Une étude publiée dans «the journal of orofacial pain» (2000 ; 14 : 224-232) a étudié l’évolution des signes et symptômes de dysfonctionnement temporo-mandibulaire dans une population normale, laquelle a déjà participé à une étude prospective 4 ans auparavent. l’échantillon est constitué de 367 patients et les fluctuations des signes et de symptômes entre le premier et le deuxième contrôle ont été évalués après comparaison de 6 paires de questions.

 

Pour l’ensemble des signes de desordres temporo-mandibulaires, le pourcentage de sujets sans symptômes lors du second contrôle et qui ont rapporté des signes lors du premier contrôle est nettement supérieur au pourcentage de sujets avec des symptômes lors du premier contrôle et qui les avaient au moment du premier contrôle.

 

Plus de la moitié des sujets qui ont rapporté des douleurs articulaires ou cervicales lors du premier contrôle ne les présentaient plus lors du deuxième contrôle. Le risque relatif de la persistance de signes de DCM a été estimé entre 0,50 et 2,81, ce qui est très faible. En conclusion cette étude a montré que les signes et symptômes de DCM ont tendance à diminuer avec le temps pour la moitié des patients symptomatiques.

 

Traduit par Pr. F. BOURZGUI
Angle orthodontist, Vol71, N°4, 2001

indexation index medicus
Publier un article
Juillet 2019
L Ma Me J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4
Aller au haut