RÉSUMÉ
Une étude publiée dans the Journal of Oral and Maxillofacial Surgery (2001 ; 59 ; 389-395) a comparé les forces de morsure chez des patients avec fracture condylienne traitée par blocage intermaxillaire et chez d’autres dont le traitement a consisté en un traitement chirurgical. L’échantillon est constitué de 155 sujets avec une fracture condylienne unilatérale.

 

 

Les deux tiers des sujets sont traités par blocage intermaxillaire, et un tiers est traité chirurgicalement. La force de morsure est mesurée par un dynamomètre à pression placé à diffèrents niveaux en intermaxillaire à 6 semaines, 6 mois et à 1,2 et 3 ans après la fracture. Les résultats n’ont pas montré de différence significative entre les deux groupes.

 

Les auteurs concluent que les forces de morsure volontaires et maximales ne diffèrent pas significativement après fracture condylienne que le traitement soit chirurgical ou par un blocage seul. Par ailleurs l’adaptation neuromusculaire est similaire pour le condyle.

 

Traduit par Pr. F. BOURZGUI
Angle orthodontist, Vol71, N°4, 2001

Publier un article
indexation index medicus
Novembre 2019
L Ma Me J V S D
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 1
Aller au haut