’accès à de nombreuses informations sur le patient grâce au « dossier informatisé » (17) et permettent ainsi un suivi voire une éducation du patient.
Cet abord permet une vision plus globale du dossier et une certaine normalisation. Ainsi, ce dossier électronique permet de passer d’un système propre à chaque hôpital vers un système commun.
Enfin, les TIC permettraient une évaluation plus systématique des systèmes de soins ce qui favoriserait l’efficacité et la qualité de la prise en charge (18). Des études (19,20) ont montré que les TIC jouent un rôle important dans la formation continue. D’où la nécessité de la compétence informationnelle chez le professionnel de la santé.
En effet, nos résultats révèlent que 95% des étudiants pensent que la maitrise d’internet, de l’informatique et des TIC peut les aider pour la formation post diplôme et 82% pensent que l’utilisation des TIC peu améliorer la qualité des soins.

Rôle des TIC et leur impact sur la relation patient-praticien 
(Fig3)
De nombreuses  études dont celle de DUVVURI et col (17) montrent que les technologies de l’information et de la communication provoquent des changements de comportement importants chez les patients et qu’il serait nécessaire d’y former les futurs praticiens.
De nos jours, les patients utilisent les TIC pour comprendre le domaine médical mais aussi pour s’informer mutuellement. Nous assistons alors à une démocratisation de la connaissance médicale qui modifie profondément la relation entre les patients et les professionnels de santé qui étaient alors les seuls détenteurs du savoir. Toutefois, ce changement doit être perçu comme une opportunité d’impliquer d’avantage les patients dans leur traitement. Ainsi, de nombreux auteurs défendent l’idée que les TIC permettront d’améliorer la qualité des soins et contribueront à une certaine autonomisation du patient (21).
La commission Européenne y voit l’occasion de rendre les patients plus responsables face à leur santé, partant du principe qu’un patient mieux informé est plus impliqué.
Les étudiants partagent cet avis car 87% des étudiants pensent que les TIC peuvent améliorer la relation praticien-patient et surtout le suivi des patients à risques.
Finalement, cette nouvelle attitude du patient pose de nombreux défis aux formations initiales et formations continues des professionnels de santé.

Rôle des TIC dans la formation chirurgicale (Fig4)
Dans le cadre de notre enquête 85% des étudiants pensent que les TIC ont un rôle à jouer dans la formation chirurgicale.
En effet les TIC par divers moyens (démonstrations en ligne, visioconférence…) peuvent participer à l’enseignement chirurgical. Les simulateurs dont on a déjà cité les avantages ne permettent pas uniquement une rétroaction directe et immédiate pendant les manipulations, mais la simulation assistée par ordinateur permet également de développer les capacités motrices et cognitives de façon interactive, influençant positivement l’acquisition de capacités manuelles nécessaires en chirurgie et permettent un apprentissage efficace. Il s’avère donc un excellent outil dans la pédagogie médicale permettant aux étudiants un apprentissage sans prendre de risque directement sur les patients (22).
D’un autre côté, les environnements virtuels de la télémédecine qui intègrent la vidéoconférence et internet permettent non seulement des consultations en temps réel avec d’autres collègues experts, mais aussi un suivi lors des procédures chirurgicales dans les régions éloignées, voire dans d’autre pays. Pour ces raisons, le recours à la télémédecine est de plus en plus répandu dans la formation initiale et continue, particulièrement dans l’enseignement de la chirurgie.

CONCLUSION

Cette étude a pu mettre en évidence le degré de conscience des étudiants de l’impact de ces technologies sur la formation et la pratique médicale. Elle a également montré la possibilité d’une réelle intégration des TIC sous plusieurs formes : que ce soit par une vraie utilisation des plateformes « e-Learning » avec toutes les possibilités qu’elles offrent ou d’autres moyens techno-pédagogiques innovants (simulateurs…). Néanmoins des réserves doivent être soulignées quand à la faisabilité de cette intégration : priorité des besoins institutionnels spécifiques, autonomie des établissements, difficulté de convaincre certains enseignants de changer les pratiques pédagogiques traditionnelles, etc...
Cette étude nous a également permis de mettre le point sur l’impact, les défis et les avantages potentiels relatifs à l’intégration des TIC dans les facultés de médecine dentaire marocaines.
Bien que les bénéfices de l’utilisation des TIC dans l’enseignement aient été largement soulignés dans d’autres contextes, ils l’ont beaucoup moins été dans le domaine de la pédagogie médical. Très peu d’expériences sont documentées afin de montrer que le contexte de collaboration favorise, par exemple, le processus de prise de décision lors de la pratique de la médecine, de même pour la vidéoconférence dans l’éducation médicale. Tout travail dans ce domaine apportera, certes une nouvelle pierre à cet édifice.
Malgré  l’évolution que le secteur des TICS a connue ces dernières années au Maroc, on remarque l’existence des lacunes et des obstacles qui freinent son évolution.
Une volonté politique dans ce domaine n’est malheureusement pas suffisante car les établissements, les enseignants et même les étudiants doivent montrer plus de volonté pour une bonne intégration.
      
REFERENCES
1. AHAJII K., ELHAJJAMI A., et al. (2006). Effet de l'intégration des TIC dans l'enseignement et l'apprentissage des sciences physiques : Cas de l'utilisation d'un logiciel de simulation en optique géométrique. CEMAFORAD 3 Sousse'2006 - 13, 14 et 15 novembre 2006 – ISET de Sousse – Tunisie. Publié dans les actes du colloque.
2. ALLEN E., SIEMENS J.
Learning in Demand: Online Education in the United States.
Babson Survey Research Group. 2010, Vol 3, p.4
3. STRATEGIE MAROC NUMERIQUE
http://www.lematin.ma/journal/NTI_Strategie-de-Maroc-Numeric-2013--un-premier-bilan-globalement-positif/170317.html#sthash.ngvR6HsH.dpuf(13)
4. SIDIR M., BENCHANNA, I.
Distances et saviors 2008/2 - Vol 6, pp : 62.
5. Rapport Journée d’Etude sur le thème université AL AKHAWAYN : e-Learning et Formation à Distance au Maroc : Etat des Lieux et Perspectives d’Avenir 29 Novembre 2013
http://www.aui.ma
6. LAID BOUZIDI, Delphine Billouard :natifs ou immigrants digitaux : quel impact sur
l’integration des environnements numeriques de travail universitaires ?
halshs-00692273, version 1 - 29 Apr 2012 publié dans "Conférence TICEMED 2009, Lyon : France (2009)
7. KARSENTI T, CHARLIN B.
Analyse des impacts des technologies de l’information et de la communication sur l’enseignement et la pratique de la médecine. Pédagogie Médicale. 2010;11(2):127-41.
8. MARCEL LEBRUN
Impacts des TIC sur la qualité des apprentissages des étudiants et le développement professionnel des enseignants : vers une approche systémique.
Revue Sciences et Technologies de l´Information et de la Communication pour l´Éducation et la Formation, 2011(UCL, Louvain-la-Neuve, Belgique),Volume 18, 2011, ISSN : 1764-7223
9. JOURNAL ALMEGHRIBIA 23-08-2012
http://magharebia.com/fr/articles/awi/features/2012/08/23/feature-03
10. OKUDA Y, BRYSON EO, DEMARIA S, JR., JACOBSON L, QUINONES J, SHEN B, ET AL.
The utility of simulation in medical education: what is the evidence? The Mount Sinai J of Medi. 2009;76(4):330-43.
11. L’UNIVERSITE NUMERIQUE
http://www.universites-numeriques.fr/node/71 140. AJHOUN, R. E-Learning practices Morocco 2010, vol II, P. 549-584 (textetraduit) http://www.midasebook.com/dosyalar/volume_II.pdf
12. BENCHANNA, I. secteur des télécommunications au Maroc
Entre réalisations, enjeux et perspectives, M.S.N, Mai 2011.
http://www.msin.ma/Document/Note_sectorielle_des_TELECOM_Mai_2011.pdf
13. GHASSAN MOUBARAK
Département de rythmologie Hôpital Saint-Joseph (Paris) La télémédecine et les prothèses cardiaques implantables .
Colloque sur les TIC à la chambre française de commerce Casablanca Novembre 2013
14. MAGNUSSON L, HANSON E, BORG M.
A literature review study of information and communication technology as a support for frail older people living at home and their family carers.
Technology and Disability. 2004;16(4):223-35.
15. NORMAN GJ, ZABINSKI MF, ADAMS MA, ROSENBERG DE, YAROCH AL, ATIENZA AA.
A review of eHealth interventions for physical activity and dietary behavior change.
Am J of Prev Med. 2007;33(4):336-45.
16. SARGEANT JM.
Medical education for rural areas: opportunities and challenges for information and communications technologies.
J of Postgraduate Medicine. 2005;51(4):301-7.
17. DUVVURI VR, JIANHONG W.
Information and communication technology developments in asthma management: a systematic review.
Indian J of Med Sci. 2007;61(4):221-41.
18. HAUX R.
Preparing for change: medical informatics international initiatives for health care and biomedical research.
Computer Methods and Programs in Biomedicine. 2007;88(3):191-6.
19. DE WEVER B, VAN WINCKEL M, M. V.
Discussing patient management online: the impact of roles on knowledge construction for students interning at the paediatric ward. Advances in Health Sciences Education : Theory and Practice. 2008;13(1):25-42.
20.KWANKAM SY.
What e-Health can offer.
Bulletin of the World Health Organization. 2004;82(10):800-2.
21. FIESCHI M.
Information technology is changing the way society sees health care delivery.
Int J of Med Informatics. 2002;66(1-3):85-93.
22. LEBLANC VR, URBANKOVA A, HADAVI F, LICHTENTHAL RM.
A preliminary study in using virtual reality to train dental students.
Journal of Dent Educ. 2004;68(3):378-83.

indexation index medicus
Publier un article
Août 2019
L Ma Me J V S D
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31 1
Aller au haut