A. OUAZZANI

Cabinet privé, Casablanca
Membre titulaire de la SMODF

 

PRÉSENTATION DU CAS CLINIQUE

Il s’agit de l’enfant A.M.A, qui s’est présenté dans notre cabinet à l’âge de 11 ans. Le motif de sa consultation était à la fois esthétique et fonctionnel.

 

 

Fig.1 : Radiographie panoramique avant traitement

 

Fig.2 : Radiographies profile avant traitement
 
Fig. 3 : Analyse cephalométrique avant traitement
Analyse céphalométrique
    avant traitement
        Mars 2000
 
 SNA    87°
 SNB    85°
 ANB    2°
 GoGn/SN    30°
 Occl/SN    13°
 I/NA    33°/7mm
 i/NB    38°/8mm
 FMA    29°
 IMPA    102°
 i/Apog    7 mm
 AoBo    -3 mm

 

 

DIAGNOSTIC

Ce jeune patient présentait un schéma de classe I squelettique normodivergent (Fig. 1, 2, 3). Sur le plan occlusal, il présentait une classe 2 dentaire bilatérale, une biproalvéolie incisive sévère, une béance antérieure, ainsi qu’un articulé inversé entre 26 et 36. Les 12 et 22 étaient de taille réduite (Fig. 4, 5, 6).

 

Sur le plan fonctionnel, nous avons noté une succion du pouce nocturne, et une déglutition de type infantile avec interposition linguale.
Enfin, son profil était convexe avec une projection des tissus mous vers l’avant (Fig. 7, 8).

 

Fig.4 : Occlusion avant traitement (face)

 

 
Fig.5 : Occlusion avant traitement (côté droit)
Fig.6 : Occlusion avant traitement (côté gauche)

 

 

OBJECTIFS DE TRAITEMENT

- Eliminer l’étiologie,
- Redresser les incisives et fermer la béance,
- Corriger la classe 2 dentaire,
- Rétablir une occlusion fonctionnelle,
- Harmoniser l’esthétique faciale.

 

Fig. 7 : Face avant traitement
 
Fig. 8 : Profil avant traitement
 
 
Fig. 9 : Radiographie panoramique avant traitement
Fig. 10 : Radiographie de profil avant traitement

 

 

PLAN DE TRAITEMENT

En raison du repositionnement incisif important, nous avons opté pour l’extraction de 14/24 et 34/ 44.

Nous avons utilisé un appareil multi-attaches, avec une barre palatine et une force extra-orale haute, pour procurer un ancrage molaire maxillaire et contrôler le sens vertical.


Des élastiques intermaxillaires ont été utilisés à la demande, à différentes étapes du traitement.
La contention a été assurée par des plaques thermoformées.
Enfin, le traitement a duré 24 mois.

 

Fig. 11 : Analyse céphalométrique de fin de traitement      Analyse céphalométrique après traitement
                            Mars 2002

   SNA    86°
   SNB    84°
   ANB    2°
   GoGn/SN    32°
   Occl/SN    12°
   I/NA    26°/5mm
   i/NB    24°/4mm
   FMA    28°
   IMPA    87°
   i/Apog    2mm
   AoBo    -2mm    
Fig. 12 : Occlusion après traitement   
Fig. 13 : Occlusion après traitement (profil droit)  Fig. 14 : Occlusion après traitement (profil gauche) 
Fig. 15 : Superposition générale et locale

 

APPRÉCIATION DES RÉSULTATS

A l’examen des documents de fin de traitement, nous pouvons constater que le patient présente une parfaite occlusion de classe 1 molaire et canine (Fig. 12,, 13, 14). Les incisives supérieures et inférieures ont été fortement redressées sur leurs bases osseuses, ce qui a permis la fermeture de la béance antérieure (Fig.3,12,13).


Le patient a également subi une croissance équilibrée du maxillaire et de la mandibule, ceci a favorisé le maintien de la classe I squelettique et le contrôle du sens vertical (Fig.17).
Enfin, le résultat esthétique est satisfaisant avec un profil harmonieux et totalement relâché (Fig.14,15).

 
Fig. 16 : Face après traitement Fig. 17 : Profil après traitement
 

ANALYSE CÉPHALOMETRIQUE (STEINER)

 

Analyse céphalométrique 1

Analyse céphalometrique 2

Analyse céphalométrique

 

NB : Ces estimations servent de guide seulement. Elles doivent être modifiées selon les cas proposés

 
 

Formation continue

Publier un article

index medicus

indexation index medicus
Juin 2024
L Ma Me J V S D
27 28 29 30 31 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

Articles récents

Aller au haut